CAC40 : limite la casse mais aligne une 3ème semaine de repli

Analyse AOF clôture France/Europe – Le mois d’octobre débute à l’ombre des tensions inflationnistes

(AOF) – Les Bourses européennes ont fini dans le rougeâtre ce vendredi, dans un climat forcément empli d’inquiétudes, tout particulièrement concernant les tensions inflationnistes et l’impact sur la croissance des goulots d’étranglements sur les chaînes d’approvisionnement. Pour autant, une bonne salve de statistiques américaines (tout particulièrement les dépenses des ménages et la confiance des consommateurs) a permis aux indices de clôturer loin de leurs plus bas de la journée. Au son de la cloche, le CAC a cédé 0,04% à 6 517,69 points et l’EuroStoxx50, -0,35% à 4 033,87 points. Sur la semaine, ces indices perdent 2,13% et 3,01%.

BMW a progressé de 1,17% à 83,73 euros sur la place de Francfort, après avoir relevé jeudi soir ses objectifs annuels. Le constructeur automobile allemand table maintenant sur une marge pour l’Ebit dans sa branche automobile comprise entre 9,5% et 10,5%, contre une fourchette de 7% -9% jusque-là. Parallèlement, le groupe de Munich a aussi relevé sa prévision de rendement des capitaux propres dans son segment des services financiers dans une fourchette comprise entre 20% et 23 %, contre 17 %-20 % auparavant.

En hausse de 2,49% à 11,62 euros, Engie a signé la plus forte hausse du CAC 40 tandis qu’EDF a grimpé de 5,92% à 11,53 euros. Les titres des deux champions français de l’électricité réagissent favorablement à la décision du gouvernement de geler les prix du gaz et de l’électricité. Dans un communiqué, Engie a déclaré qu’il cherchera à minimiser l’impact de cette décision sur sa performance économique. Concrètement, la mise en place du “bouclier tarifaire” ne devrait pas trop pénaliser Engie.

Icade (+2,43% à 69,50 euros) a annoncé le report de l’introduction en Bourse pour l’Icade Santé en raison des ” conditions actuelles ” sur les marchés actions. Le groupe immobilier précise que la couverture du bouqin pour l’ordres est assurée mercredi 29 sept. après-midi. Icade et Icade Santé explorent plusieurs options et reviendront vers le marché dans les prochains jours pour préciser la continuité caractéristique à l’opération. Le teneur du bouqin pour l’ordres a spécifié à Reuters que le prix pour l’introduction avait été fixé à 115 euros, soit le bas de la fourchette indicative de 115 euros à 135 euros. Sur cette base, Icade Santé est valorisé 5,6 milliards pour l’euros.

Les chiffres macroéconomiques de la journée

L’indice PMI manufacturier pour l’IHS Markit pour la France est au final ressorti à 55 au mois de sept. 2021, contre une estimation flash de 55,2 et après 57,5 en août. Si l’expansion du domaine manufacturier s’est poursuivie à la fin du 3ème trimestre, IHS Markit constate que les tensions d’approvisionnement ont pesé sur la croissance.

L’indice PMI manufacturier pour l’IHS Markit pour l’Allemagne est au final ressorti à 58,4 au mois de sept. 2021, contre une estimation flash de 58,5 et après 62,6 en août. Il s’agit pour l’un plus bas de 8 mois. Le domaine manufacturier allemand a continué pour l’être freiné par des goulets pour l’étranglement, a commenté IHS markit.

L’indice PMI manufacturier pour l’IHS Markit pour la zone euro est au final ressorti à 58,6 au mois de sept. 2021, contre une estimation flash de 58,7 et après 61,4 en août. «Si la forte expansion du domaine manufacturier de la zone euro s’est poursuivie en sept., les données PMI mettent en évidence un net ralentissement de la croissance par rapport à août, les vents contraires provenant des chaînes d’approvisionnement pesant aujourd’hui sur l’activité des fabricants », a commenté Chris Williamson, Chief Business Economist à IHS Markit.

Le taux pour l’inflation annuel de la zone euro est ressorti à 3,4% en sept. 2021, selon une estimation rapide pour l’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Ce chiffre est à confronter avec un consensus Reuters de 3,3% et 3% en août.

Aux Etats-Unis, les revenus des ménages ont augmenté de 0,2% en sept. alors qu’ils étaient attendus en hausse de 0,3% après +1,1% en août.

Aux Etats-Unis, la consommation des ménages a augmenté de 0,8% en sept. alors qu’elle était demandée en hausse de 0,6% après -0,1% en août, chiffre révisé de +0,3%.

Aux Etats-Unis, l’indice des prix PCE, la mesure préférée de l’inflation de la Fed, a progressé de 0,4% en sept. sur un mois, contre +0,4% le mois précédent. Hors les éléments volatils que sont l’électricité et l’alimentation (données ” core “), l’indice a augmenté de 0,3% sur un mois, contre +0,3 en août et un consensus de +0,2%.

Aux Etats-Unis, la croissance dans le domaine manufacturier est un petit peu plus élevée que anticipé en sept. aux Etats-Unis, a annoncé le bureau pour l’études IHS Markit. L’indice PMI est ressorti à 60,7 contre 60,5 en 1ère estimation et 61,1 en aout. Le consensus s’élevait à 60,5.

Aux Etats-Unis, la croissance dans le domaine manufacturier s’est avérée plus élevée que anticipé en sept. aux Etats-Unis, a annoncé le bureau pour l’études l’Institute for Supply Management. L’indice des directeurs pour l’achat est ressorti à 61,1 contre 59,9 en aout. Le consensus s’élevait à 59,6.

Aux Etats-Unis, l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan est ressorti à 72,8 en sept. après 71 en août. Le consensus Briefing.com était de 71.

Vers 17h45, l’euro grappille 0,18% à 1,1601 dollar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *