Paris : cède 0,2% dans un contexte particulier de 14 juillet

La Bourse de Paris stoppe sa série de baisses

La Bourse de Paris a mis fin à une série de trois séances de baisse mercredi (+0,39%), tirée par un rebond des valeurs du luxe mais restant dans l’attente de discours de banquiers centraux ultérieurement dans la semaine.

L’indice vedette CAC 40 a pris 24,74 points à 6.386,76 points, dans une séance où les volumes sont encore restés faibles (2,2 milliards pour l’euros). La veille, il avait perdu 0,26%.

Après une ouverture dans le de couleur rouge, la cote parisienne a comblé ses pertes, et ensuite est terminée dans le vert en début pour l’après-midi. Sur les trois premières séances de la semaine, l’indice reste cependant nettement en négatif (-1,68%).

Comme les séances précédentes, les investisseurs sont restés prudents sur les actifs risqués avant le début jeudi du symposium des banquiers centraux à Jackson Hole (États-Unis), avec en moment-phare le discours du président de la Banque centrale us (Fed) Jerome Powell vendredi en fin de séance à Paris.

« On est tous dans l’attente de ce qui va se dire », accentue Thierry Claudé, gérant chez Kiplink Finance.

Les investisseurs veulent en savoir plus sur les prochaines mesures de la Fed, tout particulièrement si elle compte demeurer déterminée à relever fortement ses taux.

« Historiquement, tout est envisageable. Jerome Powell peut être très virulent, avec une réaction ou une surréaction des marchés dans la foulée, ou pas du tout. Tout est envisageable et c’est présent le soucis » à compter de plusieurs séances, selon M. Claudé.

Après un été en fanfare, où la Bourse de Paris est revenue près des 6.600 points, « le marché est encore résilient dans cette période, il aurait pu baisser beaucoup plus », estime-t-il.

Sur le marché de la dette, l’emprunt français a continué sa remontée, à 1,98%, près du seuil des 2% plus franchi à compter de fin juin.

Le luxe au rebond

La bonne tenue de la cote parisienne mercredi, tout particulièrement par rapport aux autres places financières européennes majeures, tient au retour du luxe au devant de la scène. Poids lourd de la cote, le domaine a fini en parfaite hausse, comme Hermès (+2,24% à 1.394 euros), Kering (+0,91% à 543,60 euros) ou aussi LVMH (+1,03% à 686,80 euros).

Au-delà du luxe, EssilorLuxottica (+1,74% à 157,75 euros) et L’Oreal (+1,85% à 360,65 euros) ont aussi brillé.

Schneider envisage de racheter tout Aveva

Le géant français des équipements électriques et automatismes industriels Schneider Electric (+1,06% à 129,42 euros) a qualifié dans un communiqué « considérer une offre » pour racheter entièrement le groupe anglais de logiciel Aveva, dont il détient déjà 60% à compter de 2017. Quand bien même aucune offre formelle n’a encore été déposée, Aveva a pris plus de 25% à la Bourse de Londres, ce qui valorisait l’ensemble de l’société à plus de 6,6 milliards de livres (environ 7,8 milliards pour l’euros).

Le Crédit agricole puni

La Banque centrale européenne (BCE) a infligé mardi une amende de 4,8 centaines de milliers pour l’euros au total à la banque Crédit agricole et à deux de ses filiales pour une infraction aux règles de déclaration des fonds propres, après l’annulation pour l’une 1ère sanction par la justice européenne. Le titre a perdu 0,48% à 9,31 euros l’action, reculant plus que Société Générale (-0,05% à 21,94 euros) mais BNP Paribas clôturait en hausse de 0,08% (à 46,66 euros).

fs/cdu/mj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.