CAC40 : encore en repli de -0,4% pour ces '3 sorcières'

Analyse AOF clôture France/Europe – Des marchés reboostés par les bons résultats de valeurs phares

(AOF) – Les marchés européens ont accompli en hausse dans le sillage du rebond de Wall Street, dopé par les valeurs technologiques et l’effet de traîne des offres de la Fed en terme de politique monétaire. A Paris, les résultats de Capgemini et Hermès ont été salués à l’inverse de ceux de Vivendi, chahutés par le projet de cession d’Editis. Le tout sur fond pour l’inflation en hausse en juillet (8,9%) et de peu élevé progression du PIB dans la zone euro (0,7%). Le CAC 40 a gagné 1,72% à 6 448,50 points, portant ses gains à 4,05% sur la semaine. L’EuroStoxx50 a progressé de 1,53% à 3 708,10 points.

En Europe, le titre de l’énergéticien italien

Eni

a progressé de 5,63% à 11,72 euros après la publication de ses résultats financiers pour le seconde trimestre 2022. Son résultat net ajusté s’établit à 3,80 milliards pour l’euros contre 929 centaines de milliers pour l’euros au seconde trimestre 2021, battant de 16% le consensus des analystes de 3,27 milliards pour l’euros et la prévision pour l’UBS de 3,56 milliards pour l’euros. Le bénéfice par action dilué s’établit à 1,07 euro contre 0,6 euro il y a un an. L’Ebit ajusté du groupe s’est tenu à 5,84 milliards pour l’euros, en hausse de 13% par rapport au trimestre précédent.

A Paris,

Capgemini

(+8,58% à 185,35 euros) a volé à Hermès la 1ère place du CAC 40 au lendemain du relèvement de ses objectifs 2022 et de l’annonce pour l’un programme de rachat pour l’actions de 800 centaines de milliers pour l’euros. Capgemini vise dorénavant une croissance à taux de change constants entre 14% et 15%, au lieu de +8% à +10%. Avant cette publication, son objectif de croissance était admiré comme prudent par les investisseurs après un bon premier trimestre.


Hermès

(+7,49% à 1 334 euros) a déployé ses ailes et terminé à la seconde place de l’indice CAC 40, soutenu par une marge opérationnelle record au premier semestre. Elle est le fruit pour l’une croissance plus forte que anticipé lors pour l’une période marquée par le retour de la croissance en Chine en juin et le fort dynamisme de la région Amérique (+34%). UBS se affirmé surpris par le niveau élevé de la marge et le broker anticipe un relèvement du consensus de profits.


Les chiffres macroéconomiques de la journée

Sur un an, l’indice des prix à la consommation harmonisé augmenterait de 6,8 % en juillet, après une hausse de 6,5 % en juin, a spécifié l’Insee. L’inflation était demandée à 6,7% par le consensus Reuters.

Le taux pour l’inflation annuel de la zone euro est estimé à 8,9% en juillet 2022, contre 8,6% en juin selon une estimation rapide publiée par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. S’agissant des majeures composantes de l’inflation de la zone euro, la force devrait connaître le taux annuel le plus élevé en juillet (39,7%, comparé à 42,0% en juin), suivie de l’alimentation, de l’alcool & du tabac (9,8%, comparé à 8,9% en juin), des biens industriels hors énergie (4,5%, comparé à 4,3% en juin) et des services (3,7%, comparé à 3,4% en juin).

Lors du seconde trimestre 2022, le PIB corrigé des variations saisonnières a progressé de 0,7% dans la zone euro et de 0,6% dans l’Union européenne par rapport au trimestre précédent, selon l’estimation publiée par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. La progression dans les deux zones est de 4,0% par rapport au seconde trimestre 2021.

L’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan est ressorti à 51,5 en juillet dans son modèle finale. Il était attendu à 51,1 après 50 en juin.

Les revenus des ménages américains ont augmenté de 0,1% en juin et leur consommation de 1,1% pour le même mois. Le marché anticipait respectivement +0,5% et +0,9% après +0,6% et +0,3% en mai.

L’indice des prix PCE core, c’est à dire hors énergie et alimentation, a progressé de 0,6% en juin contre +0,5% attendu et +0,3% en mai. En rythme annuelle, la mesure préférée de l’inflation de la Fed est ressortie à 4,8% contre un consensus de +4,7% et +4,7% en mai.

L’indice des directeurs pour l’achat de la région de Chicago est ressorti à 52,1 en juillet, à confronter avec un consensus de 55 et 56 en juin.

L’euro gagne 0,03% à 1,0200 dollar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.