La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

La Bourse de Paris reprend son souffle (-0,21%)

La Bourse de Paris a fini en repli de 0,21% jeudi, une légère consolidation mettant fin à six séances consécutives de hausse.

L’indice vedette CAC 40 a cédé 14,87 points à 7.141,98 points. Mercredi il avait grappillé 0,06%.

La cote parisienne avait cependant commencé la séance légèrement dans le vert, tirée par le luxe et des valeurs défensives de l’industrie, avant de se retourner après l’ouverture de Wall Street.

“Le marché respire un petit peu”, après avoir progressé de 4,61% à compter de le début du mois, constate Harry Wolhandler, directeur de la gestion actions chez Meeschaert Amilton AM.

Une séance de consolidation “tout à fait légitime” donc, encore plus que le repli “reste mesuré, surtout étant offert le contexte de hausse des contaminations de Covid-19”, poursuit l’analyste.

En France, les nouveaux cas de Covid-19 enregistrés lors des sept derniers jours ont progressé de 37,5% par rapport à la semaine précédente, selon des données compilées par l’AFP. En Europe et aux Etats-Unis, les contaminations progressent aussi.

“Le CAC 40 plie avec la baisse des (valeurs) pétrolières, des banques lestées par la baisse des rendements obligataires, et les valeurs exposées à la hausse des contaminations de Covid-19”, détaille M. Wolhandler, interrogé par l’AFP.

Les marchés restent aussi préoccupés par le rythme élevé de l’inflation, qui s’avère plus durable que anticipé par les banques centrales.

Ces dernières ont commencé à réduire le soutien exceptionnel qu’elles apportaient à l’économie à compter de le début de la pandémie, mais une mobile de hausse des prix hors de contrôle peut les inciter à accélérer ce resserrement monétaire.

Du arôme des données macroéconomiques, l’OCDE pense maintenant que l’activité économique française devrait croître autour de 6,8% cette saison (contre 6,3% précédemment), à l’aide de une reprise plus forte qu’anticipé à compter de la période estivale. L’instance table ensuite sur une croissance de 4,2% en 2022, contre 4% anticipé précédemment.

Le voyage à la peine

Les inquiétudes liées à une nouvelle vague de contaminations de Covid-19 se répercutaient sur les valeurs liées au voyage.

Aspect France-KLM a perdu à 0,51% à 4,09 euros, Airbus 1,03% à 113,26 euros et Vinci, impliqué dans le trafic autoroutier et aéroportuaire, a lâché 1,70% à 91,30 euros.

Aéroports de Paris (+0,69% à 115,95 euros) était de son arôme sauvé par un rebond du trafic des aéroports parisiens en octobre.

Hermès bondit

Le titre du groupe haut de gamme Hermès a bondi de 3,41% 1.592,50 euros, après un un peu avant historique à 1.649 euros, atteint en milieu de journée. Les analystes de JPMorgan estiment dans une note que Hermès peut potentiellement intégrer l’indice boursier de référence de la zone euro l’Euro Stoxx 50 le mois prochain, rapporte l’agence Bloomberg.

Vallourec s’effondre

L’action Vallourec a chuté de 14,38% à 6,22 euros après la publication pour l’une perte parfaite de sept centaines de milliers pour l’euros au dernier trimestre et la révision à la baisse de ses perspectives annuelles. Vallourec a par ailleurs annoncé la mise en vente de ses activités allemandes et l’arrêt de la fabrication en Europe de tubes pour l’industrie, privilégiant le continent américain.

Abionyx s’envole avec la reprise pour l’Iris Pharma

La biotech va acheter Iris Pharma via une augmentation de capital de 5 centaines de milliers pour l’euros pour être un spécialiste des biomédicaments en ophtalmologie en plus des maladies rénales. Son action a explosé de 83,78% à 2,72 euros.

jvi/mla/eb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *