La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

La Bourse de Paris termine en petite hausse de 0,20% à 7.059,55 points

La Bourse de Paris a achevé en petite progression de 0,20% jeudi, prudente face à une inflation qui reste soutenue en Europe et aux Etats-Unis et à l’augmentation des cas de Covid-19.

L’indice parisien CAC 40 a gagné 14,39 points à 7.059,55 points, après deux séances consécutives à l’équilibre et un niveau record atteint mardi en séance (7.079,58 points).

Les échanges ont été faibles en raison pour l’un jour férié pour les commémorations de l’armistice du 11 novembre 1918 et “le marché est en l’occurence atone dans l’ensemble”, constate Denis Ducatel, expert en investissements financiers Milleis Banque.

Tandis que l’inflation donne le ton sur les marchés à partir de des mois désormais, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont grimpé de 6,2% sur un an en octobre, un rythme annuel inédit à partir de 1990.

Dans la zone euro, la Commission européenne s’attend à ce que l’inflation se tasse l’an prochain à 2,2% après “un pic” à 2,4% cette saison.

Ces chiffres font craindre aux marchés un resserrement des politiques monétaires des banques centrales plus rapide que anticipé.

“A un moment offert les banques centrales vont devoir refaire leur travail”, à savoir maîtriser l’inflation, “et si les hausses de prix restent soutenues, il va falloir remonter les taux directeurs”, pense M. Ducatel qui rappelle cependant que la Réserve fédérale étasunienne s’attache a éviter toute “mauvaise surprise pour les marchés”.

Autre caractéristique macroéconomique, l’exécutif européen a légèrement rehaussé sa prévision de croissance du PIB dans la zone euro pour 2021 à 5%, tout en abaissant son pronostic pour 2022 à 4,3%.

Par ailleurs, Denis Ducatel note auprès de l’AFP le retour des inquiétudes liées aux “cas de contaminations de Covid-19, qui déterminent craindre des menaces de confinement”.

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 lors des sept derniers jours a en effet augmenté de 17% en Europe par rapport à la semaine précédente, selon des données compilées par l’AFP.

En Allemagne, le seuil des 50.000 nouveaux cas quotidiens est franchi et le futur chancelier souhaite la mise en place de nouvelles mesures.

Le Covid freine le tourisme

Face à l’augmentation des cas de Covid-19 en Europe, les valeurs liées au tourisme ont perdu du terrain.

Aspect France-KLM a perdu 3,46% à 4,33 euros, entraînant Airbus (-1,29% à 114,70 euros). Aéroports de Paris (ADP) a lâché 1,72% à 119,95 euros, Accor 1,74% à 32,21 euros et Compagnie des Alpes 2,71% à 15,10 euros.

Bénéfice record pour ArcelorMittal

L’action a grimpé de 3,66% à 32,67 euros, le premier sidérurgiste mondial ayant réalisé au 3ème trimestre son bénéfice “le plus élevé à partir de 2008”. Le groupe a réaffirmé son ambition pour l’investir pour décarboner le domaine de l’acier fortement émetteur de gaz à effet de serre.

Dans son sillage, Eramet a pris 5,04% à 84,03 euros et Aperam 4% à 59,42 euros.

Renault à la peine

L’action Renault a perdu 4,01% à 32,92 euros. Le constructeur automobile allemand Daimler a annoncé avoir cédé ses parts au capital de Renault, où il était présent au niveau de 3,1%. Le constructeur français avait déjà vendu en mars sa nettoyé participation mais ce désengagement croisé n’aura “aucun impact” sur le “partenariat industriel” entre les deux entreprises, selon Daimler.

Revers pour l’action Alstom

Lanterne rougeâtre du CAC 40, l’action Alstom est victime de prises de bénéfices au lendemain pour l’une parfaite hausse dans la foulée de ses résultats semestriels. Le titre a lâché 6,11% à 32,87 euros ce jeudi.

jvi/mra/els

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *