L'Europe finit dans le rouge, craintes sur les taux d'intérêt

L'Europe finit dans le rouge, craintes sur les taux d'intérêt

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN BAISSE

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont accompli en baisse vendredi et Wall Street évoluait aussi dans le de couleur rouge à mi-séance, les marchés pour l’actions ayant été pénalisés par l’avertissement du boss de Tesla sur la conjoncture économique et les statistiques du rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis qui déterminent craindre une accélération du resserrement monétaire face à une inflation galopante.

À Paris, le CAC 40 a fini en repli de 0,23% à 6.485,3 points. Le Dax allemand a pour sa part cédé 0,17%.

L’indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,3%, le FTSEurofirst 300 de 0,36% et le Stoxx 600 de 0,26%.

La Bourse de Londres est restée fermée en raison des célébrations du jubilé de platine de la reine Elizabeth II, tandis qu’en Chine continentale et Hong Kong, la journée est fériée, ce qui a limité le volume des échanges.

Sur l’ensemble de la semaine, le CAC 40 a perdu 0,46% et le Stoxx 600 0,87%.

Le rapport publié vendredi par le département du Travail a montré que l’économie us avait créé en mai plus pour l’emplois que anticipé (390.000 contre 325.000 attendus), mais le taux de chômage est resté stable à 3,6%, ce qui est signe de la robustesse du marché du travail et peut inciter la Réserve fédérale us à accélérer la remontée de ses taux pour l’but.

« (Ce rapport) autorise la Fed à poursuivre ses hausses de taux car le marché du travail est solide. La Fed peut s’inquiéter davantage des pressions inflationnistes et moins du marché du travail », a détaillée Anthony Saglimbene, stratège marchés chez Ameriprise Financial.

« Le marché est encore préoccupé par l’inflation des salaires. Même avec une hausse de 0,3%, cela reste un taux très élevé », a-t-il ajouté, faisant référence au rapport sur l’emploi.

Des hausses de taux pour l’un demi-point sont attendues ce mois-ci et en juillet aux Etats-Unis, mais dans la zone euro, la Banque centrale européenne (BCE) a spécifié que son taux de dépôt reviendrait en territoire positif pour l’en ce lieu fin sept..

Les marchés monétaires en zone euro tablaient vendredi sur une augmentation de 125 points de base des taux de la BCE pour l’en ce lieu la fin de l’année et un relèvement de 100 points pour l’en ce lieu octobre..

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones recule de 1,09%, le Standard & Poor’s 500 de 1,72% et le Nasdaq de 2,64%.

Outre la crainte pour l’une hausse brutale des taux pour l’but, Tesla et Apple pèse sur les indices.

Elon Musk, le directeur général de Tesla, a annoncé dans un courriel adressé jeudi aux cadres de l’société avoir « un très mauvais pressentiment » pour les perspectives de l’économie. L’action chute de 8,77%.

Apple, de son arôme, cède 4,18%, des sources ayant rapporté à Reuters que l’Union européenne devrait s’accorder le 7 juin sur un projet de directive qui imposera l’adoption pour l’un chargeur universel USB-C à tous les fabricants de smartphones et tablettes.

Sur le plan sectoriel, la consommation (-2,90%) et les nouvelles avancées technologiques (-2,66%) figurent parmi les plus fortes baisses, mais la force gagne 0,93%.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, les compartiments défensifs comme ceux des services aux collectivités, de l’immobilier et de la santé ont résisté à la tendance baissière et la force (+0,62%) a affiché la plus forte hausse.

TotalEnergies (+0,57%), Veolia (+1,29%) et Sanofi (+0,73%) se sont tout particulièrement distingués sur le CAC 40 parisien.

Arôme baisse, Faurecia, qui a lancé une augmentation de capital de 705 centaines de milliers pour l’euros pour financer la reprise de l’équipementier automobile allemand Hella, a abandonné 6,70%.

Ailleurs en Europe, Aperam a gagné 1,82% et Acerinox a reflué de 2,99%, les deux sidérurgistes ayant qualifié vendredi discuter de la possibilité pour l’une fusion susceptible de donner naissance au n° un européen de l’acier inoxydable.

Leonardo a pris 1,86% en réaction à une information selon laquelle le groupe allemand Rheinmetall (+4,93%) souhaite prendre une participation de 49% dans la division OTO Melara du groupe de défense italien.

LES INDICATEURS DU JOUR

La croissance de l’activité des entreprises privées de la zone euro est restée solide en mai mais elle est aujourd’hui menacée par l’envolée des prix, les tensions sur les chaînes pour l’approvisionnement et les incertitudes liées à la guerre en Ukraine, dévoile l’enquête de S&P Global.

Les ventes au détail dans la zone euro ont, elles, diminué contre toute attente en avril, de 1,3%, mais la réalisation industrielle en France a reculé de 0,1% sur la même période.

Aux Etats-Unis, la croissance de l’activité du domaine des services a ralenti en mai pour le seconde mois consécutif avec un indice ISM en repli à 55,9 après 57,1 en avril.

CHANGES

Le dollar, qui avance près pour l’un sommet de dix ans face aux autres grandes devises, progresse encore de 0,29%, dans des anticipations de hausse de taux aux Etats-Unis

L’euro, en repli de 0,24%, se traite à 1,0719 dollar.

TAUX

Les rendements obligataires aux Etats-Unis sont tirés par le rapport sur l’emploi, permettant au taux des bons du Trésor américain à dix ans de monter à un sommet de deux semaines à 2,986%.

En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans a pris environ 4 points de base à 1,272% après avoir grimpé jusqu’à 1,281%, au un peu avant à compter de 2014.

PÉTROLE

Les cours pétroliers montent, plusieurs analystes estimant que la décision de l’Opep+ pour l’augmenter sa production mensuelle de 648.000 barils par jour (bpj) en juillet et en août ne suffira pas à répondre à la demande dans un contexte de levée des restrictions sanitaires en Chine.

Le baril de Brent prend 2,02% à 119,96 dollars et celui du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 2,16% à 119,35 dollars.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Sophie Louet)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.