Paris : cède 0,2% dans un contexte particulier de 14 juillet

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street – Ouverture mitigée en vue malgré les créations d'emplois

(AOF) – Les indices américains devraient ouvrir avec un biais négatif vendredi, malgré un rapport sur l’emploi très solide. En effet, non seulement les conceptions de postes dans le domaine non-agricole est largement revu à la hausse en décembre (de 199 000 à 510 000), mais celle de janvier ont été largement plus nombreuses que anticipé (467 000 contre 150 000 attendues). Le taux de chômage est resté quasi stable à 4%. Les valeurs technologiques devrait mieux s’en sortir grâce aux résultats pour l’Amazon et Snap. En pré-ouverture, le Dow Jones recule de 0,5% tandis que le Nasdaq est quasiment à l’équilibre.


Hier à Wall Street

Les marchés américains ont souffert, en particulier les valeurs technologiques. Ces dernières ont été affaiblies par les perspectives décevantes de Meta (Facebook), qui a vu plus pour l’un quart de sa capitalisation partir en fumée. La pression s’est accentuée à la continuité des déclarations de la présidente de la BCE, Christine Lagarde, qui a refusé de s’engager de nouveau à ne pas augmenter les taux cette saison. Ces commentaires ont entraîné une tension sur les taux. La résistance des financières a permis au Dow Jones de limiter son repli à 1,45% à 35 111 pts. Le Nasdaq a chuté de 3,7% à 13 879 pts.


Les chiffres macroéconomiques

Le nombre de conceptions pour l’emplois dans le domaine non-agricole aux Etats-Unis s’est élevé à 467 000 au mois de janvier, bien au-dessus des attentes du marché (150 000). Elles avaient été de 510 000 (révisé de 199 000) en décembre. Le taux de chômage reste quant à lui quasi-stable, passant de 3,9% à 4% (consensus à 3,9%).


Les valeurs à suivre

Activision Blizzard

Activision Blizzard, en cours de rachat par Microsoft pour 68,7 milliards de dollars, a présenté des résultats décevants du fait de la performance moins bonne que anticipé de Call of Duty. Au 4ème trimestre, clos fin décembre, le bénéfice net par action de l’éditeur de games vidéo s’est élevé à 564 centaines de milliers de dollars, soit 72 cents par action, contre un bénéfice de 508 centaines de milliers de dollars (65 cents par action) un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,25 dollars, soit 6 cents de moins que le consensus.


Amazon

Amazon devrait ouvrir en forte hausse à Wall Street à l’aide de la bonne performance de son activité cloud, à la hausse du prix de l’abonnement à son service Prime aux Etats-Unis et à la précision, apportée pour la 1ère fois, sur ses revenus publicitaires. Au 4ème trimestre, le bénéfice net du cybermarchand et spécialiste du cloud a atteint 14,3 milliards de dollars, soit 27,75 dollars par action, contre 7,2 milliards de dollars ou 14,09 dollars par action, un an plus tôt.


Bristol Myers Squibb

Bristol Myers Squibb a dévoilé un bénéfice net supérieur aux attentes et des prévisions en ligne. Au 4ème trimestre, le laboratoire américain a réalisé un bénéfice net de 2,4 milliards de dollars après une perte de 10 milliards un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le BPA est ressorti à 1,83 dollar contre un consensus de 1,8 dollar. Les ventes sont passées en un an de 11 à 11,9 milliards à l’aide de l’anticoagulant Eliquis et le traitement oncologique Opdivo. Wall Street visait 12 milliards.


Ford

Ford a levé le voile jeudi soir sur ses résultats du 4ème trimestre 2021. Le constructeur automobile américain a publié un bénéfice net de 12,3 milliard de dollars sur la période, à confronter avec une perte parfaite de 2,8 milliards de dollars un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action ajusté ressort à 26 cents, tandis que le consensus Bloomberg visait 45 cents. Pour sa part, le chiffre pour l’affaires de Ford s’établit à 37,7 milliards de dollars (+5%) au 4ème trimestre 2021, contre un consensus de 34,79 milliards de dollars.


General Electric

Le conseil pour l’administration pour l’EDF devrait valider dès lundi la reprise des activités nucléaires de General Electric pour un montant de 273 centaines de milliers de dollars, rapportent Les Echos vendredi. Ces activités avaient été cédées en 2015 par Alstom au conglomérat américain, quand Emmanuel Macron était ministre de l’Economie. Dorénavant président, ce retour dans le giron français doit faire partie de son plan pour le nucléaire, qui devra être détaillé la semaine prochaine.


News Corp

News Corp a publié un bénéfice de 262 centaines de milliers pour l’euros au deuxième trimestre de son exercice 2022 (à fin décembre 2021), en hausse marginale par rapport aux 261 centaines de milliers générés à la même période en 2020. Le bénéfice ajusté a en revanche progressé de 10 cents, passant de 0,34 à 0,44 dollar par action, et le chiffre pour l’affaires a augmenté de 12,6% à 2,72 milliards de dollars. Le groupe de médias n’a pas offert de prévisions pour le reste de l’exercice.


Regeneron

Regeneron Pharmaceuticals a dévoilé des résultats du 4ème trimestre soutenus par son traitement contre le Covid. Le bénéfice net est ressorti à 2,229 milliards de dollars, en hausse de 94%. Hors éléments exceptionnels, le BPA s’est tenu à 23,72 dollars contre un consensus de 20,4 dollars. Le chiffre pour l’affaires est multiplié par deux à 4,952 milliards. Wall Street visait 4,563 milliards.


Snap

En baisse jeudi de plus de 20% dans le sillage de Meta et ses perspectives décevantes, le titre du service de messagerie Snapchat est attendu en hausse de près de 50% à l’aide de un profit inattendu. Au 4ème trimestre, le groupe a enregistré un bénéfice net de 22,55 centaines de milliers de dollars, soit 1 cent par action, contre une perte parfaite de 97,24 centaines de milliers de dollars ou – 8 cents par action, un an plus tôt. Le marché anticipait une perte de 9 cents par titre. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est de 22 cents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.