La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

La Bourse de Paris finit en hausse de 0,20%, après un passage au-dessus des 6.900 points

La Bourse de Paris a achevé en petite hausse de 0,20% vendredi, après être terminée au-dessus de la barre des 6.900 points pour la 1ère fois à partir de 2000, se rapprochant forcément plus de son record absolu.

L’indice CAC 40 a pris 13,57 points à 6.896,04 points, dans un volume pour l’échanges faible de 2,2 milliards pour l’euros. Les hausses enregistrées lors des trois dernières séances lui permettent de gagner 1,16% sur la semaine.

La séance de la journée se finit par un “statu quo tout en étant sur des plus hauts”, résume Thierry Claudé, directeur adjoint de Kiplink Finance.

“Le CAC 40 est très près de son record absolu”, rappelle-t-il, faisant référence au pic de 6.944,77 points, atteint le 4 sept. 2000. “Il est envisageable que l’indice soit tiré vers des plus hauts la semaine prochaine”, anticipe-t-il.

Encore plus que dans des volumes faibles, l’impact du peu pour l’opérations effectuées est amplifié, ce qui peut générer de fortes et imprévisibles variations.

Mais en même temps, “il n’est pas irréaliste aussi que des prises de bénéfices se fassent” quand bien même M. Claudé s’attend à ce qu’elles interviennent “surtout fin août”.

Vendredi, l’indice qui regroupe les 40 majeures capitalisations boursières de Paris a atteint un précédemment en séance à seulement 30 points de son record historique.

Mais il a ensuite réduit ses gains après la publication pour l’une chute en août de la confiance des consommateurs aux États-Unis, à cause de la reprise de la pandémie de Covid-19.

Le marché “est un peu déçu par l’indice de l’Université du Michigan”, sans toutefois inverser significativement la tendance, précise Thierry Claudé.

Alors qu’une légère amélioration était demandée, l’indice a subi l’une de ses plus fortes baisses et est tombé au plus bas à partir de près de dix ans.

Ipsen dégringole

Le groupe pharmaceutique Ipsen a annoncé le retrait de sa demande pour l’approbation aux Etats-Unis du palovarotène, une molécule phare pour ses produits, à la continuité de discussions avec l’Agence us des médicaments (FDA). Le titre a perdu 12,71% à 80,50 euros.

Bouygues recherché

L’action du géant français du BTP Bouygues a bénéficié pour l’une note favorable de JP Morgan et a pris 3,43% à 34,98 euros.

jvi/fs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *