Hausse en vue pour les actions mais la prudence persiste

Hausse en vue pour les actions mais la prudence persiste

German share price index DAX graph is pictured at the stock exchange in Frankfurt

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les majeures Bourses européennes sont attendues en légère progression vendredi pour la dernière séance avant Noël mais le sentiment général de marché reste fragile face aux risques jugés forcément élevés de récession.

Les contrats à terme donnent une hausse de 0,15% pour le CAC 40 parisien, de 0,39% pour le Dax à Francfort, de 0,29% pour le FTSE à Londres et de 0,29% pour l’EuroStoxx 50.

La Bourse de Londres n’ouvrira que pour une demi-séance et fermera ses portes à 12h30 GMT.

Les actions ont reculé jeudi après la publication pour l’indicateurs mettant en évidence la solidité de l’économie et du marché du travail américains, ce qui aux yeux de plusieurs investisseurs donnerait plus de latitude à la Réserve fédérale dans le resserrement de sa politique monétaire, avec le risque pour l’une récession.

« Les indices européens devraient tenter un rebond technique (…) Cependant, les investisseurs prennent aujourd’hui conscience que la Fed ne sera pas ‘dovish’ ces prochains trimestres à cause de la persistance de la vigueur économique étasunienne. Mais est-ce réellement une surprise ? », a rédigé dans une note John Plassard chez Mirabaud.

Les observateurs étudieront donc avec attention à 12h30 GMT les chiffres mensuels des revenus et dépenses des ménages aux Etats-Unis, dernières statistiques majeures de l’année, qui incluent l’indice des prix PCE, le plus surveillé par la Fed.

LES VALEURS A SUIVRE :

A WALL STREET

Avec les incertitudes sur l’ampleur de resserrement monétaire de la Fed, la Bourse de New York a fini en parfaite baisse jeudi.

L’indice Dow Jones a cédé 1,05% à 33.027,49 points, le S&P-500 a perdu 1,45% à 3.822,39 points et le Nasdaq Composite a reculé de 2,18% à 10.476,12 points.

La morosité est exacerbée par les prévisions peu réjouissantes communiquées par Micron, dont le titre a perdu 3,4%, illustrant les difficultés du domaine des semi-conducteurs et entraînant l’indice sectoriel vers le bas.

EN ASIE

Le Nikkei au Japon a perdu 1,03% sur la séance et 4,69% sur la semaine, sa plus forte baisse hebdomadaire à compter de mi-juin, plombé par les valeurs des semi-conducteurs dans le sillage de Wall Street.

Les exportateurs et les valeurs sensibles à la conjoncture ont reculé avec les préoccupations liées à la Fed: Canon, Toyota et Honda ont abandonné entre 0,63% et 1,36%.

En Chine, le SSE Composite de Shanghaï a cédé 0,3% et le CSI 300 0,2%, l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 ayant repris le dessus, aux yeux des investisseurs, sur l’annonce par Pékin de nouvelles mesures de soutien économique.

TAUX/CHANGES

Les anticipations de taux de la Fed continuent de profiter aux rendements obligataires américains, en hausse à 3,6856% pour les titres à dix ans.

En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans est pratiquement inchangé dans les premiers échanges à 2,359%.

Le dollar cède un peu de terrain face aux autres grandes devises (-0,14%) et l’euro, à 1,0612 dollar, prend 0,18%.

PÉTROLE

Le marché du pétrole est orienté à la hausse avec la perspective pour l’une baisse des exportations du brut russe à la continuité des sanctions occidentales.

Le Brent gagne 0,94% à 81,74 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 1,17% à 78,4 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Bertrand Boucey)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *