Paris : léger repli avant les statistiques et résultats US

Les bourses européennes terminent en nette hausse

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont accompli en parfaite hausse et Wall Street progressait à mi-séance mais le dollar perdait du terrain et que les rendements obligataires montaient sur fond de regain pour l’appétit pour le risque après des nouvelles positives en provenance de Chine et des indicateurs économiques rassurants.

À Paris, le CAC 40 a gagné 1,3% (82,42 points) à 6.430,19 points, sa meilleure clôture à compter de le 4 mai. A Londres, le FTSE 100 a avancé de 0,72% et à Francfort, le Dax a pris 1,59%.

L’indice EuroStoxx 50 affiche une progression de 1,52%, le FTSEurofirst 300 de 1,13% et le Stoxx 600 de 1,22%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le vert, le Dow Jones s’adjugeant 0,84%, le Standard & Poor’s 500 1,46% et le Nasdaq Composite près de 2%, grâce parmi d’autres choses à la progression des valeurs bancaires, Citigroup (+7,50%) en tête, et à celle des technologiques, tel Cisco Systems (+3,13%).

Le sentiment général de marché s’est amélioré avec l’annonce par les autorités de Shanghaï de la levée de certaines restrictions sanitaires appliquées ces dernières semaines pour tenter pour l’endiguer l’épidémie de COVID-19.

Par ailleurs, le vice-Premier ministre chinois Liu He a affirmé la volonté de Pékin de soutenir le développement des hautes nouveautés, ce qui entretient l’espoir pour l’une diminution de la pression réglementaire sur les grandes entreprises du domaine.

LES INDICATEURS DU JOUR

Aux Etats-Unis, les ventes au détail ont augmenté de 0,9% en avril, une hausse aux normes aux attentes, après une progression relevé à 1,4% pour mars, soit le double de l’estimation initiale.

La réalisation manufacturière étasunienne affiche quant à elle une progression deux fois plus forte qu’attendu de 0,8%.

En Europe, la croissance de la zone euro au premier trimestre est révisée en légère hausse à 0,3% et les chiffres de l’emploi en France comme en Grande-Bretagne confirment la reprise du marché du travail.

VALEURS

Les meilleures performances sectorielles de la journée en Europe sont pour le compartiment des matières premières, dont l’indice Stoxx a gagné 3,42%, et pour celui des banques (+1,88%), qui profite à la fois du regain pour l’optimisme sur la conjoncture et de la remontée des rendements obligataires.

À Paris, Société générale, Crédit agricole et BNP Paribas ont pris entre 2,27% et 3,62%.

La meilleure performance du CAC 40 est pour Engie, dont le cours a bondi de 5,33% après le relèvement de ses objectifs de résultats annuels et l’annonce pour l’un accord avec Gazprom sur le paiement de ses achats de gaz russe.

Daimler Truck (+6,49%) et Caixabank (+5,17%) ont eux aussi profité de résultats salués par les analystes.

CHANGES

Le retour de l’appétit pour le risque pénalise le dollar, qui abandonne 0,79% face aux autres grandes devises et s’achemine vers une 3ème séance de repli consécutive après le précédemment de 20 ans inscrit vendredi.

L’euro est au contraire le grand gagnant de la journée avec un bond de 0,96%, sa plus forte progression sur une séance à compter de le 9 mars: au recul du billet vert s’apporte l’effet porteur des déclarations de Klaas Knot, le président de la banque centrale néerlandaise, sur la possibilité pour l’une hausse pour l’un demi-point du taux de dépôt de la Banque centrale européenne (BCE) en juillet.

TAUX

Le regain pour l’objectif pour les actions détourne les investisseurs des marchés obligataires, ce qui amplifie la hausse des rendements reliée aux anticipations de remontée rapide des taux pour l’objectif: celui du Bund allemand à dix ans a pris plus de dix points de base sur la journée à 1,044% et son équivalent américain est en hausse de huit points à 2,9604%.

PÉTROLE

Sur le marché pétrolier, la baisse du dollar amplifie le double effet haussier de la perspective pour l’un embargo de l’Union européenne sur le pétrole russe du regain pour l’espoir pour l’une reprise de la demande chinoise.

Le Brent gagne 0,09% à 114,14 dollars le baril après être monté à 115,69, son précédemment niveau à compter de le 28 mars, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,24% à 113,93 dollars après un pic à 115,56.

(Rédigé par Marc Angrand)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.