POINT MARCHÉS-Petite hausse en vue à Wall Street, l'Europe hésite

Analyse mi-séance AOF Wall Street – Toujours plus haut pour le S&P 500

(AOF) – Wall Street avance prudemment mardi, sur fond de nouvelles rassurantes autour du variant Omicron. En effet, selon une étude sud-africaine, celui-ci, bien que plus contagieux, renforcerait l’immunité face au Delta, plus mortel. Malgré tout, les annulations de vols et les nouvelles mesures de restrictions mise en place par de nombreux pays pour endiguer la propagation de la nouvelle souche du virus incitent à la prudence. Tandis que la durée pour l’isolement est divisée par deux aux Etats-Unis, le S&P 500 (+0,2%) est en route pour un 70ème record de clôture cette saison. Le Nasdaq cède, lui, 0,05%.


Novavax

bondit de 6% à plus de 167 dollars sur la place de Wall Street, tandis que son vaccin contre le Covid-19 vient de se voir accorder une autorisation d’utilisation d’urgence (« EUA ») en Inde. Le vaccin sera produit et commercialisé par le Serum Institute of India (SII) sous l’appelation Covavax. « L’autorisation accordée aujourd’hui marque une phase essentielle pour l’Inde, où des options de vaccins supplémentaires et des centaines de milliers de doses sont nécessaires dans le cadre des efforts continus du pays pour faire examiner la pandémie », s’est réjoui Stanley C. Erck, le PDG de Novavax.


Les chiffres économiques de la journée

L’indice des prix de l’immobilier S&P/Case-Shiller dans les vingt majeures agglomérations américaines a progressé en octobre de 0,8% par rapport à sept., soit une progression stable. En données annualisées, il a augmenté de 18,4% (contre +19,1% le mois précédent), soit un chiffre quasi analogue aux attentes des économistes (+18,5%).


Les valeurs à suivre aujourd’hui

Apple a annoncé lundi la fermeture temporaire de ses magasins de New York en raison de la nouvelle vague de contaminations au Covid. Seuls les retraits de commandes en ligne seront forcément possibles.


Boeing


Bonne nouvelle pour Boeing. L’Indonésie a levé son interdiction de vol pour son modèle 737 MAX. Une décision qui intervient plus de trois ans après le crash d’un avion de la compagnie aérienne Lion Aspect ayant causé la mort de 189 personnes. En mars 2019, c’était au tour d’un 737 MAX de la compagnie Ethiopian Airlines de s’écraser dans des circonstances comparables, faisant 157 décés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.