L'Europe finit en hausse, les chiffres de l'emploi rassurent

L'Europe finit en hausse, les chiffres de l'emploi rassurent

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN HAUSSE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont achevé en hausse vendredi, les chiffres mensuels sur l’emploi aux Etats-Unis ayant apaisé les investisseurs sur l’inflation et le resserrement de la politique monétaire nord-américaine, ce qui favorise une baisse du dollar et des rendements obligataires.

À Paris, le CAC 40 a pris 2,21% à 6.167,51points. Le Footsie britannique a gagné 1,87% et le Dax allemand a avancé de 3,33%.

L’indice EuroStoxx 50 a fini en hausse de 2,58%, le FTSEurofirst 300 de 1,94% et le Stoxx 600 de 2,01%.

Sur l’ensemble de la semaine, ce dernier a cédé 2,38% et le CAC 40 1,70%, leur 3ème semaine consécutive de baisse.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était aussi dans le vert: le Dow Jones prenait 1,07%, le Standard & Poor’s 500 1,19% et le Nasdaq Composite 1,16%.

Au vu du week-end prolongé qui s’annonce aux Etats-Unis pour le « Labor Day » et de la semaine compliquée qu’ont traversé les marchés avec les craintes sur l’économie chinoise, l’inflation et la remontée des taux pour l’objectif, la publication du rapport sur l’emploi américain offre un répit aux actions.

Le rythme des conceptions pour l’emplois a ralenti un peu moins que anticipé en août, à 315.000, mais le taux de chômage a augmenté à 3,7% et la hausse des salaires s’est atténuée, a annoncé le département du Travail, ce qui fait espérer à plusieurs observateurs que la Fed revoit l’ampleur de son durcissement monétaire

« L’inflation salariale étant plus faible que anticipé, cela laisse présager un ralentissement du rythme des hausses de taux après la hausse de 75 points de base demandée en sept. », a déclaré James Knightley, chef économiste chez ING.

Selon le baromètre FedWatch de CME Group, les marchés continuent pour l’estimer une hausse de trois quarts de points la 21 sept., mais cette probabilité est revue en baisse à 64%, contre 75% la veille.

VALEURS

Tous les secteurs européens ont fini la journée en hausse, les progressions les plus importantes sont revenues à celui de l’automobile (+3,77%), des services financiers (+3,44%) et de l’habitation (+3,42%).

Dans l’actualité des entreprises, Credit Suisse a gagné 6,13% à la continuité pour l’informations selon lesquelles la banque envisage de supprimer environ 5.000 postes pour réduire ses coûts.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans recule de trois points de base à 3,2385% après la publication du rapport du département du Travail.

Ses équivalents de référence en Europe lui ont emboîté le pas: celui du Bund allemand à dix ans a cédé plus de 4 points de base à 1,518% et le rendement de l’OAT à dix ans a fini à 2,145%.

Ils ont tous deux inscrit un pic de plus de deux mois jeudi, les marchés monétaires évaluant à plus de 80% la probabilité pour l’une hausse de taux de 75 points de base de la BCE jeudi prochain.

Pour Andreas Jobst, économiste senior chez Allianz, la banque centrale devra réduire ses taux à la fin du premier trimestre 2023, une récession au 4ème trimestre 2022 étant « inévitable ».

CHANGES

Le dollar a creusé ses pertes après les chiffres de l’emploi. L’indice le mesurant face à un panier de devises recule de 0,57%.

L’euro remonte ainsi à 1,0021 dollar, en hausse de 0,77%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier a légèrement réduit ses gains après un accord des pays du G7 sur le plafonnement des prix du pétrole russe importé afin de limiter les revenus de Moscou.

Mais les cours restent largement en hausse dans l’attente de la réunion de travail lundi de l’Opep+ sur sa stratégie de production.

Le Brent gagne 2,06% à 94,26 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 2,14% à 88,46 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Tangi Salaün)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.