La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

La Bourse de Paris s'apprête à faire machine arrière à l'ouverture

La Bourse de Paris se dirigeait vers une ouverture en parfaite baisse mercredi, contaminée par l’aversion au risque qui est revenue chez les investisseurs après deux séances de hausse face aux perspectives économiques peu reluisantes.

Le contrat à terme de l’indice CAC 40 reculait de 1,55% une quarantaine de minutes avant l’ouverture de la séance. Mardi, il avait progressé de 0,75% à 5.964,66 points.

Les deux séances de rebond de la cote parisienne s’étaient toutefois effectuées au terme de deux journées sans information économique majeure, rendant le mouvement friable.

Après la forte hausse de Wall Street mardi, les trois principaux indices ayant repris plus de 2%, l’humeur a changé sur les marchés, de nouveau préoccupés par les craintes de récession.

« La baisse des prix du pétrole », de plus de 3% vers 08H00 mercredi, « due aux inquiétudes concernant la demande pèse sur l’ensemble » des marchés, illustre Michael Hewson, de CMC Markets.

Les investisseurs vont scruter mercredi et jeudi l’audition du président de la Réserve fédérale us (Fed), Jerome Powell, devant le Congrès américain.

La Fed a monté fortement son taux directeur la semaine précédente, une mesure pour tenter pour l’endiguer l’inflation mais qui risque de pénaliser l’activité.

Les investisseurs sont aujourd’hui persuadés que l’économie us devrait entrer en récession, ce qui a entraîné une forte baisse sur les cours.

En France, la Banque de France a abaissé mardi sa prévision pour la croissance à 2,3% en 2022, contre une fourchette comprise entre 2,8% et 3,4% publiée mi-mars, et relevé sa prévision pour l’inflation à 5,6%, du fait des « chocs » qui frappent l’économie.

Au Royaume-Uni, l’inflation a atteint 9,1% sur un an en mai, en légère hausse par rapport à avril.

Parmi les valeurs à suivre

Crédit Agricole S.A. a annoncé viser un résultat net part du groupe « supérieur » à six milliards pour l’euros « à horizon 2025 », avec un objectif de « plus pour l’un million de clients supplémentaires ».

Amundi: la filiale de gestion pour l’actifs de Crédit agricole, cotée en Bourse, a annoncé maintenir ses objectifs financiers pour 2025 par rapport à son précédent plan stratégique et s’est annoncé prête à accélérer sa croissance en menant de nouvelles acquisitions.

Accor: le sixième groupe hôtelier mondial, a annoncé mardi entrer en négociations exclusives pour la cession pour l’une participation de 10,8% dans Ennismore, sa coentreprise britannique qui regroupe des « boutique-hôtels », à un consortium pour l’investisseurs qatari pour 185 centaines de milliers pour l’euros.

Faurecia: L’équipementier automobile a annoncé mercredi avoir bouclé son augmentation de capital de 705 centaines de milliers pour l’euros, avec une opération sursouscrite à 187%, à la continuité de l’acquisition de l’équipementier allemand Hella avec qui il forme maintenant le groupe Forvia.

OL Groupe: le président historique de l’Olympique lyonnais, Pantalon denim-Michel Aulas, a qualifié mardi la vente du club à l’Américain John Textor. La cotation du cours est suspendue à partir de lundi.

fs/els/lum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.