POINT MARCHÉS-Petite hausse en vue à Wall Street, l'Europe hésite

Du rouge en vue à la Bourse de Paris avant la BCE

La Bourse de Paris devrait poursuivre dans le rouge bordeaux jeudi matin, à quelques heures de la réunion de travail de la Banque centrale européenne, principal rendez-vous de la semaine.

Le contrat à terme sur l’indice phare CAC 40 cédait 0,64% une quarantaine de minutes avant l’ouverture.

Après un début de semaine positif, les marchés européens ont rencontré un renouvellement de mobile lors des deux dernières séances due à une petite crise de confiance.

“Ils devraient ouvrir dans le rouge bordeaux dans le sillage de la clôture de Wall Street et de la faiblesse des indices asiatiques ce matin”, anticipe Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

La Banque centrale européenne (BCE) devrait temporiser jeudi avant de choisir l’arrêt progressif de son plan pour l’urgence en proportion de la pandémie, quand bien même l’économie européenne reprend des teintes et subit un petit dej marqué de l’inflation.

“Il est hautement improbable qu’un renouvellement tangible soit annoncé lors de la réunion de travail pour l’aujourd’hui, encore plus avant les élections législatives en Allemagne qui auront lieu le 26 sept.”, pense M. Hewson.

La conférence de presse de la présidente Christine Lagarde, à partir de 12H30 GMT, sera toutefois l’occasion pour l’un exercice de communication délicat sur l’futur de la politique monétaire, la moindre anticipation pouvant réaliser des remous sur les marchés.

“Les taux resteront évidemment inchangés, mais les marchés ont seulement besoin de savoir si la BCE annonce une réduction douce de son programme de rachats pour l’obligations ou au minimum des indices de calendrier” pour cette initiative, rédigé Jeffrey Halley, analyste chez Oanada.

La BCE rachète ainsi pour l’heure des obligations au niveau de 80 milliards pour l’euros par mois au titre du plan pour l’urgence pandémie (Pandemic Emergency Purchase Programme, PEPP), censé durer jusqu’à fin mars 2022.

“Au vu du ralentissement économique actuel, elle ne devrait pas changer ce montant bien que plusieurs considèrent qu’elle peut amener le rythme des rachats à 60 milliards”, note M. Hewson.

Les investisseurs espèrent aussi obtenir plus de clarté lors de réunion de travail du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale nord-américaine des 21 et 22 sept., pressentie pour annoncer avant la BCE un ralentissement de ses achats pour l’actifs.

L’actualité macroéconomique a débuté par la hausse des prix à la réalisation en Chine qui a atteint en août son un peu avant niveau en près de 13 ans, en raison pour l’une flambée du prix des marchandises, conséquence pour l’une forte demande et pour l’une offre réduite.

Valeurs à suivre

Pernod Ricard: JPMorgan relève sa recommandation à “surpondérer” contre “neutre” et l’objectif de cours à 225 euros contre 200 euros.

Somfy: le constructeur français de moteurs de volets roulants et de domotique a vu ses ventes bondir de 40,8% au premier semestre 2021 et annonce une rentabilité “historique”.

Boiron: le géant de l’homéopathie a creusé ses pertes au premier semestre, pénalisé par des ventes en recul dans un contexte de déremboursement.

pan/pn/spi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *