Paris : cède 0,2% dans un contexte particulier de 14 juillet

Analyse mi-séance AOF Wall Street – La chute de la confiance des consommateurs sans trop de conséquences sur les marchés

(AOF) – Les bourses new-yorkaises ont un peu réduit leurs gains en ce début de séance, après des chiffres sur la confiance des consommateurs très décevants. L’indice compilé par l’Université du Michigan a en effet reculé de façon surprenante, pour tomber au plus bas à compter de le début de la pandémie. Cela n’empêche pas les indices de poursuivre leur petit bonhomme de chemin vers de nouveaux sommets historiques. Disney fait est de vedette de la journée à l’aide de ses trimestriels meilleurs que anticipé. Le firme de Mickey porte un Dow Jones qui gagne 0,13%, tandis que le Nasdaq reste à l’équilibre.

Walt Disney caracole seul en tête du Dow Jones vendredi, s’adjugeant une hausse de 3,02% à 184,71 dollars par action. Jeudi soir, le studio hollywoodien a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, grâce tout particulièrement à la réouverture progressive de ses parcs pour l’attraction. Ainsi, son bénéfice a atteint les 918 centaines de milliers de dollars au 3ème trimestre de son exercice, soit 50 cents par action, contre une perte de 2,61 dollars par action un an plus tôt à la même époque. Hors éléments exceptionnels, le BPA est multiplié par dix à 80 cents, pour un consensus FactSet de 55 cents.

Les chiffres économiques de la journée

L’indice préliminaire de la confiance des consommateurs, compilé par l’Université du Michigan, est tombé à 70,2 au mois pour l’août, après avoir atteint 81,2 en juillet. Les analystes s’attendaient à ce qu’il demeure inchangé, mais il vient de tomber à son plus bas niveau à compter de le début de l’épidémie.

Les prix à l’import aux Etats-Unis ont progressé de 0,3% en juillet sur un mois, après +1,1% en juin. Le consensus visait +0,6%. Les prix à l’export ont eux augmenté de 1,3%, contre +0,8% attendu et après +1,2% en juin.

Les valeurs à suivre aujourd’hui

Airbnb

Airbnb s’attend à ce que la propagation de nouveaux variants du Covid-19, tout particulièrement le Delta, entraine une baisse de ses réservations lors 3ème trimestre 2021. Ces dernières devraient aussi ressortir inférieures à leur niveau pour l’avant-crise. Cette prévision inquiète les investisseurs et relègue des résultats supérieurs aux attentes lors du seconde trimestre 2021. En préouverture de Wall Street, titre Airbnb recule de plus de 2%.

Boeing

Mauvaise nouvelle pour Boeing. Le lancement de sa capsule spatiale Starliner peut être retardé de plusieurs mois car elle devra à coup sûr être retirée du sommet pour l’une fusée pour être réparée. C’est du moins ce qu’a rapporté jeudi soir le Wall Street Journal, sur la base de sources proches du dossier.

Disney

Disney a publié hier soir un bénéfice net de 918 centaines de milliers de dollars au 3ème trimestre de son exercice, soit 50 cents par action, après une perte de 2,61 dollars par action un an plus tôt à la même époque. Hors éléments exceptionnels, le BPA est multiplié par dix à 80 cents, pour un consensus FactSet de 55 cents. Les ventes ont quant à elles grimpé de 44,5% à 17,02 milliards de dollars, contre 16,8 milliards attendus, grâce tout particulièrement à la réouverture de ses parcs à graphisme. Ces derniers ont vu leur revenus passer de 1,07 milliard l’an dernier à 4,34 milliards, battant ainsi le consensus.

DoorDash

La séance devrait être compliquée pour DoorDash dans le sillage de pertes plus importantes que anticipé lors du seconde trimestre 2021. Ainsi, le géant américain de la livraison de repas à domicile a accusé une perte parfaite de 102 centaines de milliers de dollars sur la période, tandis que le consensus FactSet tablait sur une perte de « seulement » 74,6 centaines de milliers de dollars. En revanche, le groupe a fait mieux que anticipé du arôme du chiffre pour l’affaires puisqu’il a bondi de 83% à 1,2 milliard de dollars, à confronter avec un consensus de 1,1 milliard de dollars.

Pfizer-BioNTech-Moderna

L’autorité sanitaire nord-américaine, la FDA, a autorisé l’injection pour l’une 3ème dose des vaccins anti-covid produits par Pfizer-BioNTech et Moderna en faveur des personnes immunodéprimées. Dans le même temps, des experts israéliens ont recommandé l’éligibilité à une 3ème dose à partir de 50 ans, contre 60 ans auparavant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.