Paris : cède 0,2% dans un contexte particulier de 14 juillet

CAC40 : + lourde correction de 2021, W-Street limite la casse

(CercleFinance.com) – La bourse de Paris a tenté de limiter un peu la casse en fin de matinée après une ouverture un peu en mode ‘panic selling’ avec un impressionnant -5% quelques minutes après l’ouverture et un ‘plus bas’ inscrit à 6.736Pts.

Le CAC40 a réussi à reprendre +120Pts mais s’est de nouveau affaibli cède 3,8%, autour des 6.800/6.810 dans des volumes étoffés de 3,5MdsE à 14H45.

L’Euro-Stoxx50 lâche -3,6%, le DAX40 -3%, Londres -2,9%, ce qui constitue la plus chute observée cette saison pour l’ensemble de ces indices.

Fermée hier pour la fête de Thanksgiving, Wall Street rouvre en forte baisse vendredi pour une séance écourtée : le S&P500 perd -1,5%, le Dow Jones -2,3%, le Nasdaq s’en tire quasiment bien avec -1%… mais le Russell-2000 lâche -3%.

Ce sont les plus lourds repli observés à Wall Street à partir de fin octobre 2020.

Le ‘VIX’, la jauge du street affiche +40% vers 26,00 mais a passé la barre des +50% en préouverture… ce qui n’est pas rien.

Les places boursières son impactées par la découverte pour l’un nouveau variant du Covid en Afrique du Sud jugé spécialement préoccupant de par son nombre élevé de mutations, un phénomène qui peut potentiellement le rendre indifférent à la vaccination de ses convives.

Le CAC40 se dévoile spécialement vulnérable au spectre de reconfinements et autres mesures de ‘freinage’ par le biais de la forte présences des entreprises liées à l’aéronautique, le loisir/tourisme, la restauration collective… et si les aéroports subissent une forte baisse de leur fréquentation, cela finira aussi par affecter les valeurs du luxe, qui pour l’heure résistent surtout mieux que la moyenne des autres composantes du CAC40 et du SBF120.

Les marchés obligataires grimpent par arbitrage au détriment des actifs ‘risk on’ dans le cadre pour l’un ‘flight to safe havens’ : les taux longs se détendent de -6Pts en moyenne en Europe, les T-Bonds de -12Pts vers 1,53%.

Mais les actifs les plus recherchés sont les labos avec Pfizer +6%, Novavax +8% et Moderna +15%.

Pfizer affirme pouvoir mettre au point un nouveau traitement spécifique en 2 mois, mais il faudra ensuite vérifier son efficacité -et son inocuité-, et ensuite des semaines pour le produire et plusieurs trimestres pour que 60 à 70% de la population soit ‘vaccinée’… autrement affirmé, cela peut prendre 1 an, et le nouveau variant virus aura -s’il échappe aux mesure de cantonnement à sa zone pour l’origine- eu le temps de se diffuser largement.

‘Cette souche est apparemment à la base de la récente flambée des cas pour l’infection en Afrique du Sud’, expliquent ce matin les analystes de Commerzbank.

‘Alors qu’il partait de niveaux très faibles, le taux pour l’incidence à sept jours y est très rapidement passé à 40’, font-ils valoir.

L’inquiétude gagne les marchés tandis que les premiers cas pour l’infection à ce variant sont détectés en dehors de l’Afrique du Sud, à Hong Kong et en Israël tout particulièrement.

Conséquence en Europe, le Royaume-Uni a annoncé hier qu’il avait décidé de suspendre les liaisons avec l’Afrique du Sud et cinq autres pays pour l’Afrique Australe en raison des craintes que procure la découverte de cette nouvelle souche du virus.

Signe de l’inquiétude sur les marchés, les grands indices asiatiques ont tous fini sur de lourdes pertes la séance de vendredi. A Tokyo, le Nikkei décrochait de plus de 2,5% en fin de journée tandis qu’à Hong Kong, le Hang Seng lâchait environ 2,3%.

Les informations inquiétantes en provenance pour l’Afrique du Sud – qui viennent rappeler aux marchés financiers que l’épidémie de Covid n’est pas encore terminée – pourraient venir gâcher les célébrations de Blacks ou afros Friday, la journée promotionnelle qui lance la période clé des achats de fin pour l’année.

Dans ce contexte, l’or – valeur refuge par excellence – s’adjuge 1% à 1.801,80 dollars l’once, illustrant la soudaine aversion au risque des opérateurs.

Le Dollar qui souvent de refuge dans des contextes ‘tendus’ perd malgré tout -0,4% vers 1,1280/E.

Le baril de pétrole plonge de -4% avec la perspective pour l’un potentiel ralentissement de l’activité fin 2021.

Dans l’actualité des valeurs françaises, Airbus dévisse de quasiment -12%, Elior de -11,5%, Safran et Aspect France pour l’environ -10%.

Novacyt annonce que son test PCR en temps réel genesig COVID-19 est approuvé au Royaume Uni dans le cadre de la réglementation adoptée par l’Agence britannique de sécurité sanitaire (CTDA).

Rémy Cointreau annonce un partenariat avec Genesis (anciennement Greenback SAS), qui mesure l’impact des pratiques agricoles sur les sols en combinant prélèvements et métadonnées, autour de trois indicateurs : pollution, biodiversité et séquestration carbone.

Pour finir, Lysogene annonce avoir obtenu un financement non dilutif de 4,3 centaines de milliers pour l’euros de la part de Bpifrance, constitué pour l’un prêt Innovation R&D de trois centaines de milliers et pour l’une avance récupérable de 1,3 million.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.