Paris : léger repli avant les statistiques et résultats US

Paris: retombe vers 7200pts, déception sur le chômage US

(CercleFinance.com) – La bourse de Paris amplifie légèrement son recul, à -0,6% (vers 7.205) contre un fragile équilibre en fin de matinée.

Malgré un repli de -1,7 % la veille, le score hebdomadaire reste positif (+1,1%) ce qui invite à relativiser l’impact des ‘ minutes ‘ de la Fed mercredi soir, évoquant une possible remontée des taux à un rythme plus soutenu qu’anticipé.

L’Euro-Stoxx50 cède aussi -0,6% et se replie vers 4.300Pts.

La publication mensuelle des statistiques de l’emploi aux États-Unis (NFP) plombe un peu l’ambiance : l’économie nord-américaine n’aurait généré que 199.000 emplois non agricoles en décembre 2021, selon le Département du Travail, soit bien moins que le consensus (+475.000)… et aussi, une score à des décennies lumières des chiffres publiés par ADP mercredi avec +807.000 emplois en décembre, dont +669.000 nouveaux emplois générés par le domaine des ‘services’ (dont 246.000 dans les loisirs et l’hôtellerie).

Svelte consolation, le taux de chômage a chuté de 0,3 point à 3,9%, un taux en dessous des attentes des économistes (4,1%) et qui peut s’expliquer par un grand nombre de départs en retraite en fin pour l’année.

Le taux de participation à la puissance de travail a augmenté légèrement à 61,9%, un niveau qui reste néanmoins inférieur de 1,5 point à celui de février 2020, le mois précédant l’émergence de la crise sanitaire aux Etats-Unis.

Par ailleurs, les chiffres des deux mois anciens ont été révisés en hausse de +102.000 à 648.000 pour octobre et de +39.000 à 249.000 pour novembre, soit une révision en hausse intégrale de 141.000 sur cette période bimensuelle… ce qui est loin de compenser le ‘gap’ de 608.000 par rapport à l’enquête ADP.

Ces chiffres ne devraient pas manquer pour l’alimenter les conjectures concernant la date que choisira la Fed pour démarrer à relever ses taux pour l’avantage, envisagée aujourd’hui sérieusement pour le mois de mars.

‘Plus l’inflation sera haute et le chômage bas à ce moment-là, plus la Fed sera pressée pour l’amorcer le resserrement de sa politique’, expliquent les économistes pour l’Oddo BHF.

En France, les données CVS-CJO de l’administration des douanes montrent que le déficit de la balance commerciale a atteint 9,73 milliards pour l’euros en novembre 2021, à confronter à un déficit de 7,70 milliards le mois précédent, et la France enregistre un déficit record (absolu) de plus de -72MdsE sur l’année.

Ce creusement pour l’un mois sur l’autre reflète une croissance de 5,3% des importations françaises, à un petit peu plus de 53,7 milliards pour l’euros, croissance plus forte que l’augmentation de 1,6% des exportations, à 44 milliards.

Par ailleurs, selon l’Insee, en novembre 2021, les dépenses de consommation des ménages français en biens en volume ont rebondi de 0,8% en rythme séquentiel (après une baisse de 0,6% en octobre).

L’institut de statistiques précise que cette hausse provient surtout pour l’un rebond dans la consommation en biens fabriqués (+1,5%), mais la consommation en produits alimentaires augmente de nouveau (+0,3%), tout comme celle en énergie (+0,5%).

Pour finir, la réalisation de l’industrie manufacturière se replie dans l’Hexagone en novembre (−0,6% après +1,1%) comme dans l’ensemble de l’industrie (−0,4% après +0,9%) par rapport au mois précédent, selon les données CVS-CJO de l’Insee.

Les marchés obligataires poursuivent leur dégradation avec +2,5Pts sur nos OAT à 0,2800% et les T-Bonds US affichent +1,7Pt de base à 1,75%, malgré la épaisse déception des conceptions pour l’emplois.

Dans l’actualité des sociétés françaises, STMicroelectronics affiche un chiffre pour l’affaires net préliminaire du 4ème trimestre 2021 de 3,56 milliards de dollars, en hausse de 11,2% en séquentiel. Sur l’année 2021, le CA a augmenté de 24,9% à 12,76 milliards.

De son arôme, Trigano annonce que ses ventes ont progressé de 9,2% à 786,8 centaines de milliers pour l’euros (+8,5% à périmètre et taux de change constants) au titre de son premier trimestre 2021-22 (période du 1er sept. au 30 novembre 2021)… mais l’activité est freinée par les pénuries de pièces importées.

Pour finir, Thales a annoncé hier soir que la Direction de la maintenance aéronautique du Ministère des armées (DMAé) lui a confié pour une durée de 10 ans le soutien pour l’environ 700 systèmes complexes tels que radars de défense aérienne, centres de contrôles, systèmes de télécommunication sol-air et pour l’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.