Hausse en vue à Wall Street, le rebond se confirme en Europe

Hausse en vue à Wall Street, le rebond se confirme en Europe

LE REBOND SE CONFIRME EN EUROPE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Wall Street est demandée en légère hausse et les Bourses européennes progressent à mi-séance vendredi, les investisseurs mettant de arôme leurs préoccupations concernant la guerre en Ukraine et la politique monétaire pour saisir les opportunités pour l’achat offertes par la volatilité du début de semaine.Les contrats à terme signalent une hausse de 0,38% pour le Dow Jones, de 0,32% pour le Standard & Poor’s et de 0,34% pour le Nasdaq.À Paris, le CAC 40 gagne 1,33% à 6.547,7 vers 11h15 GMT. À Francfort, le Dax prend 1,36% et à Londres, le FTSE avance de 0,98%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 monte de 1,08%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,43% et le Stoxx 600 de 1,16%.

« Les marchés européens jouent la carte du rattrapage par rapport à la clôture positive de Wall Street la veille », a déclaré Julien Lafargue, responsable de stratégie chez Barclays Private Bank, ajoutant que les investisseurs se préparent aussi aux résultats des grandes banques américaines attendus la semaine prochaine.

« Tant que les bénéfices des entreprises seront corrects, nous pourrons avoir de bonnes surprises », a mentionné le stratège.

Pour l’heure, l’indice Stoxx 600 n’affiche qu’une progression de 0,4% sur l’ensemble de la semaine en raison tout particulièrement des craintes qu’une accélération de la hausse des prix avec la guerre en Ukraine n’entraîne un durcissement plus important que anticipé des politiques monétaires des banques centrales, ce qui peut par ricochet freiner la croissance économique.Après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, les pays de l’Union européenne ont adopté un nouveau train de sanctions contre la Russie, qui incluent un embargo sur le charbon russe, à la continuité des crimes de guerre présumés commis par les forces armées russes dans la ville ukrainienne de Boutcha.

VALEURS EN EUROPE

Quasiment tous les indices sectoriels européens sont dans le vert et les plus fortes hausses reviennent aux compartiments de l’automobile <.SXAP (+1,95%), de la force (+2,38%) et des banques (+2,49%).

Sodexo grimpe de 5,79% après un relèvement de conseil de RBC à « surperformance ».

En tête du Stoxx 600, l’action Banco BPM bondit de 14,59% après l’annonce de l’entrée de Crédit agricole au capital de la banque italienne ce qui relance les spéculations sur un possible rachat.

Forcément à Milan, Atlantia s’adjuge 3,35% après une information de presse sur une possible offre pour l’achat à venir de Blackstone et pour l’Edizione à environ 24 euros par action.

Telecom Italia recule de 1,99% après avoir refusé pour l’accorder à KKR l’accès à ses comptes, une condition exigée par le groupe de capital-investissement en vue pour l’une offre de rachat.

TAUX

Sur les marchés obligataires, les rendements des emprunts pour l’Etat américains sont orientés en hausse tandis que la Réserve fédérale envisage de réduire son bilan tout en accélérant la remontée de ses taux, selon le compte rendu de la réunion de travail de mars.

Le rendement des Treasuries à dix ans a atteint un pic à partir de mars 2019 à 2,694% avant de retourner à 2,683% et celui du deux ans prend six points de base à 2,5238%.

En Europe, le dix ans allemand monte légèrement, autour de 0,69%.

CHANGES Le dollar a touché un précédemment de quasiment deux ans face à un panier de devises de référence, profitant des anticipations pour l’une poursuite du resserrement monétaire aux Etats-Unis.

L’euro est stable à 1,0874 dollar après avoir atteint son plus bas niveau en un mois à 1,0846.

« L’élection présidentielle française, dont le premier tour aura lieu dimanche, contribue aussi au sentiment négatif sur l’euro », ont mentionné dans une note les analystes de MUFG.

PÉTROLE

Les cours pétroliers évoluent sans tendance évidente et devraient accuser une baisse sur la semaine après le recours aux réserves stratégiques du brut par les pays de l’Agence internationale de la force au niveau de 240 centaines de milliers de barils.

Le Brent cède 0,25% à 100,33 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) avance de 0,11% à 96,14 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Sophie Louet)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.