CAC40 : encore en repli de -0,4% pour ces '3 sorcières'

Nouveaux records à Wall Street pour le S&P 500 et le Nasdaq

La Bourse de New York a conservé partiellement son élan mardi, plus optimiste sur l’évolution du variant Delta, ce qui a mené le Nasdaq et l’indice élargi S&P 500 vers de nouveaux records.

Selon des résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones est resté stable, grappillant 0,09% à 35.366,26 points.

Le Nasdaq, à forte concentration technologique, a gagné 0,52% à 15.019,80 points à un nouveau record après celui de la veille.

Le S&P 500, en hausse de 0,15%, s’est inscrit aussi à un nouveau sommet à 4.486,23 points.

“Les taureaux sont de retour et ont défait les ours qui avaient gagné la semaine dernière”, a résumé Adam Sarhan de 50 Park Investment, utilisant le langage boursier qui assimile le bovidé (bull) à la tendance haussière du marché à l’inverse des ours (bear), synonyme pour l’un marché en baisse.

Selon lui, les bons résultats de sociétés mais aussi le fait qu'”il se peut qu’on ait dépassé le pic de la propagation du variant Delta” ont encouragé les investisseurs.

“De nombreux titres sont en hausse car ils espèrent que le pire est passé”, soulignait l’analyste. “Les inquiétudes concernant le variant Delta semblent s’atténuer, car le nombre de cas suggère que la propagation peut ralentir”, notaient aussi les analystes de Schwab.

Ainsi les actions “de réouverture”, comme on les appelle à partir de que la pandémie a forcé fermetures et ralentissement pour l’activité, grimpaient fortement.

C’était le cas d Airbnb (+9,97% à 161,42 dollars), des croisièristes comme Carnival (+4,42% à 23,84 dollars) ou Royal Caribbean Group (+3,15% à 82,78 dollars) ou des compagnies aériennes toutes en hausse de plus 3%.

– Poursuite de l’argent facile ? –

“Il y a eu aussi beaucoup pour l’achats dans l’attente de la conférence organisée par la Fed à Jackson Hole (Wyoming)” vendredi, relevait encore M. Sarhan. “Le marché s’attend à ce que la Fed continue de faire circuler l’argent facile”, a-t-il estimé.

Les investisseurs guettent la prise de parole de Jerome Powell, le boss de la Banque centrale us (Fed) lors de cette conférence annuelle.

Ses commentaires sur l’économie pourraient donner des indices sur les plans de la Fed pour réduire son soutien monétaire en diminuant ses achats pour l’actifs.

Mais après avoir craint un resserrement monétaire avant la fin de l’année, comme semblait l’indiquer le compte-rendu de la dernière réunion de travail de la Fed publié la semaine dernière, plus nombreux sont les investisseurs qui pensent dorénavant que la Fed va demeurer encore accommodante quelque temps, se méfiant de l’impact du variant Delta sur la reprise.

“Le marché croit que la Fed ne va pas mentionner la réduction des achats pour l’actifs cette semaine”, assurait Adam Sarhan.

Dans le même temps sur le marché obligataire, les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans grimpaient à 1,29% contre 1,25% la veille.

Du arôme des actions, le domaine de l’électricité (+1,61%) a tiré la hausse, tandis que les cours du pétrole poursuivaient leur remontée.

Sur le Nasdaq, la firme de cybersécurité Palo Alto Networks a bondi de 18,60% à 441,87 dollars après avoir annoncé de bons résultats et promis une bonne année.

Dans le domaine de la distribution, Best Buy a affiché une hausse de 8,32% à 121,49 dollars. La chaîne de produits électroniques et pour l’électroménager a annoncé des résultats meilleurs que anticipé et relevé ses prévisions pour le reste de l’année, un signe que les consommateurs américains sont de retour.

Les titres de groupes technologiques chinois, qui ont souffert ces dernières semaines du serrage de vis règlementaire de la part de Pékin, ont repris de la vigueur à la faveur des investisseurs cherchant de bonnes affaires. Alibaba a accompli en hausse de 6,61% à 171,70 dollars et le géant numérique Tencent a gagné 9,49% à 62,56 dollars.

vmt/tu/nth

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *