La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

La Bourse de Paris termine stable à 6.558,38 points

La Bourse de Paris a fini stable mercredi, jour férié de la Fête nationale, après une séance terminée dans le rougeâtre avant que les investisseurs ne soient rassurés par les commentaires prudents du président de la Banque centrale nord-américaine (Fed).

L’indice vedette CAC 40 a cédé 0,09 point à 6.558,38 points, dans un volume pour l’échanges faible en raison du 14-Juillet. La veille, il avait aussi achevé à l’équilibre (-0,01%).

“La Bourse de Paris est restée atone une grande partie de la séance et a seulement profité des déclarations de Jerome Powell pour rebondir brièvement” au-dessus de son niveau de clôture de la veille, relève Denis Ducatel, expert en investissements financiers chez Milleis Banque.

Après la publication mardi pour l’une hausse plus forte que anticipé des prix à la consommation en juin aux Etats-Unis, le président de la Fed a une fois de plus tenté de rassurer les marchés sur l’évolution de la politique monétaire.

L’inflation “devrait demeurer élevée dans les prochains mois avant de ralentir”, dira Jerome Powell mercredi après-midi aux élus de la Chambre des représentants, selon son discours publié en amont.

L’emploi reste loin du niveau maximal que la Fed veut atteindre avant de réduire son soutien, et l’institution assure qu’elle “continuera à apporter un soutien puissant à l’économie jusqu’à ce que la reprise soit complète”, a-t-il ajouté.

“Jerome Powel n’a pas changé de discours, (…) un resserrement de la politique monétaire de la Fed n’est pas un sujet à court terme”, note M. Ducatel.

Le Bouqin Beige de la Fed sera aussi publié dans la soirée.

Les minières profitent de l’inflation

Les valeurs du domaine minier se sont affichées dans le vert.

ArcelorMittal se hissait en haut du CAC 40, en hausse de 2,45% à 26,37 euros, Aperam a pris 1,38% à 47,08 euros et Eramet est monté de 0,71% à 63,65 euros.

“Les minières bénéficient de l’inflation mais le domaine de l’habitation est pénalisé par la hausse des prix des matières premières”, explique M. Ducatel.

Vinci (-1,51% à 90,03 euros) occupait effectivement la dernière marche de l’indice parisien. Bouygues a lâché 1,21% à 31,80 euros.

Le voyage à la peine

La Commission européenne a dévoilé mercredi son projet de “big bang” législatif pour atteindre les objectifs climatiques de l’UE, dont un projet de taxation du kérosène dans l’aérien.

Les valeurs du domaine de l’aérien, déjà pénalisées par les inquiétudes liées à la progression du variant Delta et de généralisation du pass sanitaire en France, peinaient après cette annonce.

Aspect France-KLM a perdu 2,51% à 3,81 euros et Aéroports de Paris (ADP), gestionnaire des aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et pour l’Orly, a reculé de 1,69% à 107,45 euros.

Les bancaires se redressent

Les actions des banques françaises ont profité des bons résultats trimestriels publiés par les banques américaines.

BNP Paribas a pris 0,61% à 51,14 euros, Société Générale 0,45% à 24,67 euros et Crédit Agricole 0,60% à 11,65 euros.

AB Science poursuit sa remontée

Le titre AB Science a pris 21,18% à 13,50 euros, poursuivant la remontée entamée lundi après une annonce laissant présager la reprise des essais cliniques sur sa molécule phare, le masitinib. Le cours de l’action n’est cependant pas encore revenu à son niveau de fin mai, avant l’interruption de ses essais cliniques.

jvi/ico/els

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *