Paris : léger repli avant les statistiques et résultats US

CAC40 : réduit sa perte à -2%, W-Street ne cède que -1,5%

(CercleFinance.com) – Avec un repli contenu à moins de 1,5/1,6% des indices US, la Bourse de Paris réduit un peu ses pertes, le CAC40 affichant -2% vers 6.438 contre plus de 2,7% de repli et un plus bas de 6.390 vers 14H30.

L’Euro-Stoxx50 perd -2,3% dans le sillage du DAX qui plonge de -2,5%.

Cela reste la plus forte chute intraday des indices européens à compter de le 19 juillet mais aussi à compter de le 28 octobre 2020.

Outre la situation sanitaire, le calendrier pour l’un ‘tapering’ de la Fed (qui semblent déjà intégrés dans les prix), les opérateurs s’inquiètent du soucis de dette du géant chinois de l’immobilier Evergrande (cela fait plus pour l’un mois que l’on redoute une faillite) et ensuite du risque de ‘shutdown’ aux Etats Unis si le plafond de la dette n’est pas relevé pour l’maintenant octobre.

Les investisseurs multiplient ainsi les prises de bénéfices et l’indice parisien décroche, tout particulièrement plombé par les valeurs bancaires (Société Générale à -5,6%, Crédit Agricole et BNP Paribas à -4% et -4,5% respectivement) et ensuite Stellantis (-5%) et Arcelor-Mittal (lanterne rouge bordeaux avec -7%).

Ce brusque décrochage ‘peut emmener l’indiceCAC 40sur le support majeur des6.300points. Un rebond intermédiaire, même minime, est le bienvenu afin de contenir ce retournement et avant qu’il ne porte à conséquence sur la tendance de moyen terme’, note-t-on chez Kiplink.

C’est par ailleurs dans l’optique pour l’un potentiel rebond que demain, les investisseurs braqueront yeux et oreilles sur la réunion de travail de politique monétaire de la Fed (FOMC), en quête pour l’un peu de visibilité quant à l’évolution du programme pour l’assouplissement quantitatif de la banque centrale us.

‘Après le rapport frustrant sur l’emploi et les chiffres moins élevés que anticipé de l’inflation publiés la semaine dernière, nous nous attendons à ce que la Fed se dévoile patiente avant de révéler les modalités du ‘tapering”, expliquent les analystes de Danske Bank.

Autre sujet de préoccupation, le dossier Evergrande, qui menace de déstabiliser l’économie chinoise (et son système bancaire qui a contribué aux 300Mds$ pour l’endettement du groupe) et qui rappelle, pour plusieurs, la faillite de Lehman Brothers en 2008.

‘La confusion est grande quand les marchés boursiers évoluent peu ou prou à leurs plus hauts historiques, tandis que le plus grand groupe ‘high yield’ pour l’Asie, Evergrande, est sur le point de sombrer, sans que personne ne sache de quelle manière la situation sera gérée ou s’il y aura un effet de contagion’, s’inquiètent les équipes de Deutsche Bank.

Le renflouement pour l’Evergrande par le gouvernement chinois ne s’avère pas à l’ordre de la journée et une déclaration de cessation de paiement peut fragiliser l’ensemble du système financier chinois. Le journal pour l’État chinois a mentionné qu’Evergrande trouverait surtout son salut sur les marchés qu’auprès du gouvernement.

Peu de chiffres ‘macro’ à se mettre sous la dent, l’indice NAHB (association US des constructeurs de maisons individuelles) ressort à 76, soit un tout petit mieux que les 75 attendus.

Une vague de ‘fuite vers la qualité’ dopé les marchés obligataires : les rendement fondent de -3Pts sur nos OAT vers 0,018%, de -4Pts sur les Bunds (-0,36%) et de -4 aussi sur les T-Bonds à 1,3310%.

En cette journée de surgissement du ‘risk off’, les crypto-actifs, de nature fortement spéculative, sont sévèrement impactées avec -8% de repli sur le bitcoin qui a effectué une incursion sous 43.000$, l’Ethereum (-12% à 2.950$, retour sur le plancher du 18 août) menaçant le palier des 3.000$.

Du arôme des valeurs françaises, Sanofi fait part de la présentation des résultats positifs de période III pour l’un traitement associant Libtayo, médicament développé avec Regeneron, à une chimiothérapie, lors du congrès virtuel 2021 de la Société européenne pour l’oncologie médicale (ESMO).

Alstom indique avoir signé un contrat de 300 centaines de milliers pour l’euros avec le Département des Transports de l’Etat australien de Victoria, pour fournir localement 25 trains X’Trapolis composés de six voitures destinées au réseau de banlieue de Melbourne.

Airbus fait part de son intégration au nouvel indice-phare de la Bourse de Francfort, le DAX40, à partir de ce jour, et de sa sortie concomitante du MDAX dont le constructeur aéronautique faisait partie à compter de sa naissance en 2000.

Pour finir, Capgemini annonce ce lundi la signature pour l’une prolongation pluriannuelle de son contrat de fournisseur stratégique informatique avec la chaine us de restauration rapide McDonald’s.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *