L'Europe finit dans le désordre, les résultats des sociétés en soutien

L'Europe finit dans le désordre, les résultats des sociétés en soutien

LES BOURSES EUROPÉENNES FINISSENT EN ORDRE DISPERSÉ

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont fini en ordre dispersé mercredi après deux séances dans le vert tandis qu’à Wall Street, la tendance était hésitante à mi-journée, dans un contexte pour l’arbitrage entre les solides résultats des entreprises et l’attente des décisions jeudi de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque pour l’Angleterre (BoE).

À Paris, le CAC 40 a achevé sur un gain de 0,22% à 7.115,27 points. Le Footsie britannique a pris 0,63%. Le Dax allemand a en revanche cédé 0,04%.

L’indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,06% mais le FTSEurofirst 300 et le Stoxx 600 ont gagné respectivement 0,37% et 0,45%.

La nouvelle salve de résultats et prévisions publiés par les sociétés, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis, a globalement pris le pas sur les inquiétudes liées à l’inflation et au durcissement attendu des politiques monétaires.

Tandis que la BCE et de la BoE doivent annoncer leurs décisions de politique monétaire jeudi, la 1ère estimation pour l’Eurostat sur les prix en zone euro dévoile que l’inflation s’est accélérée en janvier pour atteindre un niveau record, à 5,1% sur un an.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones est stable, le Standard & Poor’s 500 avance de 0,2% et le Nasdaq de 0,23%, les indices étant tout particulièrement soutenus par les résultats pour l’Alphabet, la maison mère de Google, ce qui favorise une nouvelle remontée des valeurs technologiques après un début pour l’année agité.

« Après tout le tumulte de janvier, des bénéfices solides peuvent être un catalyseur de gains, » note Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

Alphabet bondit de 7,4% à la faveur pour l’un chiffre pour l’affaires trimestriel record tandis qu’AMD (+4,5%) est porté par ses prévisions. Dans son sillage, Qualcomm, Nvidia et Micron Technology avancent de 0,5% à 3,8%.

Arôme baisse, Paypal chute de plus de 24% en raison de prévisions jugées décevantes.

Sur le plan sectoriel, le domaine des services de communication (+2,7%) affiche la plus forte hausse et celui de l’électricité (-0,7%) la baisse la plus conséquente.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, Atos a bondi de 8,1% en réaction à une information de Reuters sur un but de Thales (-3%) pour sa branche cybersécurité.

L’opérateur télécoms britannique Vodafone, qui a annoncé bosser à des opérations de fusions-acquisitions, a gagné 3,4% après la confirmation de ses objectifs annuels.

Ferrari (+3,3%) a profité de livraisons records de voitures en 2021 et a annoncé s’attendre à une hausse de son bénéfice cette saison.

Le suédois Novo Nordisk a avancé de 4,3% après l’annonce de solides prévisions pour l’ensemble de l’année et pour l’un programme de rachat pour l’actions.

Les résultats de Telenor (-5,5%), Julius Baer (-5,7%) et Novartis (-3,06%) ont en revanche été mal accueillis.

Hors résultats, le distibuteur britannique Ocado a pris 5,6% et le chimiste belge Solvay 3,01% à la faveur de relèvements de recommandation respectivement de Credit Suisse et de Société générale.

Sur le plan sectoriel, l’électricité (-0,8%) et le compartiment du transport et des loisirs (-0,6%) ont été délaissés mais l’immobilier (+1%) et les financières (+1,1%) ont été recherchés.

CHANGES

Sur le marché des changes, l’indice dollar poursuit son repli (-0,35%) face à un panier de devises de référence, après la publication de l’enquête mensuelle du cabinet ADP sur l’emploi aux Etats-Unis. Cette enquête, publiée avant celle vendredi du département du Travail, dévoile que le domaine privé aux Etats-Unis a détruit de façon inattendue 301.000 postes en janvier.

L’euro, en hausse de 0,27%, se traite à 1,1299 dollar, profitant pour l’une 3ème séance consécutive dans le vert après la publication des chiffres de l’inflation en zone euro. La monnaie unique européenne avait touché la semaine dernière un creux de 20 mois.

La bouqin sterling monte aussi, de 0,39% à 1,3571 dollar, les cambistes anticipant l’annonce jeudi pour l’une hausse de taux de 25 points de base de la BoE.

TAUX

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans cède 5,2 points de base, à 1,7484%, après le rapport du cabinet ADP sur l’emploi.

Le rendement du Bund allemand à dix ans a pour sa part fini quasiment stable à 0,035% après être monté jusqu’à 0,051%, son niveau le un peu avant à partir de mai 2019, dans un contexte pour l’accélération de l’inflation en zone euro. Le rendement à cinq ans a touché un pic à partir de décembre 2018 à -0,217%, mais le deux ans a atteint un sommet à partir de début 2016 à -0,446%.

En France, le rendement de l’OAT à dix ans a achevé à 0,446%.

PÉTROLE

Les cours du pétrole reculent après avoir touché vendredi un sommet de sept ans tandis que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés se réunissent.

Selon des sources, l’Opep+ devrait à tous les coups s’en tenir à sa stratégie pour l’augmentation limitée de sa production.

Les chiffres de l’Energy Information Administration (EIA) montrent de leur arôme que les stocks américains de pétrole brut et de distillats ont baissé la semaine dernière, la demande de carburant ayant atteint son un peu avant niveau à partir de août 2019.

Le baril de Brent abandonne 0,7% à 88,5 dollars et celui du brut léger américain 0,9% à 87,3 dollars.

A SUIVRE JEUDI :

Communiqué de politique monétaire de la Banque pour l’Angleterre à 12h00 GMT et décision sur les taux de la Banque centrale européenne à 12h45 GMT à l’issue de la réunion de travail de son conseil des gouverneurs, suivie pour l’une conférence de presse à 13h30 GMT.

(Certaines données peuvent accuser un léger décalage)

(Reportage Claude Chendjou, édité par Bertrand Boucey)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.