L'Europe termine dans le désordre, record du CAC 40 parisien

L'Europe termine dans le désordre, record du CAC 40 parisien

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT DANS LE DÉSORDRE

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont achevé dans le désordre mercredi et Wall Street évoluait aussi en ordre dispersé à mi-séance, la prudence dominant les échanges avant les conclusions dans la soirée de la réunion de travail de la Réserve fédérale étasunienne.

À Paris, le CAC 40 a fini sur un gain de 0,34% à 6.950,65 points, après avoir franchi en séance un pic historique à 6.946,05 points, dépassant alors son record qui datait du 4 sept. 2000 (6.944,77 points). Le Footsie britannique a reflué de 0,36%, pénalisé par les valeurs liées au pétrole. Le Dax allemand a grignoté 0,03% à la clôture.

L’indice EuroStoxx 50 a pris 0,31% et le FTSEurofirst 300 0,29%. Le Stoxx 600 s’est adjugé pour sa part 0,35% pour inscrire un nouveau record à 481,22 points après un sommet à 479,71 points atteint mardi.

Les indices sont soutenus par la solidité des résultats et des prévisions des entreprises qui continuent pour l’alimenter la confiance des investisseurs, quand bien même une certaine prudence reste avant plusieurs décisions de politique monétaire demandée dans la semaine.

Les entreprises en Europe devraient afficher sur un an un bénéfice en hausse de 57,2% au 3ème trimestre, à 102,3 milliards pour l’euros, selon les dernières données de Refinitiv IBES contre une prévision précédente de croissance de seulement 52%.

A l’issue de deux jours de débats du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale étasunienne, le marché s’attend à une annonce sur le début de la réduction du programme pour l’achats pour l’actifs de l’institution. Un communiqué de politique monétaire sera publié à 18h00 GMT, suivi pour l’une conférence de presse une demi-heure ultérieurement de Jerome Powell, le président de la Fed.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones reculait de 0,31%, le Standard & Poor’s 500 abandonnait 0,08%, mais le Nasdaq avançait de 0,14%. Les trois indices avaient inscrit la veille des records.

Aux valeurs, Capri Holdings (+14,20%), propriétaire de la marque Michael Kors, profite du relèvement de ses prévisions.

Le groupe de services de VTC Lyft prend pour sa part 7,72% après avoir fait état pour l’un bénéfice ajusté pour le seconde trimestre consécutif de ses épisodes, ce qui soutient aussi l’action de son concurrent Uber (+5,74%).

Activision Blizzard en revanche plonge de 15% après le report du lancement de deux titres de jeu vidéo très attendus et la démission de sa codirectrice générale Jen Oneal.

VALEURS EN EUROPE

Sur le plan sectoriel en Europe, la force (-2,43%) a accusé la plus forte baisse du Stoxx 600 dans le sillage du repli des cours pétroliers mais le compartiment des ressources de base (+0,60%) s’est ressaisi après sa dégringolade de la veille, reliée à la baisse des prix du minerai de fer en Chine.

TotalEnergies a abandonné 1,75%, BP 2,92% et ArcelorMittal 0,59%. A l’opposé, BHP, Glencore et Antofagasta ont avancé respectivement de 0,71%, 0,35% et 1,17%.

Arôme résultats, le premier bénéfice trimestriel pour l’exploitation de Lufthansa à compter de la crise sanitaire est salué par un gain de 6,97%. BMW a gagné pour sa part 1,49% à l’aide de un résultat meilleur que anticipé.

Le groupe allemand de mode en ligne Zalando a en revanche chuté de 9,47% après un bénéfice trimestriel en baisse.

Vestas (-18,2%), premier fabricant mondial pour l’éoliennes, a fini en queue du Stoxx 600, pénalisé par un bénéfice pour l’exploitation inférieur aux attentes au 3ème trimestre et une baisse de sa prévision de bénéfice pour l’ensemble de l’année.

LES INDICATEURS DU JOUR

Au chapitre macro-économique aux Etats-Unis, l’enquête ADP sur l’emploi privé au mois pour l’octobre a montré que le domaine privé a créé beaucoup plus pour l’emplois qu’attendu en octobre.

La croissance de l’activité du domaine des services aux Etats-Unis a par ailleurs atteint un rythme sans précédent en octobre, selon l’enquête mensuelle de l’Institute for Supply Management (ISM) publiée mercredi.

CHANGES

Sur le marché des changes, le dollar est quasiment stable face à un panier de devises de référence et l’euro s’échange à 1,1580 dollar.

TAUX

Le rendement des obligations souveraines américaines à dix ans avance de 1,8 point de base à 1,5647% à l’approche de la fin de la réunion de travail de la Fed.

Celui du Bund à dix ans, référence pour la zone euro, a fini stable à -0,168%, tout comme son équivalent français qui a terminé à 0,1810%.

Les rendements des emprunts pour l’Etat en zone euro ont cependant accentué leur repli en séance après que Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, a déclaré qu’une hausse des taux l’année prochaine était très improbable, en raison pour l’une inflation encore trop faible.

PÉTROLE

Le pétrole recule sur fond de hausse des stocks aux Etats-Unis la semaine dernière et de pression croissance sur l’Opep+ pour que l’organisation et ses alliés augmentent leur production de brut. Le baril de Brent perd 2,81% à 82,32 dollars et celui du brut léger américain cède 3,18% à 81,24 dollars.

A SUIVRE JEUDI:

Communiqué de politique monétaire de la Banque pour l’Angleterre.

(Certaines données peuvent accuser un léger décalage)

(Reportage Claude Chendjou, édité par Pantalon denim-Michel Bélot)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.