L'Europe profite de la hausse de Wall St et du départ de Truss

L'Europe profite de la hausse de Wall St et du départ de Truss

La bourse Euronext dans le quartier pour l’affaires de La Défense, à Paris

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont achevé en hausse jeudi, la progression de Wall Street après des résultats bien accueillis ayant redonné de l’élan aux actions après une 1ère partie de séance mitigée, pour l’autant que la démission de la 1ère ministre britannique, Liz Truss, soulage les investisseurs pour l’un facteur de risque dans une période qui n’en manque pas.

L’espoir pour l’un assouplissement de la politique « null COVID » en Chine, qui dope les cours du pétrole, bénéficie aussi aux actions.

À Paris, le CAC 40, qui était passé dans le rouge bordeaux en matinée, affiche en clôture un gain de 0,76% (46,18 points) à 6.086,90 points; à Londres, le FTSE 100 a avancé de 0,27% et à Francfort, le Dax a pris 0,2%.

L’indice EuroStoxx 50 a achevé sur une progression de 0,62%, le FTSEurofirst 300 de 0,17% et le Stoxx 600 de 0,26%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi en territoire positif, le Dow Jones s’adjugeant 0,83%, le Standard & Poor’s 500 0,59% et le Nasdaq Composite 1,11%.

Les indices américains étaient tirés tout particulièrement par le chimiste Dow (+3,81%), le géant de l’informatique IBM (+4,31%) et celui des télécommunications AT&T (+9,04%), dont les résultats et les prévisions ont rassuré et éclipsent la déception de Tesla (-3,68%) qui a remis en cause son objectif de livraisons 2022.

En Europe, l’accélération de la hausse des actions américaines a amplifié l’embellie déclenchée par la démission de Liz Truss, annoncée à 12h30 GMT. Celle qui n’aura occupé le 10 Downing Street qu’un mois et demi, a jeté l’éponge face au risque pour l’une motion de défiance et promis que sa succession est rapide.

« Le favori est Rishi Sunak, battu par Liz Truss cet été », note Frédéric Rollin, conseiller en stratégie pour l’investissement chez Pictet Asset Management.

« L’arrivée de Rishi Sunak est une très bonne nouvelle pour les Gilts et le sterling », ajoute-t-il, notant que Rishi Sunak « est rencontré pour favoriser une politique budgétaire prudente et des réformes productives ».

VALEURS

La 1ère épaisse journée de résultats du trimestre en Europe a surtout été marquée par la double déception des géants des équipements de réseaux Nokia et Ericsson, qui ont cédé respectivement 7,62% et 14,75% faute pour l’avoir répondu aux attentes du marché.

À Paris, Pernod Ricard a cédé 1,17% malgré des performances solides, plusieurs analystes jugeant décevante sa croissance organique aux Etats-Unis au 3ème trimestre.

En hausse, Hermès a gagné 1,57% après avoir affiché sa confiance dans sa capacité à poursuivre de relever ses prix.

LES INDICATEURS DU JOUR

En France, l’indice Insee du climat des affaires est stable pour octobre, à 102, et celui du domaine de l’industrie dépasse le consensus, à 103 contre 101 attendu.

Aux Etats-Unis, les inscriptions au chômage ont baissé la semaine dernière à 214.000, l’indice « Philly Fed » s’est redressé moins qu’attendu à -8,7 et les reventes de logements ont baissé pour le huitième mois consécutif.

CHANGES

Le départ de Liz Truss fait de la bouqin sterling la grande gagnante de la journée sur le marché des devises: elle s’apprécie de 0,7% face au dollar et de 0,08% face à l’euro.

La monnaie unique européenne prend parallèlement 0,6% face au billet vert à 0,9830.

Le yen regagne par ailleurs 0,07% contre le dollar à 149,78 après être tombé sous le seuil symbolique de 150 pour un dollar pour la 1ère fois à partir de 1990, ce qui a relancé les spéculations sur une possible intervention des autorités japonaises.

TAUX

Les indicateurs américains de la journée, à démarrer par la baisse des inscriptions au chômage, ont conforté l’intrigue pour l’une poursuite de la hausse rapide des taux de la Fed, favorisant la remontée des rendements des bons du Trésor: celui des titres à dix ans a atteint 4,18%, son un peu avant niveau à partir de juin 2008, et le deux ans, à 4,614%, est monté au un peu avant à partir de août 2007.

Dans leur sillage, le dix ans allemand a touché son un peu avant niveau à partir de août 2011 à 2,458% avant de retourner à 2,396% en fin de séance.

Sur le marché britannique, les rendements des « gilts » sont eux aussi orientés à la hausse mais l’incertitude sur la succession de Liz Truss et sur l’ampleur de la prochaine hausse de taux de la Banque pour l’Angleterre limite les écarts.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est en parfaite hausse, soutenu par les informations selon lesquelles les autorités chinoises envisagent de réduire la durée de la période pour l’isolement imposé aux personnes arrivant de l’étranger.

Le Brent prend 0,73% à 93,08 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,22% à 86,59 dollars.

(Rédigé par Marc Angrand)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *