La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

L'euro avance face au dollar, le marché attend beaucoup de la BCE

L’euro regagnait un peu de terrain face au dollar mardi, aidé par la perspective de la réunion de travail de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi, qui devrait marquer le tournant de sa politique monétaire, quand bien même plusieurs avertissent que le marché en attend trop.

Vers 19H30 GMT, la monnaie unique grignotait 0,12% par rapport au billet vert, à 1,0709 dollar, après avoir reculé jusqu’à 1,0652 dollar.

La réunion de travail du conseil des gouverneurs de la BCE « a le potentiel de donner un soutien durable » à la devise commune à 19 pays européens, a détaillée, dans une note, Joe Manimbo, de Western Union.

Si les cambistes voient l’institution francfortoise laisser son taux directeur inchangé jeudi, ses déclarations pourraient « préparer le terrain pour une hausse en juillet, qui est favorable à l’euro ».

Il s’agirait du premier relèvement à partir de 11 ans.

Plusieurs membres du Conseil des gouverneurs se sont affirmé, ces dernières semaines, publiquement ouverts à une hausse pour l’un demi-point de pourcentage dès juillet, ce qui est une 1ère à partir de 14 ans.

Les cambistes tablent actuellement sur un taux supérieure de 1,25 point de pourcentage à son niveau actuel en fin pour l’année, ce qui signifie que la BCE devrait procéder à au minimum un relèvement pour l’un demi-point lors pour l’une des 4 dernières réunions de 2022, en juillet, sept., octobre ou décembre.

Les membres les plus agressifs en terme de politique monétaire (aussi appelés faucons) « sont alignés sur le marché », explique Juan Manuel Herrera, de Scotiabank, « mais très peu pour l’entre eux soutiennent cette position » dans la BCE.

« Nous n’attendons pas de modification du plan présenté par (la présidente de la BCE Christine) Lagarde », a rédigé Carl Weinberg, de High Frequency Economics, à savoir deux hausses de 0,25 point de pourcentage en juillet et sept., avant une pause jusqu’à la fin de l’année.

« Le marché s’est emballé » en medium la BCE sur une trajectoire trop volontariste, prévient Juan Manuel Herrera, pour qui « la réunion de travail de jeudi présente plus de risque à la baisse qu’à la hausse pour l’euro ».

Ailleurs sur le marché des changes, le dollar australien ne profitait qu’à la marge de l’annonce pour l’une hausse pour l’un demi-point du taux directeur de la banque centrale australienne, cependant plus élevée qu’attendu.

Pour Juan Manuel Herrera, les cambistes « étaient davantage préparés à une hausse marquée » que les économistes. Ils tablaient ainsi déjà sur un taux directeur de la Banque centrale pour l’Australie (RBA) à plus de 3% en fin pour l’année, contre seulement 0,85% après le relèvement de mardi.

« Il n’y avait pas grand-chose dans le communiqué qui indique que la RBA soit prête à aller au-delà de ce que le marché attend pour l’maintenant la fin de l’année », selon l’analyste.

——————————-

19H30 GMT 21H00 GMT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.