CAC 40 : peu de changement attendu à l'ouverture

CAC 40 : les investisseurs cherchent toujours des catalyseurs

Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (crédit : L. Grassin / Flickr)

(CercleFinance.com) – La Bourse de Paris devrait ouvrir sans grand renouvellement lundi matin les premiers jours pour l’une séance qui s’annonce calme parce que aucun indicateur majeur ne est à l’planning de la journée.

Vers 8h15, le contrat ‘future’ sur l’indice CAC 40 – livraison sept. – grignote 10,5 points à 6673,5 points, annonçant un début de séance au-dessus de l’équilibre.

Si l’planning macroéconomique restera bien maigre ce lundi, les investisseurs prendront connaissance, dans le courant de la semaine, de toute une série de statistiques mesurant l’activité économique.

Les intervenants de marché espèrent que ces chiffres confirmeront la poursuite du redressement de l’économie, en Europe comme aux Etats-Unis, après les publications décevantes des dernières semaines.

Certaines statistiques ont récemment fait prendre en compte l’émergence pour l’un scénario annoncé de ‘stagflation’, marqué par une inflation élevée et une consommation plus faible que anticipé, une conjonction bien connue pour avoir des sensations négatifs sur la croissance.

‘Les ventes de détail aux Etats-Unis (attendues jeudi, NDLR) fourniront de plus amples informations sur le ralentissement de la consommation et l’impact de la fin de l’envoi des chèques de relance’, préviennent les analystes de Danske Bank.

‘La vigueur de la consommation nord-américaine est l’un des facteurs à la base de la surchauffe du domaine manufacturier et des pressions qui s’exercent sur les prix du transport de marchandises’, rappelle la banque danoise.

Les investisseurs suivront aussi avec objectif, dès demain, les derniers chiffres de l’inflation aux Etats-Unis.

En Europe aussi sont attendues les données définitives de la hausse des prix à la consommation dans la zone euro.

Autant de statistiques qui ne manqueront pas de nourrir le polémique sur le rythme du resserrement monétaire amorcé par les grandes banques centrales, et qui garantit pour l’animer forcément la tendance.

Après le ton rassurant employé par la Banque centrale européenne la semaine terminée, les opérateurs attendent un discours autant bienveillant de la part de la Réserve fédérale nord-américaine.

‘La perspective pour l’une réduction des rachats pour l’actifs de la Fed (‘tapering’) se profile forcément, mais son calendrier s’est rallongé après le mauvais rapport sur l’emploi américain du mois dernier’, pense Danske Bank.

La Réserve fédérale tiendra son prochain comité de politique monétaire les 21 et 22 sept. prochains, un rendez-vous qui peut déboucher sur des positions devenu prudentes sur les marchés.

A Paris, le CAC a perdu 0,5% la semaine terminée, soit son 4ème repli hebdomadaire à compter de le cycle baissier amorcé le 16 août. Cela fait dorénavant 17 séances que l’indice reste littéralement figé autour des 6687 points.

Si ce niveau maintient l’indice parisien au sein pour l’une tendance haussière, à en croire les chartistes, il va falloir débusquer de nouveaux catalyseurs pour aller chercher les prochaines résistances, qui se situent à 6735 et ensuite 6760 points, préviennent-ils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.