POINT MARCHÉS-Nouveau repli en Europe, les investisseurs fuient toujours le risque

Paris: doit se contenter d'un gain modeste en fin de séance

(CercleFinance.com) – Après avoir gagné près de 2%, portée par des rachats à bon compte après 4 séances consécutives de correction, la bourse de Paris doit se contenter pour l’un gain plus peu élevé de 0,51%, à 6.116 points.

Francfort progresse de 1,3%, devançant l’E-Stoxx50 (0,9%) et Londres (+0,6%).

Après avoir ouvert en hausse de près de 1%, le Dow Jones et le S&P500 sont dorénavant orientés à la baisse et cèdent environ 0,4% chacun.

Les indices bénéficient toutefois pour l’une parfaite détente des taux longs avec -8,5Pts sur nos OAT à 1,545% et un écart identique sur les Bunds à 1,01%.

Outre-Atlantique, après le test des 3,20% lundi matin, la rémunération des T-Bonds rétrograde de -12Pts à 2,958%.

La volatilité peut néanmoins demeurer élevée durant quelque temps, au minimum jusqu’à ce que les chiffres économiques montrent que l’inflation est en train pour l’atteindre un plateau, ce qui peut se identifier dans les statistiques américaines prévues mercredi.

‘Aucun catalyseur ne paraît susceptible de rassurer les investisseurs dans l’immédiat’, estime-t-on chez Kiplink.

Les investisseurs ont pu prendre connaissance aujourd’hui de l’indice ZEW du sentiment économique en Allemagne: il rebondit globalement de 6,7Pts, à -34,3 points, mais le sous-indicateur évaluant la situation courante chute de 5,7 points à -36,5 points, marquant ainsi sa 3ème baisse consécutive à compter de le début de la guerre en Ukraine et inscrivant son plus bas à compter de mars 2020, c’est-à-dire le début de la crise sanitaire.

Dans ce contexte marqué par une accumulation de mauvaises nouvelles, beaucoup de stratèges recommandent toutefois de ne pas encore intégrer l’?uvre du pire.

‘Nous pensons qu’il est erroné de se positionner en vue pour l’une récession au vu des conditions de financement forcément vraiment favorables, de la vigueur impressionnante du marché du travail, du faible endettement des ménages, de la trésorerie agréable dont disposent les entreprises et des bilans robustes des établissements bancaires’, assurent ainsi les analystes de JPMorgan.

Après son plongeon de -6% la veille, le baril de Brent cède plus de 1% et passe sous les 104 $.

L’Euro efface ses gains de la matinée et revient à l’équilibre face au Dollar vers 1,0545.

Dans l’actualité des sociétés françaises, Renault Group et Geely Auto, le plus grand groupe automobile privé de Chine, annoncent un accord de souscription pour l’actions et un accord de coentreprise suite à un accord-cadre signé en janvier entre le constructeur automobile français et Geely Holding.

Capgemini annonce avoir été pré sélectionné par Airbus pour mettre en oeuvre à l’échelle mondiale un programme de transformation cloud-first pour ses activités Commercial Aircraft et Helicopters, dont il gèrera de bout en bout les services pour l’infrastructure cloud.

L’opérateur satellitaire SES a annoncé mardi avoir été retenu dans le cadre pour l’un programme de la NASA portant sur la fourniture de services de communications dans l’environnement spatial près de la Terre.

Pour finir, Eutelsat Communications et Tuvalu Telecommunications Corporation (TTC) annoncent la signature pour l’un contrat portant sur les ressources en orbite du satellite Eutelsat 172B en vue de favoriser le déploiement des réseaux pour l’société aux îles Tuvalu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.