Paris : cède 0,2% dans un contexte particulier de 14 juillet

CAC40 : une séance pour rien, le semestre s'achève au + bas

(CercleFinance.com) – Le rebond initial des places européennes fait long feu après qu’un membre de la FED ait qualifié que l’?uvre pour l’une hausse de +75Pts fin juillet était le plus probable.

Wall Street -légèrement positif dans les 1ers échanges- rebascule dans le de couleur rouge (-0,4% pour le Dow Jones, -0,2% sur le S&P500), ce qui plombe le CAC40 qui revient à l’équilibre.

L’Euro-Stoxx50 et le Dax40 conservent une avance de +0,4%, Londres est quasi stable.

Les volumes demeurent inhabituellement étroits (moins de 3MdsE échangés à 1H de la clôture) en cette séance technique des ‘4 sorcières’ qui clot le deuxième trimestre et aussi le 1er semestre boursier, lequel s’avère le pire à compter de 70 ans.

Le Bourse de Paris accuse une perte de -5% sur la semaine, -8% en 1 mois (échéance juin), et ensuite -17,2% à compter de le 1er janvier.

Un seul chiffre au menu ce 17 juin : l’indice des indicateurs avancés américains du ‘Conf’Board’ s’est de nouveau replié au mois de mai, sous le coup tout particulièrement de la chute des marchés boursiers.

Ce baromètre, calculé par l’organisation patronale Conference Board, a ainsi reculé de 0,4% le mois dernier après avoir déjà diminué de 0,4% au mois pour l’avril (conformément aux prévisions des économistes).

Au-delà de la correction de Wall Street, l’indicateur est pénalisé par le ralentissement du domaine de l’habitation résidentielle et la dégradation des perspectives du consommateur, explique Ataman Ozyildirim, le responsable de la recherche économique au Conference Board.

‘L’indice se développe forcément à des niveaux proches de ses plus hauts historiques, mais il laisse suggérer qu’un ralentissement économique est probable à court terme, sachant que le resserrement de la politique monétaire est nommé à brider davantage la croissance’, ajoute-t-il.

Pour rappel, l’envolée de l’inflation aux Etats-Unis a poussé mercredi la Réserve fédérale à relever ses principaux taux pour l’avantage de 75 points de base, une 1ère à compter de 1994.

La BCE a de son arôme été contrainte pour l’organiser une réunion de travail pour l’urgence pour tenter de rassurer les marchés sur le risque de fragmentation du rendement des dettes souveraines dans l’Eurozone : elle n’a pas réellement convaincu et les marchés en sont réduits à des conjectures, faute pour l’éléments concrets concernant les outils à mettre en place.

La BCE apparaît plus que jamais en retard sur ses homologues après la hausse de 50 points du taux directeur de Banque Nationale Suisse (BNS), avec pour l’autres hausses à suivre.

Face à la multiplication des mesures de durcissement monétaire (60 banques centrales ont relevé leurs taux à compter de le 1er janvier), qui menacent de faire vous immerger la planète en récession, les investisseurs n’arrivent plus à retrouver le goût du risque.

Les intervenants de marché commencent à réaliser que l’accélération du cycle de resserrement monétaire risque de produire un impact sur la croissance, pour l’abord aux Etats-Unis et ensuite dans le reste des personnes.

Si aucune classe pour l’actifs n’est épargnée par la récente correction des places financières, les principaux signaux pour l’alarme proviennent indéniablement du marché obligataire.

La détente sensible qui s’opère ce vendredi sur le marché des Treasuries devrait toutefois procurer un semblant pour l’accalmie aux actions, quand bien même les inquiétudes sont loin pour l’être complètement apaisées.

Les rendements des bons du Trésor américain repartent tous à la baisse, le dix ans revenant aux abords de 3,215% (contre 3,305% jeudi soir) après avoir atteint 3,45% dans la journée pour l’hier.

Le deux ans et le cinq ans refluent eux aussi par rapport à leurs sommets de la veille, confirmant que l’heure est à présent à la détente sur le compartiment obligataire.

En Europe, nos OAT se détendent de -0,4Pts vers 2,263%, les Bunds se dégradent de 1,6805% vers 1,73… ce qui permet de réduire le ‘spread’ avec les BTP italiens qui se détendent de -11Pts à 3,74%.

L’planning macroéconomique était mine aussi en Europe aujourd’hui, avec néanmoins la publication des chiffres définitifs de l’inflation en zone euro, et ensuite la réalisation industrielle et les chiffres de la réalisation aux Etats Unis.

L’inflation dans la zone euro est ressortie à 8,1% sur un an au mois de mai, pour l’après des chiffres publiés vendredi par Eurostat, qui confirme ainsi sa 1ère estimation rendue à la fin du mois dernier.

La réalisation industrielle a légèrement progressé aux Etats-Unis au mois de mai. Elle a augmenté de 0,2% le mois dernier après une progression de 1,4% en avril, selon les chiffres publiés vendredi par la Réserve fédérale. Les économistes prévoyaient en moyenne un gain de 0,5% en mai.

La séance doit aussi être marquée par l’expiration de nombreux types de ‘futures’ et de contrats pour l’options, une conjonction connue sous le terme des ‘4 sorcières’ qui favorise habituellement la volatilité des échanges.

Du coté des valeurs, Oddo relève son conseil sur le titre Aspect France-KLM, passant de ‘ sous-performance ‘ à ‘ neutre ‘, tout en abaissant son objectif de cours à 1,45 euro, contre 4,4 euros précédemment.

‘ Nous relevons nos estimations, tout spécialement sur l’exercice 2022 (+11% au niveau de l’EBITDA et +9% vs consensus, BPA en baisse suite à l’augmentation de capital), afin pour l’intégrer une amélioration des yields au T2 et T3 ‘, indique l’analyste.

Invest Securities confirme son opinion neutre sur la valeur Dassault Systèmes. ‘ Si nous pensons que l’essentiel du derating est derrière nous, notre objectif actualisé à 32E (contre 36E) n’offre pas de potentiel pour repasser à l’achat ‘.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.