Le rebond se fait plus prudent avant l'inflation américaine

Le rebond se fait plus prudent avant l'inflation américaine

LES BOURSES EUROPÉENNES PROGRESSENT À MI-SÉANCE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) – Wall Street est demandée en hausse timide mais les Bourses européennes progressent plus franchement à mi-séance mercredi, le rebond favorisé la veille par les déclarations jugées rassurantes de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, se poursuivant dans l’attente des chiffres des prix à la consommation aux Etats-Unis.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une progression de 0,13% pour le Dow Jones, de 0,13% pour le Standard & Poor’s 500 et de 0,22% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,43% à 7.214,22 points vers 11h45 GMT. A Londres, le FTSE 100 prend 0,72% et à Francfort, le Dax avance de 0,27%.

L’indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,54%, le FTSEurofirst 300 de 0,56% et le Stoxx 600 de 0,44%.

Ce dernier a ainsi repris près de la moitié du terrain perdu entre jeudi matin et lundi soir (-3,1%) et revient à 2% de son record du 4 janvier.

Ce rebond a profité mardi du soulagement provoqué chez beaucoup pour l’investisseurs par l’audition de Jerome Powell au Sénat à Washington, le président de la Fed ayant tenu un discours plus modéré qu’attendu sur la hausse à venir des taux pour l’objectif et la réduction du bilan de la banque centrale.

Les marchés ont aussi estimé les chiffres moins élevés qu’attendu des prix à la réalisation en Chine, qui pourraient favoriser un nouvel assouplissement de la politique monétaire de Pékin.

Le prochain test du regain de confiance des investisseurs est fixé à avec 13h30 GMT avec la publication des statistiques mensuelles des prix à la consommation aux Etats-Unis, qui pourraient montrer une nouvelle hausse de l’inflation à 7% sur un an selon le consensus Reuters.

L’attention des marchés se tourne par ailleurs progressivement vers les publications financières des entreprises cotées, dont la saison débutera pour de bon vendredi avec celles de plusieurs grandes banques américaines.

“Le mouvement de révision des valorisations lié au discours ‘faucon’ de la Fed est pratiquement achevé. La bonne résistance des bénéfices des entreprises devrait favoriser le rebond des actions”, estiment les stratèges Europe de Barclays.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, les espoirs de nouvelles mesures de soutien à l’économie chinoise et la hausse des cours du pétrole profitent dans un premier temps au domaine des matières premières, dont l’indice Stoxx prend 2,59%, et à celui de l’électricité (+1,99%).

Le compartiment des hautes nouveautés bénéficie quant à lui de la clôture en hausse soutenue du Nasdaq mardi (+1,41%). À l’opposé, le reflux des craintes liées au variant Omicron du coronavirus pénalise celui de la santé (-0,47%).

Parmi les meilleures performances du Stoxx 600, Rexel bondit de 7,09% après avoir relevé ses prévisions de résultats. Philips, au contraire, chute de 14,48% après un avertissement.

EDF est stable après l’annonce pour l’un nouveau retard et pour l’un surcoût supplémentaire du réacteur EPR de Flamanville, plusieurs analystes y medium la dernière mauvaise nouvelle de ce dossier.

TAUX

La détente sur les rendements obligataires se confirme, l’audition de Jerome Powell ayant offert un élan supplémentaire au rebond des emprunts pour l’Etat après la chute des premiers jours de l’année: le dix ans américain, à 1,7393%, est inférieur de plus de six points de base à son pic de lundi (1,808%).

Son équivalent allemand, qui était monté le même jour à -0,014%, retombe à -0,05%.

Ce mouvement de baisse des rendements peut profiter pour l’un ralentissement de la hausse des prix américains en rythme mensuel, notent plusieurs analystes.

CHANGES

Orienté à la baisse en début de journée en Asie après les déclarations de Jerome Powell, le dollar a progressivement réduit ses pertes et est dorénavant stable face à un panier de devises de référence.

L’euro se stabilise ainsi à 1,1362 dollar après être monté à 1,1377, son un peu avant niveau à compter de le 3 janvier.

PÉTROLE

Le marché pétrolier poursuit sa remontée et se développe maintenant au un peu avant à compter de deux mois, soutenu à la fois par les tensions du moment sur l’offre et par le reflux des craintes liées au variant Omicron.

Le Brent gagne 0,56% à 84,19 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,75% à 81,83 dollars.

Les investisseurs étudieront à 15h30 GMT les chiffres hebdomadaires de l’Energy Information Administration (EIA) sur les stocks aux Etats-Unis. Ceux de l’American Petroleum Institute (API) montrent, selon des sources de marché, une baisse de 1,1 million de barils des réserves de brut.

(Reportage Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *