POINT MARCHÉS-Petite hausse en vue à Wall Street, l'Europe hésite

CAC40: entrainé sous les 6.300 par le recul de W Street

(CercleFinance.com) – La bourse de Paris achève la séance de la journée sur une perte de 1,66%, autour des 6.253 points, dans le sillage de Wall Street: le S&P500 cède 2,2%, le Dow Jones recule de 1,4% mais le Nasdaq plonge de 3,3%;

L’Euro-Stoxx50 n’est pas épargné et lâche 1,6%, tout comme Francfort (-1,7%), seul Londres limitant la casse avec -0,4%;

Les indices US viennent pour l’accélérer leur recul après la publication pour l’une chute de -16,6% des ventes de logements neufs en avril aux Etats-Unis (soit un volume annualisé CVS de 591.000 contre 709.000 en mars), le prix médian plafonnant vers 450.000$.

Quelques minutes auparavant, le PMI ‘flash’ (de S&P Global) traduisait une baisse de l’activité du domaine privé américain de 56 vers 53,8 en mai : une dégradation de conjoncture qui impacte à la fois par les fabricants et les prestataires de services.

‘Ils ont signalé des progrès plus faibles de la réalisation sur fond de pressions inflationnistes élevées, pour l’une nouvelle détérioration des délais de livraison des fournisseurs et pour l’une croissance plus faible de la demande’, expliquent les enquêteurs.

Les T-Bonds se détendent subitement de -10,5Pts vers 2,753%, les Bunds de -6Pts (à 0,962%) et nos OAT de -5,6Pts à 1,487%.

Ce matin, les investisseurs avaient pu prendre connaissance de l’indice PMI flash composite de l’activité globale en France. Celui-ci s’établit à 57,1 en mai, niveau signalant ainsi une forte expansion de l’activité du domaine privé français, selon S&P Global qui calcule cet indice à partir pour l’enquêtes près des entreprises.

Bien que s’étant légèrement replié par rapport au précédemment de 51 mois enregistré en avril (57,6), l’indice affiche un niveau nettement supérieur à sa moyenne historique, soit à partir de le lancement de l’enquête en mai 1998.

Par ailleurs, Le climat des affaires en France se dévoile stable au mois de mai, au vu de l’indicateur synthétique de l’Insee qui se maintient à 106, un niveau demeurant donc au-dessus de sa moyenne de longue période (100).

Cette stabilité masque néanmoins des évolutions contrastées : la situation conjoncturelle s’améliore un peu dans les services et le commerce de détail, mais se détériore dans l’industrie, le bâtiment et le commerce de gros.

Par ailleurs, le climat de l’emploi se dégrade légèrement, son indicateur synthétique perdant un point à 110, du fait en général du recul des soldes pour l’opinion relatifs à l’évolution récente et à venir des effectifs dans l’intérim.

Dans la zone euro, selon son estimation flash, l’indice PMI composite S&P Global s’établit à 54,9 en mai, contre 55,8 en avril, signalant ainsi une croissance du domaine privé de la zone euro pour un quinzième mois consécutif, mais à un rythme moins rapide.

C’est en France que la croissance de l’activité est la plus marquée, quoi qu’en léger ralentissement par rapport à avril, tandis qu’elle s’est légèrement accélérée en Allemagne et qu’elle s’est poursuivie dans le reste de la région.

‘La faiblesse du domaine manufacturier reste par ailleurs préoccupante, les difficultés des fabricants semblant déjà se propager à une section du domaine des services’, note cependant Chris Williamson, chief business economist à S&P Global Market Intelligence.

‘Les pressions sur les prix, conjuguées à la solidité rassurante de la croissance du PIB mise en évidence par les données PMI, inciteront à tous les coups la Banque centrale européenne à resserrer bientôt sa politique monétaire’, ajoute-t-il.

‘Les autorités du pays ont promis de donner leur soutien à l’économie, en particulier via des baisses pour l’impôts de 21 milliards de dollars, et le président américain Biden a déclaré qu’il envisageait de retourner sur plusieurs droits de douane qui avaient été imposés par Trump aux produits chinois’, soulignent les équipes de Liberum.

La patronne de la BCE, qui doit se rendre à Davos cette semaine, a spécifié sur son blog officiel qu’elle prévoyait une ‘sortie des taux négatifs’ dès le mois de sept., avec une hausse des taux directeurs cet automne.

Dans l’actualité des sociétés françaises, Aspect France-KLM (-20%) annonce le lancement pour l’une augmentation de capital avec maintien du DPS afin de lever un montant brut de près de 2,26 milliards pour l’euros par l’émission de 1,93 million pour l’actions nouvelles, à souscrire en numéraire et/ou par compensation de créances.

TotalEnergies annonce la signature, à l’occasion de la World Gas Conference 2022, pour l’un accord avec l’société coréenne Hanwha Energy Corporation pour la fourniture de 600.000 tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) par an, sur 15 ans, à partir de 2024.

Pour finir, Rubis fait savoir qu’à l’issue de la période de souscription qui s’est étendue du 21 mars au 8 avril, 505 de ses salariés, soit 48,46% des salariés éligibles, ont souscrit à l’augmentation de capital qui leur est réservée, au niveau de 3,44 centaines de milliers pour l’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.