CAC40 : limite la casse mais aligne une 3ème semaine de repli

Paris: résiste vers 6220 après les prix à la production US

(CercleFinance.com) – La bourse de Paris (-0,37%) survole les autres places européennes qui se replient de -1% en moyenne (Euro-stoxx50 à 3.570) avec -1,1% à Francfort et -1,4% à Londres (en forte baisse, leur modèle économique étant sérieusement mis à l’épreuve).

La débâcle de la veille laisse groggy les investisseurs à Wall Street: le Dow Jones grappille +0,3%, le S&P500 +0,6% et le Nasdaq +0,7% (vers 11,700)… c’est bien peu élevé en regard des -3,8%, -4,3% et -5,2% perdus la veille.

Paris résiste bien et limite son repli vers les 6.222, se aujourd’hui près de 1% au-dessus du palier de soutien des 6.150: rien de rédhibitoire et pas de ventes ‘à tout prix’ comme cela a pu s’observer sur certaines ‘technos’ du Nasdaq mardi soir.

Les craintes de voir la hausse des prix ralentir moins fortement qu’espérée a renforcé la perspective pour l’une amplification du cycle de resserrement monétaire amorcé par la Réserve fédérale, grande thématique du moment.

Ces inquiétudes, conjuguées aux menaces pour l’une prochaine entrée en récession, ont eu pour conséquence que New York a effacé la quasi-totalité des gains enregistrés lors de son rebond de début sept..

Ce phénomène de correction s’est systématiquement propagé à l’Asie, où l’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo lâchait plus de 2,6% ce jeudi en fin de séance, un score aussi affiché par l’indice Hang Seng de Hong Kong.

Parallèlement à la baisse des actions, le climat de tension sur l’inflation se traduit par une augmentation de la volatilité et une remontée des rendements obligataires.

L’indice VIX de volatilité du CBOE, plus rencontré sous l’appelation de ‘baromètre de la crainte’, a bondi de 14% hier (il se détend de -1,3% vers 17H), au un peu avant à compter de les soubresauts de marché du mois pour l’août, et le rendement des Treasuries à dix ans se développe autour de 3,43%, celui du ‘1 an’ teste les 4,00% (3,9800%, soit +28Pts en 24H), le ‘2 ans’ culmine à 3,80%, au un peu avant à compter de octobre 2007.

En Europe, une légère détente s’opère -3Pts de base sur nos OAT ou les Bunds, au lendemain du re-test des sommets de la mi-juin.

Après le coup de froid du ‘CPI’, un apaisement aurait pu survenir avec la publication du ‘PPI’ mais il n’en est rien : l’inflation se tasse à la marge (-0,1%) et ce n’est apparemment ni une bonne ni une mauvaise nouvelle.

Selon les chiffres du Département du Travail, les prix à la réalisation aux Etats-Unis ont légèrement reculé en ‘global’ (à 8,7%) mais ils ont augmenté de 0,2% (à +5,8%) hors alimentation, énergie et services commerciaux, des taux globalement conformes aux attentes.

Le chiffre le plus marquant ce 14/09, c’est le recul la réalisation industrielle corrigée des variations saisonnières : -2,3% dans la zone euro et -1,6% dans l’UE, par rapport à juin, selon Eurostat.

Par rapport à juillet 2021, la réalisation industrielle a diminué de 2,4% dans la zone euro et de 0,8% dans l’UE en juillet dernier. Pour juin, le taux de variation annuel est révisé de +2,4% à +2,2% dans la zone euro et est resté inchangé à +3,2% dans l’UE.

Un peu de répit outre-Manche avec la hausse des prix à la consommation au Royaume-Uni : elle reflué à 9,9% sur un an en août, après +10,1% en juillet, selon des données officielles publiées mercredi.

Les investisseurs seront aussi attentifs à la parution de l’indice Empire State de la Fed de New York et ensuite de l’indice de la Fed de Philadelphie, des ventes au détail et des prix à l’importation, pour ne mentionner que les rendez-vous les plus importants de la fin de semaine.

Sur le marché des changes, le Dollar reprend du terrain face à l’euro, qui repasse sous le seuil de la parité, en raison du renforcement des perspectives de hausses de taux Outre-Atlantique.

Du coté des valeurs, Stellantis et General Motors Holding, une filiale de General Motors Company (GM) ont signé un accord de rachat de titres portant sur les 69,1 centaines de milliers pour l’actions ordinaires de Stellantis, représentant environ 2,2% du capital social de Stellantis (sur une base diluée), que GM est en droit de souscrire à l’exercice des bons de souscription pour l’actions (BSA) initialement émis par Peugeot S.A (PSA) au profit de GM en 2017.

Berenberg a réitéré mercredi sa recommandation ‘conserver’ sur Sanofi, tout en réduisant son objectif de cours de 110 à 91 euros. L’analyste justifie son abaissement par la perspective de voir le laboratoire devoir verser 12 milliards pour l’euros dans le cadre des procès concernant le Zantac.

Oddo maintient sa recommandation Surperformance sur le titre orange avec un objectif de cours de 13,3 E. L’analyste pointe le ralentissement et d’autres dysfonctionnements dans le déploiement de la fibre en France. Malgré tout, le récent recul offre, selon Oddo, une occasion pour l’entrée avec l’accélération de la croissance EBITDAaL demandée au dernier trimestre 22 (à 6-7%).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.