La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

La Bourse de Paris reprend un peu de vigueur avant la Fed

La Bourse de Paris a achevé en forte hausse de 2,11% mercredi, mais encore loin de combler ses pertes des dernières séances, dans l’attente de la fin de la réunion de travail de la Réserve fédérale nord-américaine.

L’indice vedette CAC 40 a gagné 144,00 points à 6.981,96 points. La veille, il avait pris 0,74%, après avoir plié de près de 4% lundi.

Le rebond « reste encore loin de combler l’écart » avec les près de 7.200 points de la clôture cinq jours plus tôt, relève Mikaël Jacoby, responsable du courtage chez Europe continentale. Il y constate « un rebond timide », montrant que les plaies n’ont pas encore été pansées.

« Ceux qui ont le plus baissé ces derniers jours font de meilleures performances, ce qui indique plus un rebond technique et opportuniste » qu’une réelle reprise.

Craintes économiques et géopolitiques ont fait retourner la volatilité sur les cours.

Sur le plan économique, les collaborateurs du marché devraient obtenir les réponses à leurs interrogations sur la politique monétaire de la Fed lors de la conférence de presse du président de l’institution nord-américaine Jerome Powell, dans la soirée.

A l’issue de la réunion de travail du comité monétaire, l’institution doit tout particulièrement préciser le rythme du relèvement des taux directeurs, abaissés dans une fourchette de 0 à 0,25% en mars 2020.

La perspective pour l’un durcissement des conditions de financement jusqu’en ce lieu ultra-accommodantes a fait monter les taux pour l’objectif sur le marché obligataire et mis sous pression les actions, qui ont rencontré une progression quasiment continue à partir de un an et demi.

Mais la pression vient aussi du contexte géopolitique, avec les tensions au sujet de l’Ukraine entre la Russie et les États-Unis.

Des négociateurs russes, ukrainiens, français et allemands se sont réunis à la mi-journée à Paris pour tenter de désamorcer la crise après une série de pourparlers entre Russes et Américains la semaine dernière.

Les industrielles et les pétrolières au rebond

Les valeurs industrielles ont rencontré le plus fort rebond sur le CAC 40, tout particulièrement le domaine automobile, avec Renault (+5,93% à 35,38 euros) et Stellantis (+4,87% à 17,40 euros) ou Airbus (+5,43% à 114,22 euros) dans l’aérien.

TotalEnergies a aussi profité de la nouvelle hausse des prix du pétrole, le Brent ayant dépassé les 90 dollars pour la 1ère fois à partir de 2014, en montant de 4% à 51,07 euros. Sur l’indice élargi, TechnipFMC a aussi pris 6,78% à 6,11 euros et Vallourec 2,92% à 8,46 euros.

La purge continue pour Orpea

Les révélations pour l’un bouqin décrivant de graves dysfonctionnements dans des Ehpad privés du groupe Orpea sont « absolument révoltantes » et appellent à des sanctions de « la plus grande sévérité (…) si les faits sont avérés », a estimé mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Le titre a encore plongé de 20,88% à 43,66 euros, soit une perte de près de la moitié de la valeur de l’société en trois jours.

Dans son sillage, Korian a chuté de 5,75% à 21,32 euros et LNA Santé reculé de 2,64% à 42,35 euros.

McPhy déçoit

Le spécialiste de la réalisation et la distribution pour l’hydrogène McPhy a fait état pour l’une baisse de son chiffre pour l’affaires et pour l’une hausse de sa perte pour l’exploitation, à 25 centaines de milliers pour l’euros, et est sanctionné par les investisseurs (-11,09% à 15,47 euros).

Valneva grimpe

Le laboratoire franco-autrichien, qui développe un vaccin contre le Covid-19, a démarré l’essai clinique de période 3 de son candidat-vaccin comme dose de rappel, après une primovaccination avec un autre vaccin que le sien. L’action a pris 7,04% à 15,21 euros.

fs/mdz/LyS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.