L'Europe s'achemine vers une deuxième semaine consécutive de gains

L'Europe s'achemine vers une deuxième semaine consécutive de gains

Des passants devant l’entrée de la bourse de Londres

PARIS (Reuters) – Les majeures Bourses européennes évoluent en légère hausse vendredi en matinée, tentant de boucler une 3ème séance pour l’affilée dans le vert pour la dernière session pour l’une semaine pour l’embellie sur les marchés financiers reliée surtout au reflux des craintes sur les taux pour l’but.

Vers 08h50 GMT, le CAC 40 parisien prend 0,43% à 7.005,63, un petit peu plus au-dessus du seuil des 7.000 points franchi jeudi en séance pour la 1ère fois à compter de février 2022, avant le déclenchement de la guerre en Ukraine.

À Londres, le FTSE 100 avance de 0,59% et à Francfort, le Dax grappille 0,02%, ses gains étant limités par la chute du compartiment de l’automobile.

L’indice EuroStoxx 50 et le FTSEurofirst 300 progressent chacun de 0,39%, mais le Stoxx 600 avance de 0,4%.

Sur l’ensemble de la semaine, le CAC 40 a gagné à ce stade 2,18% et le Stoxx 600 1,75%, les deux indices se dirigeant vers une seconde semaine consécutive de gains.

Les contrats à terme à Wall Street, qui sous-performent les indices européens, affichent pour le moment une baisse de 0,07% pour le Dow Jones, de 0,1% pour le Standard & Poor’s 500 et de 0,15% pour le Nasdaq. Ce dernier, qui est à un précédemment pour l’un mois, a cependant fini jeudi sur une cinquième séance consécutive dans le vert.

L’appétit pour le risque sur les marchés est stimulé par le ralentissement de l’inflation aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis. Les prix à la consommation (CPI) aux Etats-Unis ont même baissé sur un rythme mensuel pour la 1ère fois à compter de mai 2020, tandis qu’en France l’Insee a qualifié vendredi que cet indice avait décéléré en décembre à 5,9% sur un an.

Sur le plan de la conjoncture économique, les chiffres de la réalisation industrielle en zone euro sont attendues à 10h00 GMT, mais les données publiées vendredi par l’ONS montrent que la produit intérieur brut de la Grande-Bretagne a augmenté de 0,1% en novembre par rapport à octobre, éloignant le specre pour l’une récession technique au 4ème trimestre 2022.

Le reste de la séance peut être animée par les résultats des groupes financiers américains comme Wells Fargo, Citigroup, Bank of America, JPMorgan ou bien encore BlackRock.

En Europe, le compartiment défensif de la santé (+0,89%) est en tête avec tout particulièrement Nordisk et Roche Holding qui gagnent respectivement 1,77% et 1,57%.

A l’opposé, celui de l’automobile (-1,83%) accuse la plus forte baisse. Tesla a décidé jeudi de réduire les prix de plusieurs de ses exemplaires aux Etats-Unis et en Europe, ce qui note la fragilité de la demande et peut provoquer une guerre des prix dans le domaine.

Renault perd 3,82%, Stellantis 2,38% et Volkswagen 2,84%.

Dans pour l’autres secteurs, Aspect France-KLM bondit de 7,12% après le relèvement de la recommandation de davy research à « neutre » sur le groupe de transport aérien, mais Bouygues (-2,75%) pâtit de l’abaissement de recommandation de Morgan Stanley à « sous-pondérer ».

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *