Paris : léger repli avant les statistiques et résultats US

Paris: en hausse malgré les incertitudes à l'international

(CercleFinance.com) – La bourse de Paris gagne près de 2% à compter de ce matin, le CAC40, qui gagne plus de 120Pts, oscille entre 6.360 et 6.390 et paraît plafonner un peu à l’approche des 6.400Pts (comme jeudi et vendredi dernier).

La bourse de Francfort gagne plus de 2% et l’Euro-Stoxx50 1,6% mais Londres ne progresse que de +0,3 à +0,4%.

La forte baisse du pétrole -4,5% à -5% vers 105$ pour le ‘Brent’ rassure un peu (-20% à compter de les plus hauts de la semaine terminée), les marchés obligataires sont en parfaite baisse, ainsi que l’Or (-1,6% vers 1.960) tandis que les marchés rebasculent en mode ‘risk on’.

L’ouverture de Wall Street à 14H30 (les USA sont passés à l’heure pour l’été avec 15 jours pour l’avance sur l’Europe) n’a pas changé la donne car les écarts observés sont conformes aux attentes : le Dow Jones gagne +0,6% vers 34.150, le S&P500 +0,3% et le Nasdaq reste quasi stable (ce matin, la bourse de Hong-Kong a plongé de -5% dans le sillage des ‘technos’.

Le confinement de Shenzhen, la ‘silicon valley’ chinoise -mais aussi le 4ème port au monde- va provoquer de imposantes ‘disputions’ dans le domaine informatique en occident, la réalisation pour l’i-Phones par exemple est à l’arrêt, Huaweï doit aussi stopper de nombreuses usines).

Tandis que plus de 30 centaines de milliers de chinois sont maintenant confinés (Shanghai est à son tour mis sous cloche) en vertu de la stratégie ‘0 Covid’, les opérateurs décident pour l’occulter le plongeon des exportations chinoises pour s’accrocher aux espoirs de paix liés à la reprise des pourparlers entre Kiev et Moscou, en misant sur un éventuel cessez-le-feu qui rentrerait en vigueur avec effet immédiat.

La situation sur le terrain laisse toutefois peu pour l’espoir quant à une résolution rapide du conflit : les troupes russes ont poursuivi leur avancée ce week-end, resserrant l’étau autour de la capitale ukrainienne.

Un immeuble résidentiel du centre de Kiev a par ailleurs été frappé par un obus ce matin tandis qu’ailleurs dans le pays, plusieurs villes sont assiégées -comme Marioupol ou Mykolaïv – et que les victimes se comptent par milliers.

L’armée russe a aussi bombardé une base treillis à l’ouest du pays, à proximité de la frontière polonaise, une base qui, selon plusieurs médias, accueillait des instructeurs étrangers et qui servait de base pour acheminer l’aide occidentale à destination de l’Ukraine.

Sur le plan économique, les investisseurs ont pu prendre connaissance ce matin de la statistique de la balance commerciale française : celle-là ressort avec un déficit de 8,03 milliards pour l’euros en janvier, à confronter à un déficit de 11,39 milliards le mois précédent, pour l’après les données CVS-CJO de l’administration des douanes.

Cette diminution sensible pour l’un mois sur l’autre reflète un bond de 6,9% des exportations françaises, à un peu moins de 47,3 milliards pour l’euros, mais les importations sont restées à peu près atones (-0,6%) vers 55,3 milliards.

Par ailleurs, forcément en données CVS-CJO, le déficit des transactions courantes de la France est ressorti à 1,8 milliard pour l’euros en janvier après un déficit de sept milliards en décembre 2021, selon un communiqué séparé publié par la Banque de France.

Ces prochains jours, les opérateurs verront paraître l’indice ZEW en Allemagne, l’inflation dans la zone euro et les décisions de comité de politique monétaire de la Banque pour l’Angleterre.

Aux Etats-Unis, sont attendus cette semaine les prix à la réalisation, les ventes de détail, la réalisation industrielle et les indicateurs avancés du Conference Board pour le mois de février, et aussi les décisions du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale.

‘Nous nous attendons à une hausse de 25 points de base et à un engagement continu dans un cycle de resserrement agressif, ce qui peut relancer le rallye du dollar’, pronostique-t-on à ce sujet chez Capital Economics.

Dans l’actualité des valeurs françaises, Orpea (-2,5%) a présenté vendredi soir ses indicateurs financiers pour 2021, dont un EBITDAR (EBITDA avant loyers) en hausse de 10,9% à 1,07 milliard pour l’euros, soit une marge de 24,9% pour un chiffre pour l’affaires de 4,28 milliards, en hausse de 9,2% (dont +5,1% en organique).

EDF fait part pour l’une mise à jour de l’impact sur ses perspectives pour l’EBITDA 2022, impact maintenant évalué à environ -10,2 milliards pour l’euros, après la publication du décret et des arrêtés relatifs à l’attribution de 20 TWh de volumes pour l’ARENH supplémentaires pour 2022.

Pour finir, Kering Eyewear annonce l’acquisition du lunetier américain Maui Jim. Maui Jim est la plus grande marque indépendante de lunettes haut de gamme sur la planète, avec une position de leader en Amérique du Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.