La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

La Bourse de Paris immobile avant l'inflation américaine (+0,06%)

La Bourse de Paris était quasi stable (+0,06%) jeudi, figée avant la publication très demandée des chiffres de l’inflation nord-américaine et ce malgré des résultats pour l’entreprises très fournis.

A 09H30 l’indice vedette CAC 40 montait de 4,13 points à 7.135,01 points, après avoir progressé de 1,46% mercredi.

Mercredi, la Bourse de New York a aussi accompli en hausse, portée par une vague de bons résultats de sociétés.

La séance de la journée sera en effet dominée par la publication, en milieu de journée, des chiffres de l’inflation de janvier aux Etats-Unis, qui peut atteindre 7,3% sur un an selon les anticipations des analystes.

« Il n’est pas exclu que le chiffre terminal soit un petit peu plus élevé », préviennent les analystes de Saxo Banque.

Selon eux, « le pic pour l’inflation n’est pas encore derrière nous aux Etats-Unis »: la « boucle prix-salaire s’intensifie » et les « perturbations du commerce international perdurent ».

Les banques centrales annoncent à tour de rôle un resserrement de leurs politiques monétaires pour contrer la hausse des prix, qui a atteint 7% en 2021, le rythme le plus rapide en près de 4 décennies.

Face à ces chiffres, la Réserve fédérale a déjà amorcé la réduction de son soutien monétaire, mis en place au moment de la crise reliée à la pandémie pour soutenir les marchés et qui a permis à ces derniers d’effectuer des progressions substantielles l’année terminée.

Une 1ère hausse des taux directeurs de la banque centrale nord-américaine devrait intervenir en mars, et le marché table dorénavant sur cinq relèvements lors de l’année 2022.

Forte reprise pour Société Générale

Société Générale bondissait de 3,79% à 37 euros après avoir rapporté un bénéfice net record pour l’année 2021 à 5,6 milliards pour l’euros.

Crédit Agricole prenait de son arôme 0,85% à 14,07 euros. Le groupe bancaire a quasiment multiplié par deux son bénéfice net l’an dernier.

Année historique pour L’Oréal

Le géant mondial des cosmétiques a rencontré une année 2021 « historique », avec plus de 32 milliards pour l’euros de ventes et un bénéfice net de 4,6 milliards pour l’euros, se situant au-dessus des résultats pour l’avant-pandémie. Le titre perdait néanmoins 2,83% à 361,83 euros.

ArcelorMittal ne ravit pas

Le seconde groupe sidérurgiste mondial a annoncé un bénéfice net record pour 2021 s’élevant à 14,9 milliards de dollars, après une perte parfaite de 733 centaines de milliers de dollars en 2020. Le groupe a rencontré une baisse du volume pour l’acier produit, mais est soutenu par l’envolée des cours mondiaux des matières premières. Son action perdait 4,10% à 28,17 euros.

Unibail-Rodamco-Westfield réduit sa dette

Le géant des centres commerciaux URW (+5,73% à 70,48 euros) a publié un chiffre pour l’affaires 2021 en baisse de 3,7% à 1,72 milliard pour l’euros, avec son activité en Europe qui a souffert de la pandémie. La foncière, qui officie à se désendetter, a réduit sa dette parfaite à 22,6 milliards, 1,65 milliard de moins qu’en 2020.

TotalEnergies laisse de marbre

Le géant français de la force TotalEnergies (-0,32% à 52,23 euros) a engrangé un bénéfice net énorme en 2021, pour l’un montant de 16 milliards de dollars (environ 14 milliards pour l’euros), profitant de la forte hausse des cours des hydrocarbures.

Commande pour l’aéronautique français

L’Indonésie va acheter 42 Rafale, avec un premier contrat qui concernera 6 appareils de combat. L’annonce bénéficiait aux trois entreprises concevant l’avion Dassault Aviation (+3,54% à 114,40 euros), Thales (+2,59% à 84,12 euros) et Safran (+1,54% à 114,42 euros).

Sortie de piste pour Atos

Le géant informatique français Atos dégringolait de 7,90% à 30,88 euros. Il a annoncé avoir enregistré plus de deux milliards pour l’euros de dépréciations pour son exercice 2021, afin de tenir compte tout particulièrement de la moindre valeur de plusieurs de ses actifs. Le groupe a aussi revu l’évolution de son chiffre pour l’affaires à -2,6%, contre -2,4% évalué début janvier.

Record pour Legrand

Le fabricant de matériel électrique Legrand (+1,85% à 93,82 euros) a enregistré en 2021 des résultats record.

jvi/ak/abx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.