CAC 40 : peu de changement attendu à l'ouverture

Paris: le repli se confirme, Wall Street ouvre en rouge

(Crédits photo : – L. Grassin )

(CercleFinance.com) – C’est un peu la Bérézina en Europe (-1,5% en moyenne, le CAC40 retombe vers 6.470) tandis que le taux pour l’inflation annuel dans l’Eurozone explose à 8,1% en mai, en parfaite accélération par rapport à 7,4% en avril, selon Eurostat.

En France, la dérive des prix paraît mieux contenue mais la barre des 5% est atteinte et dépassée (+5,2% sur un an en mai, après +4,8% en avril): en données ‘IPCH’ (harmonisées pour les comparaisons européennes), l’indice des prix à la consommation augmenterait de 5,8% sur un an en mai, après +5,4% en avril, et croîtrait de 0,7% sur un mois, après +0,5% le mois précédent.

Par ailleurs, après avoir été estimé stable en 1ère lecture fin avril, le PIB de la France en volume s’est au final contracté de 0,2% au premier trimestre 2022 en rythme séquentiel (après +0,4% au dernier trimestre 2021), selon les données CVS-CJO détaillées de l’Insee.

Pour finir, la consommation des ménages en biens en volume en France diminue de nouveau en avril, mais moins fortement qu’en mars (-0,4% après -1,4% – données révisées), selon les données corrigées de variations saisonnières et de jours ouvrables (CVS-CJO) de l’Insee.

Les prix de production de l’industrie (PPI) se stabilisent en avril sur un mois, après la hausse record de mars (+4,8%). Sur un an, ils continuent néanmoins pour l’augmenter fortement, de 25% en avril après une hausse annualisée de 24,6% le mois précédent.

S’agissant des majeures composantes, la force affiche le taux de progression annuel le plus élevé en mai (39,2%), suivie de l’alimentation, alcool et tabac (7,5%), des biens industriels hors énergie (4,2%) et des services (3,5%).

Et cela risque de ne pas s’arranger avec l’envolée du prix du ‘Brent’: le baril s’échange maintenant pour 124$ à Londres et le WTI bondit par delà les 120$ sur le NYMEX.

Les marchés obligataires replongent vers leurs pires niveaux de l’année avec des OAT qui se tendent de plus de 9Pts à 1,652%, des Bunds qui rééditent leur pire score 2022 avec +8,5Pts à 1,1310%.

Au milieu de tant de mauvaises surprises, une bonne nouvelle vient de tomber : le PMI de Chicago rebondit vers 60,3 contre 55,9 attendu… mais Wall Street n’en tient pas compte.

Après un pont de 3 jours (week-end prolongé pour cause de Memorial Day), les indices US ont rouvert en parfaite baisse (entre -1% et -1,3%) et les T-Bonds US voient leur rendement grimper de +10Pts vers 1,845%.

Dans l’actualité des sociétés françaises, Sanofi annonce que la FDA des États-Unis a accepté pour l’accorder un examen prioritaire à sa demande supplémentaire de licence de produit biologique relative à Dupixent pour le traitement du prurigo nodulaire de l’adulte.

Arkema a signé un accord avec Nippon Shokubai pour lancer des études de faisabilité et produire une joint-venture pour l’habitation pour l’une usine de production de sels pour l’électrolyte ultrapurs LiFSI et à haute performance destinés à la filière européenne des batteries.

Eurofins a acquis une participation majoritaire dans Repertoire Genesis, dont la plateforme permet de déterminer le statut pathophysiologique de réponses immunitaires dérivées de cancers, transplantations, maladies auto-immunes ou infectieuses.

Pour finir, SES a annoncé mardi avoir été pré sélectionné par l’opérateur local Andesat en vue de la fourniture de services de connectivité par satellite au Chili et au Pérou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.