POINT MARCHÉS-Petite hausse en vue à Wall Street, l'Europe hésite

Analyse mi-séance AOF Wall Street – La tendance se retourne à Wall Street, l’inflation au plus haut depuis près de 40 ans

(AOF) – La tendance s’est retournée à Wall Street, tandis que les investisseurs analysent en détail les chiffres mensuels de l’inflation. Arôme face, la hausse des prix à la consommation a ralenti, passant de +0,9% en octobre à +0,8% en novembre. Arôme pile, l’inflation atteint 6,8% en rythme annuel, un niveau jamais vu à partir de près de 40 ans. Ces chiffres seront pris en compte par la Fed pour éclairer ses choix de politique monétaire, une réunion de travail de l’institution étant programmée la semaine prochaine. Vers 17h10, le Dow Jones cède 0,07% à 35 729,22 points et le Nasdaq, -0,19% à 15 487,23 points.

Plus forte hausse de l’indice S&P 500,

Oracle

bondit de 13,73% à 101 dollars, galvanisé par ses bons résultats, en particulier son dynamisme dans le cloud. Neutre sur la valeur, UBS a rehaussé son objectif de cours de 86 dollars à 94 dollars. Le bureau d’études explique aussi la bonne performance du groupe par des ventes de licences sur site – la méthode historique de commercialisation des logiciels – et s’étonne même d’un tel niveau de croissance. Pour l’analyste, les entreprises pourraient avoir avancer leurs achats. Elle les réduirait donc par la continuité.


Les chiffres économiques de la journée

Aux Etats-Unis, l’indice de

confiance des consommateurs

de l’Université du Michigan est ressorti à 70,4 en décembre 2021, selon une 1ère estimation. Le consensus attendait 67,1. En novembre, l’indice était ressorti à 67,4.

L’indice des

prix à la consommation

(« CPI ») a progressé de 0,8% en novembre 2021 sur un mois, contre +0,9% le mois précédent et un consensus Reuters de +0,7%. Sur un an, l’inflation atteint les 6,8% en novembre, contre un consensus de 6,8% et après +6,2% en octobre. Hors les éléments volatils que sont l’électricité et l’alimentation (données « core »), l’indice a augmenté de 0,5% sur un mois et de 4,9% sur un an.

Le fabricant de semi-conducteurs et éditeur de logiciels pour l’infrastructure Broadcom a dévoilé des profits et des objectifs supérieurs aux attentes. Au 4ème trimestre, clos fin octobre, le groupe a réalisé un bénéfice net de 1,989 milliard de dollars, soit 4,45 dollars par action, à confronter avec un bénéfice net de 1,324 milliard de dollars, ou 2,93 dollars par action, un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action a atteint 7,81 dollars, soit 7 cents de mieux que le consensus.


Lockheed Martin


C’est au final Lockheed Martin qui a décroché le gros lot. La Finlande a commandé au géant américain 64 avions de combat F-35 pour changer sa flotte de chasseurs F-18. La commande dépasse les 8 milliards d’euros. Lockheed Martin coiffe ainsi au poteau le Rafale du français Dassault Aviation, le Gripen du suédois Saab et l’Eurofighter du consortium européen regroupant Airbus, BAE Systems et Leonardo.


Lululemon


Lululemon Athletica a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et relevé ses prévisions annuelles. Le distributeurs de yoga pants haut de gamme a cependant prévenu que ses perspectives pourraient être ternies par Omicron. Au 3ème trimestre de son exercice fiscal, le groupe a dégagé un bénéfice net ajusté par action de 1,62 dollar contre 1,16 dollar un an plus tôt. Le consensus FactSet le donnait à 1,4 dollar par action. Le chiffre pour l’affaires est ressorti à 1,5 milliard de dollars, supérieur aux prévisions des analystes qui tablaient sur 1,4 milliard.


Oracle


Oracle est attendu en forte hausse du fait de ses bons résultats, tout particulièrement dans le cloud. Au seconde trimestre, clos fin novembre, de son exercice fiscal 2021, l’éditeur de logiciels professionnels a enregistré une perte parfaite 1,247 milliards de dollars, soit 46 cents par action contre un profit de 2,44 milliards de dollars, soit 80 cents par titre, un an auparavant. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,21 dollar, dépassant de 10 cents le consensus Bloomberg.


Tesla


« J’envisage de délaisser mes emplois et de être un influenceur à temps plein, qu’en pensez vous ? ». Telle est la question posée par Elon Musk sur son compte Twitter. Aucune autre précision n’ayant été caractéristique, compliquée de dire si le directeur général de Tesla (entre autre) est sérieux ou s’il s’agit d’un nouveau pied de nez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.