Analyse mi-séance AOF Wall Street - Wall Street repasse dans le rouge, la confiance des consommateurs déçoit

CAC 40 : prudence, tous les regards braqués sur Francfort

(CercleFinance.com) – La Bourse de Paris devrait ouvrir en baisse jeudi matin en attendant les décisions de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), qui devrait enclencher aujourd’hui une phase majeure de son resserrement monétaire.

Vers 8h15, le contrat à terme sur l’indice CAC 40 – livraison sept. – cède 42 points à 6626,5 points, annonçant un début de séance surtout prudent.

Les regards vont progressivement se diriger vers Francfort, où la BCE devrait signaler à l’heure du déjeuner son volonté de réduire progressivement le rythme de ses rachats pour l’actifs.

La banque centrale rendra sa décision de politique monétaire à 13h45 avant une conférence de presse de sa présidente, Christine Lagarde, prévue à 14h30.

La BCE rachète actuellement pour 80 milliards pour l’euros par mois dans le cadre de son programme pour l’achat pour l’urgence en cas de pandémie (PEPP) et pour 20 milliards pour l’euros par mois dans le cadre de son programme régulier de rachats pour l’actifs (APP).

Les observateurs s’attendent à ce que l’institution revienne à un rythme de rachats PEPP de l’ordre de 60 milliards pour l’euros par mois, en ligne avec le rythme pour l’achat du début de l’année, avant une poursuite graduelle de la réduction de ses rachats au fil du temps.

L’inflation atteint en effet des niveaux records en zone euro, le taux de chômage est revenu à des niveaux proches pour l’avant la pandémie, la vaccination de la population adulte de l’Union européenne dépasse maintenant les 70% et la réouverture des économies après le confinement du printemps s’est bien terminée.

‘En somme, il y a de quoi se montrer plus optimiste sur les perspectives qu’il y a trois mois’, résument les économistes de la banque privée Oddo BHF.

Le soutien persistant de la BCE est l’un des éléments à la base de la bonne performance des actifs à risque, et tout particulièrement de l’envolée de plus de 17% de l’indice paneuropéen Euro STOXX 50 à compter de le début de l’année.

Mais au vu des atermoiements des indices boursiers européens à compter de quelques semaines, les offres de la BCE semblent avoir été largement anticipées par les marchés et elles ne devraient pas provoquer trop de remous dans la journée.

Pour l’heure, les rendements des emprunts pour l’Etat allemands, référence pour la zone euro, sont stables, celui à 10 ans continuant de progresser autour de -0,3%. Le rendement des OAT reste lui aussi inchangé, à 0,01%.

Même stabilité pour l’euro, qui se traite autour de 1,1825 dollar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.