L'Europe finit en légère baisse à la veille de la réunion de la BCE

L'Europe finit en légère baisse à la veille de la réunion de la BCE

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN BAISSE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont achevé dans le rougeâtre mercredi, l’approche de la réunion de travail de la Banque centrale européenne favorisant un regain de prudence des investisseurs.

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,19% à 6.753,52 points. Le Footsie britannique et le Dax allemand ont cédé 0,33%.

L’indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,07%, le FTSEurofirst 300 de 0,36% et le Stoxx 600 de 0,36%.

L’optimisme autour de la période des résultats qui a porté les actions mardi a laissé place au retour de la prudence à la veille de la réunion de travail du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne jeudi tandis que les inquiétudes sur l’inflation, les perturbations de la chaîne pour l’approvisionnement et la croissance économique restent fortes.

La crainte pour l’un regain de tension entre Pékin et Washington pèse aussi sur les marchés après que l’autorité étasunienne des télécommunications a voté la révocation de l’autorisation accordée à la filiale étasunienne de China Telecom pour l’opérer aux États-Unis en invoquant la sécurité nationale.

VALEURS

Le domaine des ressources de base (-1,91%) a affiché la plus forte baisse de la journée, pénalisé par la baisse des métaux industriels tandis que la Chine accélère les initiatives pour lutter contre la flambée des prix du charbon.

Rio Tinto, ArcelorMittal, Anglo American et Glencore ont perdu de 0,48% à 2,649%.

Worldline (-15,93%) est sanctionné après des résultats et prévisions jugés décevants, tout comme Deutsche Bank (-6,92%).

En tête du CAC 40, Schneider Electric a gagné 2,41% après avoir fait état pour l’un chiffre pour l’affaires record au 3ème trimestre.

Egalement parmi les publications bien accueillies, celles de Seb (+12,38%), de Scor (+12,22%), de Sodexo (+5,35%), ou bien encore du néerlandais ASM International (+6,17%) et de l’allemand Puma (+3,56%).

Le groupe hôtelier Accor (-0,19% en clôture) est brièvement passé en territoire positif en fin de séance Accor après avoir vu son chiffre pour l’affaires bondir au 3ème trimestre, sous l’effet de la forte reprise de la demande durant une période estivale.

A WALL STREET

Au moment de la clôture européenne, l’indice Dow Jones à Wall Street était en baisse de 0,3% et le Standard & Poor’s 500 était stable. Le Nasdaq prenait de son arôme 0,5%, soutenu par les prévisions trimestrielles solides de Microsoft (+4%) à l’aide de ses activités dans le “cloud”.

TAUX

Le rendement du Bund allemand à dix ans a fini en parfaite baisse et a touché un creux à partir de le 15 octobre, à -0,184%, à la veille de la réunion de travail de la BCE.

“La BCE ne va pas relever ses taux l’année prochaine (…). Si elle le croit encore, elle doit le dire avec puissance et cela devrait procurer un certain soulagement”, a commenté Chris Iggo pour l’AXA Investment Managers.

Le dix ans américain baisse de cinq points de base, à 1,5466%.

CHANGES

Le dollar est stable face à un panier pour l’autres devises de référence et l’euro s’échange autour de 1,1603 dollar. La bouqin sterling a réduit ses pertes contre le billet vert et la monnaie unique européenne après que le ministre britannique des finances, Rishi Sunak, a annoncé une prévision de croissance économique plus forte en 2021.

Le dollar canadien a augmenté ses gains contre son durant américain après que la Banque du Canada a annoncé qu’elle peut relever son taux directeur plus tôt que anticipé.

“Il n’y a particulièrement pas besoin pour l’une politique monétaire ultra-stimulante à ce stade. Nous nous attendons dorénavant à ce que la BoC commence à relever ses taux en juillet 2022 et nous prévoyons des hausses pour l’un quart de point par trimestre”, a déclaré Doug Porter, économiste en chef de BMO Capital Markets.

PÉTROLE

Les cours du pétrole reculent après l’annonce par l’EIA pour l’une augmentation plus forte que anticipé des stocks de brut aux États-Unis.

Le baril de Brent perd 2,3% à 84,45 dollars et le brut léger américain 1,9% à 82,7 dollars.

(Reportage Laetitia Volga, édité par Pantalon en jean-Michel Bélot)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.