CAC 40 : peu de changement attendu à l'ouverture

CAC40 : le CPI US douche tous les marchés, actions et taux

Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (crédit photo : / L. Grassin )

(CercleFinance.com) – Épaisse douche froide sur les marchés à 14H30 avec le chiffre le plus attendu à partir de début octobre, c’est à dire le CPI US: l’inflation ressort plus forte que anticipé et le CAC40 perd -170Pts (-2,75%) en ligne dextre en 5 minutes, dans le cadre pour l’un contrepied qui comptera parmi les plus méchant de l’année en cours.

Quelques acheteurs ont tenté un coup de bluff en amont de la publication, faisant grimper entre 12H et 14H25 le CAC de plus de 1%… mais mal leur en a pris parce que l’indice retombe à environ -2% vers 5.710 et le gros enjeu de cette séance va être de préserver le plancher annuel des 5.675 pour l’en ce lieu le weekend (uniquement 1% de marge de sécurité).

La France se retrouve de surcroit plongée dans un contexte de tension sociale et aussi de possible paralysie de l’activité avec des stations service à sec, des grèves dans les centrales nucléaires, une grève des dockers et des bruits de couloir de débrayage à la SNCF: sans carburants et sans transports en courant, c’est l’histoire de 1995 qui commence à poindre avec le risque de soudaine plongée en récession qui en découle.

L’appel à la grève générale de la CGT -s’il était suivi, ce qui est sans précédent à partir de mai 68- risque fort pour l’inquiéter les créanciers de la France et nos OAT voient leur rendement bondir de +7Pts vers 3,02%.

L’Euro-Stoxx50 chute de -2% et retombe sur 3.260 dans le sillage pour l’Amsterdam qui dévisse de près de -3%.

Le rapport mensuel sur l’inflation aux Etats-Unis publié par le Département du Travail s’avère pire que les pires prévisions: l’indice des prix à la consommation américain a augmenté de 0,4% en sept. et de +8,2% par rapport au même mois de 2021 (après 8,3% en août, mais Jefferies, comme beaucoup pour l’autres brokers, anticipait un repli à 8,1%).

Hors énergie (+19,8%) et produits alimentaires (+11,2%), deux catégories traditionnellement volatiles, le taux pour l’inflation annuel ‘core’ s’est accru de +0,4% à 6,6% le mois dernier, soit le pire score observé à partir de… 1982.

Les inscriptions aux allocations chômage ont augmenté de +9.000 lors de la semaine du 3 octobre aux Etats-Unis, celles-ci s’établissant à 228 000, contre 219 000 la semaine précédente, selon le Département du Travail.

La moyenne mobile sur 4 semaines -qui peut être considérée comme un meilleur indicateur de la tendance de fond du marché du travail- est aussi en légère augmentation, s’établissant à 211 500 contre 206 500 une semaine plus tôt.

Les ‘minutes’ de la FED publiées mercredi soir n’ont contribué à rassurer: ‘Les responsables de la Fed s’attendent à ce que les taux restent élevés durant un certain temps. Ils continueront à les augmenter jusqu’à ce qu’ils voient des signes clairs de ralentissement de l’inflation’, résume la banque californienne Wells fargo.

Le rendements des T-Bonds US se retend de +17Pts vers 4,07%, le ’30 ans’ rejoint les 4%, ce qui provoque une chute de -2,2% du S&P500 en préouverture (sous les 3.500Pts) et de -2,5% du Nasdaq.

L’Euro rechute de -0,5% vers 0,9655$, seule la Bouqin Sterling se redresse de +0,8% tandis que Liz Truss laisse appréhender qu’elle est sur le point de faire machine arrière sur sa mise à jour fiscale, ce qui fait dire à nombre pour l’observateurs que la Bank of England et les marchés ont ‘gagné’ (mais au pris de pertes de valeur abyssale sur les ‘Gilts’ UK qui se détendent de -20P à -25Pts.

Cela n’empêche pas la bourse de Londres de chuter de -1,5%.

Du arôme des valeurs, Eiffage fait part de l’acquisition de 70% du capital de SNEF Telecom, filiale du groupe SNEF et acteur de référence sur le marché français des télécommunications mobiles avec un chiffre pour l’affaires de près de 200 centaines de milliers pour l’euros en 2021.

Au lendemain de sa réunion de travail avec les organisations syndicales, TotalEnergies indique leur avoir informé qu’elle était disposée à envisager un budget pour les augmentations salariales 2023 sur la base de l’inflation 2022.

En outre, le groupe annonce l’attribution à l’ensemble de ses salariés dans le univers pour l’un bonus exceptionnel correspondant à un mois de paye qui devra être versé en décembre, sous réserve pour l’accords salariaux dans les divers pays et filiales concernés.

Oddo BHF réaffirme son opinion ‘surperformance’ sur Sodexo avec un objectif de cours relevé de 82 à 92 euros, tandis que le groupe de restauration et de services doit tenir une journée investisseurs (CMD) le 2 novembre à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *