Le rebond des actions devrait gagner Wall Street

LE REBOND DES ACTIONS DEVRAIT GAGNER WALL STREETLE REBOND DES ACTIONS DEVRAIT GAGNER WALL STREET

PARIS (Reuters) – Wall Street devrait rebondir mardi à l’ouverture et les Bourses européennes progressent à mi-séance, les investisseurs mettant de arôme leurs craintes liées à la pandémie de COVID-19 pour retourner sur le marché actions. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,95% pour le Dow Jones et pour le S&P-500, et de 1,2% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 gagne 1,07% à 6.943,50 à 12h26 GMT. À Francfort, le Dax prend 1,1% et à Londres, le FTSE s’adjuge 1%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 monte de 1,1%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,31% et le Stoxx 600 de 1,12%.

Les marchés mondiaux rebondissent après avoir subi un coup de chaud lundi en raison des craintes liées à la situation budgétaire aux Etats-Unis et à la pandémie de COVID-19.

La rapide propagation du variant Omicron du coronavirus dans le univers entier, à quelques jours des bals de fin pour l’année, a ravivé les incertitudes sur la mise de nouvelles restrictions et sur son impact économique.

“Quand bien même Omicron va avoir un impact sur la vie réelle et l’économie réelle durant quelques semaines, les marchés espèrent que cela ne conduira pas à ce que chaque personne craint, à savoir un ralentissement économique mondial”, a déclaré Olivier Marciot, gérant de portefeuille chez Unigestion.

L’institut de recherche DIW anticipe pour l’ores et déjà une contraction de l’économie allemande pour le trimestre en cours et s’attend à un premier trimestre 2022 morose en évoquant les tensions sur les chaines pour l’approvisionnement et de potentielles mesures contre le COVID-19.

Le climat sanitaire pèse sur le moral des consommateurs allemands, l’indice calculé par l’institut GfK ayant chuté au plus bas à compter de juin à l’approche du mois de janvier.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Dans les échanges en avant-Bourse, Nike avance de 3,7% après avoir fait état pour l’un chiffre pour l’affaires et pour l’un bénéfice trimestriels au-dessus des attentes à la faveur pour l’une forte demande pour ses articles en Amérique du Nord.

VALEURS EN EUROPE

Quasi tous les secteurs européens progressent. L’indice Stoxx des ressources de base (+2,46%) affiche la plus forte progression, devant celui des banques (+1,67%) et celui des services financiers (+1,77%).

Les valeurs de semi-conducteurs STMicroelectronics, ASM International, Infineon Nouveautés et ASML, gagnent de 1,72% à 2,09% après que le fabricant de puces américain Micron Technology a fait état de résultats supérieurs aux attentes.

Le groupe Bolloré bondit de 10,11% après avoir reçu une offre de l’armateur MSC pour ses activités de transport et de logistique en Afrique sur la base pour l’une valeur pour l’société de 5,7 milliards pour l’euros.

Le groupe minier et métallurgique Eramet abandonne 2,42% après avoir identifié pour l’une fraude monétaire dans sa gestion de trésorerie.

DBV Nouveautés chute de 18,16% après avoir demandé à l’Agence européenne des médicaments le retrait de sa demande pour l’autorisation de mise sur le marché de Viaskin Peanut, son traitement expérimental phare de l’allergie aux arachides.

CHANGES/TAUX

Le dollar recule de 0,11% face à un panier de devises de référence et l’euro est quasi stable à 1,129 dollars.

La bouqin turque a repris 23% à compter de que le président Recep Tayyip Erdogan a dévoilé lundi soir un plan qui, selon lui, garantirait les placements libellés dans la devise contre les fluctuations du marché.

Le regain pour l’appétit pour le risque se traduit par une remontée des rendements des emprunts pour l’Etat. En Europe, celui du Bund allemand gagne plus de deux points de base à -0,331% et son équivalent italien cinq points à 0,988%.

Sur le marché américain, le dix ans monte à 1,4498% après avoir touché lundi en cours de séance son plus bas niveau en plus de deux semaines, sous 1,36%.

PÉTROLE

Les prix du pétrole effacent une section des pertes de la veille: le Brent gagne 1,47% à 72,57 dollars le baril mais le brut américain prend 1,63% à 69,73 dollars le baril.

PAS Pour l’INDICATEUR ÉCONOMIQUE MAJEUR À L’AGENDA

(Laetitia Volga, édité par Tangi Salaün)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.