La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

La Bourse de Paris signe son meilleur mois depuis novembre 2020

La Bourse de Paris a grimpé de 1,72% vendredi et de 3,73% sur la semaine, à l’issue pour l’une quinzaine riche en résultats pour l’entreprises, qui se sont révélés meilleurs qu’attendu et poussent la cote parisienne à son un peu avant à partir de début juin.

Après deux clôtures successives du CAC 40 dans le vert, l’indice vedette de la place parisienne a gagné 109,29 points, à 6.448,50 points. À partir de le début du mois il a gagné 8,87%, sa meilleure performance mensuelle à partir de novembre 2020 et la conception du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19.

« Les marchés profitent de résultats meilleurs qu’attendu », commente Eymane Cherfa, analyste de Myria AM.

« Les volumineux exportateurs, comme les entreprises du luxe, de la force et de l’industrie, se sont distingués aujourd’hui », at-il relevé, citant en exemple TotalEnergies (+3,47% à 49,76 euros) ou Hermès (+7,49% à 1.334 euros).

Le bénéfice net pour l’Hermès a bondi de 39,7% au premier semestre sur un an, tout comme celui de L’Oréal (+3,78% à 168,10 euros) qui a grimpé de 36,4% sur la même période.

Les investisseurs ont aussi eu « une bonne surprise sur le PIB français au seconde trimestre qui est ressorti au dessus des attentes », selon Eymane Cherfa.

Après un repli de 0,2% au premier trimestre, la France a renoué avec la croissance pour l’avril à juin, enregistrant un rebond plus mobile qu’attendu de son PIB qui a progressé de 0,5% sur ce seconde trimestre, selon des données publiées vendredi par l’Insee.

« On constate une contribution positive du commerce extérieur qui contrebalance la faiblesse de la demande intérieure », analyse-t-il.

Capgemini maintient solidement le cap

Le cours de l’action du géant de l’informatique s’est envolé de 8,58% à 185,35 euros, après que le groupe a relevé la veille « de façon significative » son objectif de croissance en 2022.

Renault en trombe

Le cours en Bourse de Renault a progressé de 5,10% à 28,75 euros l’action, après la publication des résultats semestriels du groupe automobile, amputé de ses activités russes, mais qui a profité pour l’une hausse globale des prix des voitures pour améliorer sa rentabilité et qui se dévoile optimiste pour l’année.

Vivendi paie ses offres d’emplois sur Editis

Le géant des médias Vivendi, qui a récemment mis la main sur le groupe Lagardère et le leader français de l’édition Hachette, s’est annoncé prêt jeudi à céder entièrement sa filiale Editis, n° deux du domaine, renonçant de fait à un mariage très controversé.

Les investisseurs ont sévèrement sanctionné cette annonce. Le cours a chuté de 7,22% à 9,26 euros.

ADP et Aspect France redécollent

Le Groupe ADP a grimpé de 3,86% à 134,60 euros. Le gestionnaire des aéroports parisiens de Roissy et Orly, tout particulièrement, est revenu dans le vert au premier semestre 2022, avec un bénéfice net de 160 centaines de milliers pour l’euros.

Aspect France-KLM aussi a dégagé un bénéfice net au seconde trimestre, pour la 1ère fois à partir de la période estivale 2019 avant que la crise sanitaire reliée à l’épidémie de Covid-19 ne plombe le domaine aérien. Son titre a gagné 4,39% à 1,34 euros.

Les investisseurs misent sur Elior

L’action Elior a encore bondi de 14,72% à 3,16 euros, portant ses gains hebdomadaires à 48%. Les investisseurs misent à nouveau sur ce titre après la publication pour l’un rebond de l’activité du groupe de restauration collective, tandis que le fort impact de la crise sanitaire avait fait dévisser son cours ces derniers mois. À partir de le début de l’année l’action affiche encore une perte de 50% de sa valeur.

jvi/els/LyS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.