CAC40 : limite la casse mais aligne une 3ème semaine de repli

Paris: gain hebdo de 3,1%, détente des taux en Europe

(CercleFinance.com) – Le CAC40 poursuit le rebond amorcé le 6 juillet dernier et ensuite le 14 juillet (sur 5.875): l’indice tente de finaliser la semaine en beauté, sur un gain global de +3,1%.

Wall Street se dévoile hésitant : le S&P500 efface ses +0,3% de hausse initiale (il s’accroche aux ‘4.000’), le Dow Jones prend +0,3% et le Nasdaq s’installe au-dessus des 12.000 malgré le plongeon de -36% de Snap qui révise ses anticipations à la baisse.

Les T-Bonds US se détendent de -13Pts vers 2,79% tandis que l’activité du domaine privé américain se contracte en juillet pour la 1ère fois en 26 mois, à en croire l’indice PMI composite de S&P Global, qui ressort à 47,5 en estimation flash, après 52,3 pour le mois de juin.

‘Le retournement est tiré par une brusque chute pour l’activité dans les services, bien que la réalisation manufacturière ait aussi diminué de façon marginale, pour la 1ère fois en plus de deux ans’, précisent les enquêteurs.

Vu les mauvais chiffres qui s’enchainent de part et pour l’autre de l’Atlantique, l’explication de la hausse de la journée en Europe ne réside pas dans la publication pour l’un bon indice PMI du fait que la récession se confirme dans la zone euro: le PMI composite ‘flash S&P Global’ s’inscrit à 49,4 en juillet, contre 52 le mois précédent, se repliant ainsi sous la barre de 50, indiquant une 1ère contraction de l’activité économique de la région à partir de février 2021.

‘Les inquiétudes relatives à l’affaiblissement de la demande, à la crise énergétique, aux pénuries pour l’approvisionnement et au niveau de l’inflation ont fait chuter les perspectives pour l’activité et entraîné un ralentissement des conceptions pour l’emplois’, note S&P Global.

C’est en Allemagne que la baisse de l’activité globale est la plus marquée, l’indice PMI local s’étant replié à 48 et affichant ainsi son plus faible niveau à partir de juin 2020. La croissance a fortement ralenti en France et l’activité s’est très légèrement repliée ailleurs.

La hausse de +50Pts des taux de la BCE constitue, vu le contexte, une grande 1ère: BCE a mis fin hier à une décennie de taux négatifs en optant pour une hausse résolue du loyer de l’argent en réaction au renforcement constant des risques pour l’inflation dans la zone euro.

Le communiqué de politique monétaire de l’institution et la conférence de presse caractéristique par Christine Lagarde, sa présidente, ont par ailleurs renforcé les anticipations de nouvelles hausses de taux pour l’maintenant à la fin de l’année.

‘La détérioration de la conjoncture économique lors des prochains mois peut toutefois conduire à une réduction précoce du cycle de resserrement’, tempère Dave Chappell, gérant senior marché obligations pour l’Etat chez Columbia Threadneedle Investments.

Les investisseurs ont surtout retenu la création du nouvel outil anti-fragmentation baptisé ‘PTI’, destiné à prendre en charge la bonne transmission de l’orientation monétaire dans tous les pays de la zone euro.

Dans un concours de circonstances inédit, l’effondrement du gouvernement de coalition italien et la démission de son chef Mario Draghi ont entraîné un brusque élargissement des écarts de rendement entre l’Italie et les Bunds allemands.

La bonne surprise de la journée, c’est la spectaculaire détente des taux en Europe avec -20Pts sur nos OAT vers 1,62%, de -21Pts sur les Bunds vers 1,026%… et de -20Pts sur les BTP italiens vers 3,41%.

Remarquons que pour les Bunds et nos OAT, des planchers trimestriels sont enfoncés, ce qui laisse entrevoir une détente supplémentaire des rendements.

Mais est-ce que ce retour en grâce des placements ‘sans risque’ est une si bonne nouvelle du point de vue des anticipations macroéconomiques ?

Sur le marché des changes, l’euro se redresse légèrement, vers 1,0230$, il perd en revanche du terrain face au Franc suisse.

Le baril de pétrole reprend +1% vers 105$ bien que la Russie ait repris ses livraisons de gaz à l’Allemagne via Nordstream-1.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.