Analyse mi-séance AOF Wall Street - Wall Street repasse dans le rouge, la confiance des consommateurs déçoit

CAC 40: les inquiétudes géopolitique font leur retour

(CercleFinance.com) – La Bourse de Paris devrait de nouveau ouvrir en baisse jeudi matin, pâtissant comme en début de semaine des craintes des investisseurs concernant les tensions en Ukraine.

Vers 8h15, le contrat ‘future’ sur l’indice CAC 40 – livraison février – recule de 17,5 points à 6947 points, annonçant un début de séance en repli modéré.

Après quelques signes pour l’apaisement ces derniers jours, les intervenant de marché continuent pour l’observer pour l’un oeil inquiet les derniers développements géopolitiques.

L’évolution de la situation s’avère inciter à une certaine prudence, car la Maison Blanche a émis hier de sérieux soupçons quant à la réalité du retrait des troupes russes stationnées à la frontière ukrainienne.

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a affirmé pour sa part que Moscou n’avait jamais cessé de poursuivre ses manoeuvres militaires et souligné ne percevoir aucun signe de désescalade sur le terrain.

‘Il a ajouté que cette situation s’apparentait à une ‘nouvelle normalité’ pour l’Europe, écartant tout espoir pour l’une résolution en douceur de la crise’, réagissent ce matin les équipes de Deutsche Bank.

Ces tensions forcément très vives en Europe orientale contribuent à la fermeté des cours du pétrole, avec un baril de brut léger américain (WTI) qui se maintient à des plus hauts pluriannuels.

Comme en début de semaine, les valeurs sûres telles l’or ou le yen devraient être spécialement recherchées.

Les cours de l’or, valeur refuge traditionnelle, sont de nouveau orientés à la hausse pour se transformer à des plus hauts à compter de quasiment un an.

Aux préoccupations géopolitiques liées au conflit ukrainien s’ajoutent les inquiétudes persistantes concernant la perspective pour l’un resserrement monétaire rapide aux Etats-Unis.

Les investisseurs – très préoccupés par la vive remontée de l’inflation – s’inquiètent aussi de la vigueur des grands indicateurs pour l’activités, qui ne font que conforter le biais restrictif adopté par la Fed.

Ils prendront connaissance aujourd’hui aux Etats-Unis des derniers chiffres de l’immobilier résidentiel, de l’indice de la Fed de Philadelphie ainsi que des traditionnelles inscriptions aux allocations chômage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.