CAC40 : encore en repli de -0,4% pour ces '3 sorcières'

Paris: semaine négative après annonces BCE et NFP surprise

(CercleFinance.com) – Après avoir culminé jusqu’à 7.066 pts ce matin, la bourse de Paris achève la séance à 6.951 pts, soit un recul journalier de 0.77%. Le bilan hebdomadaire est lui aussi négatif, l’indice parisien reculant de 0.2%.

De son arôme, l’Euro-Stoxx50 lâche aujourd’hui -1,4% à 4.083, dans le sillage de Francfort qui décroche de -1,7% (le DAX menace les 15.100).

A Wall Street, les indices parviennent à digérer le très surprenant ‘NFP’ (l’indicateur de création pour l’emplois non agricoles) et la hausse des taux US. A mi-séance, le S&P500 gagne 0,9% à 4.518, le Dow Jones prend 0,2% et le Nasdaq bondit de +1,8% vers 14.130 (porté par l’envolée pour l’Amazon (+15% à 3.200$).

Cette forte hausse des technos se matérialise malgré la forte hausse des T-Bonds à 10 ans qui grimpent vers 1,925%, et le ‘5 ans’ bondit de 0,700% vers 0,80% (au précédemment à partir de mars 2020).

Le point pour l’orgue de la semaine, c’était le ‘NFP’ : c’est une génial surprise car les conceptions pour l’emplois ressortent en hausse de +467.000 (dont +444.000 dans le domaine privé).

Ce score se trouve aux antipodes des -301.000 recensés par ADP et pour l’anticipations qui allaient de -125.000 à +180.000.

Mais il y a plus : les conceptions de décembre sont révisées de plus du simple au double, de +199.000 à +510.000.

En novembre, cela passe de 249.000 à 647.000 : ce sont ainsi +709.000 emplois sur 2 mois qui ont été ‘retrouvés’ en ajustant les données antérieures… et il faut mettre de nouveau 300.000 emplois qui n’étaient pas prévus en janvier (voir 500.000 pour plusieurs).

La moyenne de conceptions sur les 3 derniers mois ressort à +541.000/mois, c’est 3 fois plus que les 180.000 anticipés en intégrant la prévision médiane de janvier: une telle marge pour l’erreur est en toute simplicité historique.

Par ailleurs, le taux de chômage remonte légèrement à 4,% contre 3,9% et c’est complètement incohérent par rapport aux révisions à la hausse du NFP) et à la hausse de +0,3% du taux de population active, à 62,2% contre 61,9.

Les revenus horaires progressent de +0,7% à 31,63$ contre +0,5% anticipé.

Les investisseurs ont pu prendre connaissance dès ce matin des chiffres de la réalisation de l’industrie manufacturière dans l’Hexagone. En décembre 2021, la réalisation ressort quasiment stable (+0,1% après −0,6%), mais diminue légèrement dans l’ensemble de l’industrie (−0,2% après −0,5%), pour l’après les données CVS-CJO de l’Insee.

Par rapport à février 2020 (dernier mois avant le début du premier confinement), la réalisation reste en retrait dans l’industrie manufacturière (−5,9%) ainsi que dans l’ensemble de l’industrie (−5,3%).

La réalisation lors du dernier trimestre 2021 ressort inférieure à celle du même trimestre de l’année précédente dans l’industrie manufacturière (−0,5%), comme dans l’ensemble de l’industrie (−0,5%).

Les OAT vont finaliser la semaine au plus bas, avec un rendement qui se tend symétriquement de +8Ppts vers 0,666% (+30Pts sur la semaine), le Bund affichant +7Pts vers 0,2210% (soit +25Pts sur la semaine, partant de -0,047% vendredi dernier).

Dans l’actualité des valeurs, Korian peut à son tour être victime de ‘révélation’ embarrassantes (enquête de France-2 en attente de diffusion) et plonge de -16% vers 17,5E, entraînant Orpéa (-12,4%) qui a inscrit ce midi un nouveau plancher de 33,2E (du jamais vu à partir de 10 ans).

Sanofi publie un BNPA des activités de 6,56 euros pour l’année écoulée, en hausse de 15,5% à taux de changes constants, et un free cash-flow de 8,1 milliards pour l’euros, en doublement sur trois ans et supérieur à l’objectif de 2022.

Vinci affiche de son arôme, au titre de 2021, un résultat net part du groupe plus que doublé (+109%) à 2,6 milliards pour l’euros (4,51 euros par action) et un résultat opérationnel sur activité (ROPA) de 4,7 milliards, contre 2,9 milliards en 2020.

Peugeot (-3%) enregistre une progression des immatriculations de + 5 % en 2021 par rapport à 2020, porté par la popularité de la 208 qui devient leader du marché européen tous segments (VP+VU EUR30) et par la 2008 qui prend le leadership européen du segment B-SUV (VP+VU EUR30).

Renault chute de 4% par contagion : globalement la faiblesse des immatriculations (par rapport à fin 2019) devient franchement handicapante.

Pour finir, Saint-Gobain (-2,7%) annonce avoir signé un accord en vue de la cession de son activité régionale de transformation de verre Baltiklaas OÜ en Estonie à Polar Glass OÜ, une filiale de Barrus AS, le plus grand producteur de bois lamellé-collé en Estonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.