Clôture en hausse en Europe, record du Nasdaq

Clôture en hausse en Europe, record du Nasdaq

CLÔTURE EN HAUSSE EN EUROPE, RECORD DU NASDAQ

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont achevé en hausse mercredi et à Wall Street, le Nasdaq a inscrit un record après un indicateur sur l’emploi américain inférieur aux attentes, qui fait une nouvelle fois refluer les craintes pour l’un resserrement prochain des politiques monétaires.

À Paris, le CAC 40 a gagné 1,18% (78,51 points) à 6.758,69 points. A Londres, le FTSE 100 a avancé de 0,42% et à Francfort, le Dax a pris 0,07%.

L’indice EuroStoxx 50 a fini sur une progression de 0,74%, le FTSEurofirst 300 de 0,47% et le Stoxx 600 de 0,48% après avoir frôlé en début de matinée son record du 13 août.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait en ordre dispersé: le Dow Jones perdait 0,07% tandis que le Standard & Poor’s 500 s’adjugeait 0,17% et le Nasdaq Composite 0,69%.

Ce dernier a inscrit un record à l’aide de la hausse marquée de grandes capitalisations du domaine des hautes nouveautés comme Apple (+1,73%) ou Alphabet (+1,03%), qui ont atteint des plus hauts historiques.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les actions européennes étaient déjà bien orientées avant l’ouverture des marchés américains, grâce parmi d’autres choses aux espoirs de nouvelles mesures de soutien à l’économie en Chine après de nouveaux signes de ralentissement et aux résultats définitifs des enquêtes PMI sur le domaine manufacturier européen, qui reflètent une croissance forcément soutenue.

Aux Etats-Unis, l’enquête mensuelle du cabinet ADP sur l’emploi dans le domaine privé dévoile que le nombre pour l’emplois créés en août est inférieur aux attentes, un argument favorable au maintien prolongé des mesures de soutien de la Réserve fédérale à deux jours de la publication du rapport mensuel du département du Travail.

L’enquête ISM sur l’activité du domaine manufacturier reflète quant à elle une accélération de la croissance du domaine le mois dernier mais aussi une contraction des effectifs.

VALEURS

En Europe, les secteurs les plus sensibles aux perspectives de reprise ont soutenu la tendance: l’indice Stoxx du transport et des loisirs a gagné 1,83%, tout comme celui de la distribution. Celui des hautes nouveautés a pris 1,42% dans le sillage du Nasdaq.

Le compartiment des banques, lui, s’est adjugé 0,94% avec la remontée des rendements des emprunts pour l’Etat.

A Paris, Pernod Ricard a pris 3,71% après des résultats annuels supérieurs aux attentes tandis que Carrefour cédait 5,49%, pénalisé par la sortie de Bernard Arnault du capital.

CHANGES

Le dollar, stable en début de journée, s’est orienté à la baisse après la publication de l’enquête ADP, qui nourrit les interrogations des cambistes sur l’attitude de la Fed dans les semaines et les mois à venir.

L’indice qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence recule de 0,2%.

L’euro, lui, continue de tirer parti de l’accélération plus marquée qu’anticipé de l’inflation dans la zone euro: il a atteint, à 1,1856 dollar, son précédemment niveau à partir de le 5 août.

TAUX

Les rendements obligataires de référence de la zone euro ont fini sans grand renouvellement après avoir touché en séance leur précédemment niveau à partir de près de six semaines, amplifiant le mouvement déclenché mardi par la 1ère estimation de l’inflation en août et par les déclarations de membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) favorables à une diminution des achats pour l’actifs de l’institution.

Celui du Bund allemand à dix ans est monté à -0,354%, au précédemment à partir de le 19 juillet, et son équivalent français à -0,003%.

Leur hausse a toutefois été freinée par le recul des rendements américains après la publication de l’enquête ADP, celui des Treasuries à dix ans repassant un temps sous 1,3%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier recule nettement après l’annonce par l’Energy Information Administration (EIA) pour l’une augmentation des stocks pour l’essence aux Etats-Unis et la confirmation par l’Opep+ de son volonté pour l’augmenter sa production de 400.000 barils par jour par mois jusqu’à la fin de l’année.

Le Brent abandonne 1,02% à 70,90 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,09% à 67,75 dollars.

(Reportage Marc Angrand, édité par Pantalon en jean-Michel Bélot)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.