La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

La Bourse de Paris consolide (-0,56%) après la croissance chinoise

La Bourse de Paris évoluait en baisse de 0,56% jeudi peu après l’ouverture, les investisseurs limitant les prises de risque après la publication de chiffres montrant un ralentissement de la croissance en Chine.

A 09H30, l’indice vedette CAC 40 perdait 35,92 points à 6.521,75 points. La veille, il avait achevé stable.

La Chine a vu sa croissance s’essouffler au seconde trimestre (+7,9% sur un an), tandis que la consommation intérieure tarde à se remettre de l’épidémie et que le virus menace forcément l’économie mondiale.

Par rapport au premier trimestre 2021 — base de comparaison plus sérieux — le produit intérieur brut (PIB) est en hausse de 1,3%.

“Les premiers jours de l’année, les estimations de croissance du PIB de la Chine fixées à environ 6% pour 2021 ont surpris, plusieurs estimant que c’était trop optimiste et pour l’autres trop modéré, encore plus que les signes pour l’une seconde vague étaient rares”, rappelle Michael Hewson, analyste chez CMC Markets UK.

Compliquée à l’heure courante de se prononcer sur la situation réelle de l’économie chinoise. La semaine dernière, des soupçons sur la reprise en Chine et le rebond de l’épidémie de Covid-19, sous l’effet du variant Delta, ont fait vaciller les marchés, inquiets que la reprise ne déraille en cas de nouvelles mesures de restriction.

Le moral des investisseurs est par ailleurs encore plombé par le spectre de l’inflation, les prix à la consommation et à la réalisation ont atteint de nouveaux plus hauts en juin aux Etats-Unis.

Dans ce contexte, le président la Réserve fédérale étasunienne, Jerome Powell, s’est employé à rassurer les investisseurs lors de son audition à la Chambre des représentants mercredi.

La très forte hausse des prix aux Etats-Unis fait naitre beaucoup pour l’inquiétudes, mais la situation devrait se stabiliser pour l’en ce lieu plusieurs mois, a affirmé Jerome Powell, qui a aussi assuré que la Fed “continuera à apporter un soutien puissant à l’économie jusqu’à ce que la reprise soit complète”.

La Réserve fédérale a par ailleurs spécifié dans son dernier rapport que l’activité économique aux Etats-Unis “s’est encore renforcée” les premiers jours de la période estivale et affiche une croissance “robuste à modérée” mais que les prix n’ont pas fini pour l’augmenter.

Au Royaume-Uni, le marché de l’emploi s’améliore, avec un taux de chômage en baisse et un bond du nombre de salariés en juin, mais la reprise pour l’activité s’accompagne pour l’une explosion des postes vacants, selon des chiffres officiels publiés jeudi.

Les investisseurs prendront en outre connaissance de différentes statistiques américaines, dont les chiffres de la réalisation industrielle en juin et des demandes hebdomadaires pour l’allocations chômage.

Carmat décolle

L’société française Carmat bondissait de 11,74% à 24,75 euros, après avoir annoncé jeudi la 1ère implantation humaine de son coeur artificiel total aux États-Unis dans le cadre pour l’une étude clinique.

Le domaine pétrolier vacille

Après la parution mercredi des chiffres de stocks américains montrant un affaiblissement de la demande pour l’essence, les cours du pétrole chutent.

Dans leur sillage, les valeurs du domaine pétrolier souffrent. TotalEnergies perdait 2,17% à 36,31 euros, TechnipFMC 2,95% à 6,77 euros et CGG 3,93% à 0,62 euros.

jvi/mch/spi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *