Les actions repartent à la baisse, plombées par la Russie

Les actions repartent à la baisse, plombées par la Russie

LES ACTIONS REPARTENT À LA BAISSE, PLOMBÉES PAR LA RUSSIE

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Wall Street est demandée en repli mercredi et les Bourses européennes reculent à mi-séance, l’annonce de nouveaux objectifs russes en Ukraine pesant sur la tendance et prenant le pas sur l’apaisement des craintes sur l’approvisionnement en gaz russe en Europe et les solides résultats de grandes entreprises. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,22% pour le Dow Jones, de 0,13% pour le Standard & Poor’s 500 et de 0,03% pour le Nasdaq À Paris, le CAC 40 baisse de 0,26% à 6.185,11 vers 11h20 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,33% et à Londres, le FTSE abandonne 0,21%. A Milan, l’indice MIB recule de 0,6% sur fond de crise politique en Italie.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 perd 0,18%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro 0,34% et le Stoxx 600 0,14%.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré mercredi que les objectifs territoriaux de la Russie en Ukraine ne se limitaient plus à la région orientale du Donbass, selon l’agence de presse russe RIA Novosti.

Cette annonce a fait basculer les marchés pour l’actions dans le de couleur rouge, alors qu’ils continuaient de profiter en matinée pour l’une information de Reuters selon laquelle les livraisons de gaz russe passant par le gazoduc Nord Stream 1 devraient reprendre jeudi comme anticipé au terme des opérations de maintenance annuelle. L’Union européenne a par ailleurs proposé à ses membres de réduire leur consommation de gaz de 15% jusqu’en mars.

Avant les déclarations russes, la situation politique en Italie, où le président du Conseil Mario Draghi, démissionnaire, a affirmé mercredi être prêt à demeurer à son poste si les partis de sa coalition le soutiennent, et l’attente des décisions de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi limitaient toutefois les gains.

Arôme résultats pour l’entreprises, selon les données de Refinitiv, les bénéfices du seconde trimestre des sociétés du Stoxx 600 devraient progresser en moyenne de 22,1% sur un an et, parmi les groupes ayant déjà publié leurs comptes, 58% ont dépassé les attentes.

Aux Etats-Unis, les analystes tablent sur une hausse de 5,8% des bénéfices des sociétés du S&P-500, selon les données de Refinitiv.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Netflix bondit de 7,9% dans les échanges en avant-Bourse, le groupe tablant sur un redressement du nombre pour l’abonnés sur sa plate-forme de streaming sur le trimestre en cours après la perte de 970.000 clients sur la période avril-juin.

VALEURS EN EUROPE

Sur le Stoxx 600 paneuropéen, les nouvelles avancées technologiques (+0,52%), les ressources de base (+0,26%) et l’électricité (+0,46%) figurent parmi les plus fortes progressions, mais l’automobile (-1,34%) accuse la plus forte baisse.

Dans les valeurs individuelles, sur le CAC 40, Carrefour avance de 1,65% à la faveur de l’annonce de la cession de sa filiale taïwanaise, mais Publicis prend 1,03%, dans le sillage des résultats trimestriels meilleurs que anticipé pour l’Omnicom.

Ailleurs en Europe, Uniper bondit de 13,65%, des sources ayant déclaré que le groupe peut être autorisé à répercuter une section de la hausse des coûts du gaz sur ses clients, selon les matière pour l’un plan de sauvetage en cours de négociation avec le gouvernement allemand.

En baisse, les prévisions de Volvo Cars (-5,61%) sont sanctionnées.

TAUX

Les rendements obligataires européens refluent mercredi: celui du Bund allemand à dix ans s’affiche à 1,203% (-7,3 points de base) après un pic pour l’une semaine mardi à 1,31% et son équivalent français de même échéance abandonne environ six points à 1,776%.

Le taux du BTP italien à dix ans chute davantage, de 11,5 points de base à 3,31%, tandis que le président du Conseil, Mario Draghi, doit affronter un vote de confiance dont le résultat est attendu vers 17h30 GMT.

Aux Etats-Unis, le rendement des Treasuries à dix ans fléchit pour l’environ cinq points à 2,9652%.

CHANGES Sur le marché des changes, le dollar gagne 0,18% face à un panier de devises internationales en réaction aux nouvelles déclarations sur l’Ukraine du chef de la diplomatie russe.

L’euro recule de 0,16% à 1,0208 dollar, cédant tous ses gains liés à l’espoir que l’Europe puisse éviter une pénurie majeure de gaz et à la possibilité pour l’une hausse des taux de la BCE plus conséquente que anticipé jeudi.

PÉTROLE

Les cours pétroliers sont affectés par les initiatives des banques centrales mondiales visant à freiner l’inflation et par des signes de faiblesse de la demande tandis que l’Agence us pour l’information sur l’électricité (EIA) devrait faire état à 15h30 GMT pour l’une hausse des stocks de brut la semaine dernière aux Etats-Unis.

Le baril de Brent cède 1,67% à 105,56 dollars le baril et celui du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,43% à 102,73 dollars.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Kate Entringer)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.