L'Europe finit en baisse, l'aversion au risque se poursuit

L'Europe finit en baisse, l'aversion au risque se poursuit

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN BAISSE

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont accompli en baisse mardi et Wall Street évoluait sur une note hésitante à la mi-séance dans un contexte pour l’aversion au risque sur les marchés pour l’actions en raison des craintes liées à l’inflation et des incertitudes sur la période des résultats des entreprises pour le 3ème trimestre.

À Paris, le CAC 40 a accompli en repli de 0,34% à 6.548,11 points. Le Footsie britannique a reflué de 0,23% et le Dax allemand de 0,34%.

L’indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,43%, le FTSEurofirst 300 0,12% et le Stoxx 600 0,07%.

La tendance sur les marchés pour l’action reste fragile en raison de facteurs multiples, à démarrer par les difficultés du géant immobilier chinois Evergrande qui, selon plusieurs sources, n’a pas payé les intérêts pour l’un emprunt obligataire dus lundi.

La hausse des prix du pétrole et ceux des métaux alimentent par ailleurs les craintes inflationnistes dans un contexte forcément dominé par les tensions sur les chaînes pour l’approvisionnement.

Le sentiment des investisseurs en Allemagne s’est en outre dégradé plus que anticipé ces dernière semaines, dévoile mardi l’enquête mensuelle de l’institut ZEW.

Pour terminer, le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse sa prévision de croissance mondiale pour cette saison à 5,9% contre 6,0% anticipé en juillet.

VALEURS

En Europe, les secteurs des matières premières (-0,5%) et de l’automobile (-0,26%), spécialement sensibles à la conjoncture économique, ont affiché l’une des plus fortes baisses.

A l’inverse, les compartiments défensifs comme ceux des services aux collectivités (+0,85%) et de l’immobilier (+1%) ont enregistré pour l’importants gains.

Aux valeurs, Easyjet a plongé de 3,44% après avoir annoncé tabler sur une perte annuelle pour l’un milliard de livres sur l’exercice clos fin sept..

Le géant du luxe LVMH, l’un des tout premiers en Europe à publier ses résultats du 3ème trimestre après la clôture, a fini sur un gain de 0,34%. Il a annoncé après la clôture une hausse de 20% en données organiques de son chiffre pour l’affaires au 3ème trimestre.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones, le Standard & Poor’s 500 et le Nasdaq étaient pratiquement stables, mais les indices ont basculé alternativement dans le rouge bordeaux et le vert en séance.

Sur le plan sectoriel, si dix des onze principaux indices du S&P-500 sont en territoire positif, les gains restent modestes avant la publication des résultats des entreprises. Aux Etats-Unis, JPMorgan Chase & Co (-0,35%) ouvre mercredi le bal.

Aux valeurs, Tesla (+1,88%) soutient la tendance après des ventes record de voitures en Chine en sept., mais CureVac chute près de 7% après l’annonce par le laboratoire allemand pour l’une demande de retrait du dossier soumis aux autorités européennes pour une homologation de son vaccin expérimental de 1ère génération contre le COVID-19.

A la hausse, MGM Resorts International bondit de 6,9%, profitant pour l’un relèvement de recommandation de Credit Suisse.

CHANGES

Sur le marché des changes, le dollar progresse encore dans la perspective pour l’un resserrement des taux, gagnant 0,12% face à un panier de devises de référence.

L’euro recule de 0,11% face au billet vert à 1,1540 dollar.

TAUX

Les rendements obligataires continuent de progresser dans un contexte de regain pour l’aversion au risque. Ceux des bons du Trésor américain à dix ans sont à 1,6084%. Leur équivalent allemand, référence pour la zone euro, a gagné trois points de base à -0,0950%. Les rendements des obligations françaises de la même échéance ont fini en hausse de 2,4 points de base à 0,2380%.

PÉTROLE

Sur le marché pétrolier, les cours du Brent reculent de 0,38% à 83,33 et ceux du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) abandonnent 0,1% à 80,45 dollars. L’or sombre, soutenu par une production insuffisante et une forte reprise économique dans le univers, reste cependant près de ses sommets de près de trois ans.

(Reportage Claude Chendjou, édité par Pantalon en jean-Michel Bélot)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.