POINT MARCHÉS-Nouveau repli en Europe, les investisseurs fuient toujours le risque

Les Bourses mondiales abordent août avec optimisme

Les marchés actions attaquaient le mois pour l’août sur un rebond lundi après leur repli de vendredi, encouragés par une saison de résultats solides pour l’entreprises et l’adoption en vue pour l’un gros plan pour l’investissements dans les infrastructures aux Etats-Unis.

Vers 14H15 GMT, l’Europe amplifiait son rebond: la Bourse de Paris prenait 1%, Londres 0,76%, Francfort 0,35% et Milan 0,41%.

Ni le tassement de l’indice PMI manufacturier chinois en juillet, ni les soupçons concernant le variant Delta, n’ont suscité de réaction négative, plus tôt, sur les marchés asiatiques.

Après avoir conclu en baisse vendredi, la Bourse de New York est repartie de l’avant: le Dow Jones gagnait 0,57%, le S&P 500 +0,45% et le Nasdaq 0,48%.

La croissance du domaine manufacturier aux Etats-Unis a cependant de nouveau été moins forte que anticipé en juillet.

“Les risques demeurent naturellement, surtout concernant l’impact du variant Delta sur les populations, leur comportement et les restrictions sanitaires mais il y a beaucoup de sources pour l’optimisme pour la fin de l’année”, pense Craig Erlam, analyste chez Oanda Europe, citant tout particulièrement le plan pour l’infrastructures de 1.000 milliards de dollars aux Etats-Unis, qui devrait être approuvé dans les prochains jours ou aussi la solidité des résultats pour l’entreprises.

“Tout va tourner autour du symposium des banquiers centraux à Jackson Hole, le grand rendez-vous du mois pour l’août”, dont les investisseurs attendent une piste pour connaître la prochaine phase de politique monétaire de la banque centrale nord-américaine (Fed), indique de son arôme Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

La Réserve fédérale nord-américaine a gardé mercredi sa position très accommodante, sans s’engager sur un calendrier de retrait des mesures de soutien monétaire, répétant que l’économie devait être tirée pour l’affaire avant pour l’envisager un quelconque resserrement monétaire.

Dans ce contexte, les taux souverains, déjà à des niveaux très bas, continuaient de reculer, le bon du Trésor américain évoluant sous les 1,20%, à 1,18%.

En attendant la réunion de travail majeure de Jackson Hole du 26 au 28 août, tous les indicateurs concernant l’emploi américain vont être suivis de près, et spécialement le rapport mensuel sur l’emploi américain (NFP) en fin de semaine.

“Le marché peut apprécier temporairement un mauvais rapport sur l’emploi” qui retarderait la réduction du soutien monétaire de la Fed, explique Alexandre Baradez. A contrario, “un excellent rapport sur l’emploi peut être crédité comme une menace”.

Deux acquisitions pour Foot Locker

La chaîne nord-américaine de magasins de chaussures et vêtements de sport Foot Locker (-2,45% à 55,60 dollars) va débourser 1,1 milliard de dollars en espèces pour racheter deux autres chaînes afin de se diversifier, WSS aux Etats-Unis et atmos au Japon.

Meggitt très convoité

L’équipementier aéronautique Meggitt s’envolait de 55,3% à 728,40 pence à Londres. Le groupe profitait de l’annonce pour l’une offre de rachat de l’américain Parker-Hannifin pour 6,3 milliards de livres, proposant un prix par action supérieur de plus de 70% lors de clôture de vendredi.

Axa en tête du CAC 40

L’assureur Axa accentuait ses gains (+5,03% à 22,98 euros), après la publication pour l’un bénéfice net de 4 milliards pour l’euros au premier semestre 2021, soit une hausse de 71% par rapport à la même période en 2019, avant le début de la crise sanitaire.

Allianz sous enquête

L’assureur Allianz (-6,89% à 195,56 euros) a déclaré que ses résultats futurs pourraient être affectés par une enquête du département américain de la Justice. Celle-là fait suite aux requêtes de fonds de pension américains accusant les fonds structurés “Alpha” pour l’Allianz de leur avoir causé pour l’importantes pertes durant la crise du coronavirus.

Le pétrole recule, le dollar affaibli

Les cours du pétrole reculaient lundi après une semaine de hausse, la prudence regagnant les investisseurs tandis que la propagation des variants du Covid-19 menace la demande pour l’or sombre.

Vers 14H10 GMT, le baril de Brent de la cote du Nord pour livraison en octobre, dont c’est le premier jour pour l’utilisation comme contrat de référence, cédait 1,02% à 74,59 dollars à Londres par rapport à la clôture de la veille.

A New York, le baril de WTI pour sept. reculait de 1,31% à 72,99 dollars.

L’euro montait face au billet vert (+0,14% à 1,1884 dollar).

Le bitcoin reculait de 3,91% à 39.652 dollars.

bur-pan/ico/eb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *